29.9.09

Nelly n'était pas belle

Comment faut-il s'y prendre pour faire comprendre ça? Pas aux gars, ni aux filles, mais à Fortier qui s'est tuée en ne voyant pas d'issue à ça? Belle, jamais elle ne l'aurait été assez. Personne ne parle de Marie-Sissi depuis jeudi, pourtant c'est elle qui est la folle officielle, la borderline, l'auto-mutilatrice écrivaine et la blonde belle, c'est elle qui a su se survivre en souffrant cent enfers, surtout sans se chercher dans un miroir.

Nelly Arcan n'existait pas. Elle a failli exister, c'est un pari perdu dont on aurait dû la mettre au parfum de ce qu'il peut en coûter de le placer. Les écrivains, des plus modestes (je n'en nommerai aucun) aux plus narcissiques (moi pour n'en nommer qu'un) aiment à se mirer dans leurs photographies, leurs images qui s'animent en vidéo, leurs voix qui friment à la radio, les critiques de leur boulot qu'elles soient magnanimes ou psychos... Aiment à se mirer, ma foi, ce n'est peut-être pas exact, mais ne peuvent s'en empêcher, certainement ça l'est, du moins pour un temps, jusqu'à polir sa propre glace, tout l'espace qui sépare la marâtre de Blanche-Neige, deux créatures figées dans l'âge fictif qui n'est pas celui des femmes. Le miroir magique ne date pas d'hier.

Nelly n'était pas belle pour Nelly. Combien de mues, de tricheries, de chirurgies eut-il fallu pour que le monde s'en rende compte? Le regard des hommes n'avait rien à y voir, pour ma part ses seins m'impressionnaient bien mais sinon, en en détachant mon regard pour observer le sien, je voyais dans ses yeux concentrée la seule vraie beauté de ce visage, isolée, assiégée, la beauté du désir épouvantable et de la franchise abusée, ces yeux-là qui l'accusaient dans toutes ces photos qu'elle faisait pour elle-même, beaucoup trop, beaucoup trop, car elle ne posait pas pour le monde, la pub ou le plaisir de paraître, elle posait comme on pose des pièges pour se capturer soi-même.

6 commentaires:

Mandoline a dit...

Excellent billet Mistral!

Mistral a dit...

Doux Jésus, une revenante!

:-)

helenablue a dit...

Suis profondément touchée par cette note, Christian.

Mistral a dit...

Don't be, Blue. Pas trop, anyway. C'est une de ces affaires comme l'an passé, dans lesquelles la distance a de l'importance, ta distance aux références indicibles d'ici et qui ne sont pas sensibles dans mes écrits ni ceux des autres, c'est un cas comme on n'en a pas eu toi et moi depuis longtemps où tu dois seulement me faire confiance: tu es l'anti-Nelly, à tous égards quoiqu'il en semble, et je te prie de me laisser travailler car il me reste 36 heures pour aboutir: je t'ai confié un dossier, et t'ai demandé de ne pas me déranger, te répondre vient de me manger dix minutes, je le fais parce que c'est toi mais justement tu devrais pas abuser de tes prérogatives, va plutôt prier pour ton Ange Noir à ta façon hérético-hiératique, il en a besoin et jusqu'ici ça n'a jamais raté.

RAINETTE a dit...

Sweet Christian :),

http://blogues.cyberpresse.ca/lagace/?p=70723526#comments

En plus d'avoir une belle plume, tu as beaucoup de RIGUEUR dans ce que tu écris, partout. Une qualité qui me fait défaut. Mais à force de te lire, j'apprends...c'est mieux que l'université...et sur ce billet de Lagacé te concernant, j'ai mis mon grain de sel, en espérant rectifier le tir des commentateurs....il semble y avoir du sel dans l'engranage, justement.

Bon retour de Québec !

Mélissa LeBlanc a dit...

De retour en ligne après un séjour dans la marde, en tout cas kkpart ou l'internet se rendait pas, au bout de mes misères, j'espère, heureuse de voir que tu changes pas, la plume toujours aussi bandée, raide, affutée.

Though Love and sweet providence, passerai peut-être par après les outardes, Si Dieu me garde, et du vent sur les braises, comme le souffle dans la bise, la brûlante brise, calcine, casse, carbonise, incinère tout ce que j'ai laissé faire en ces temps ou je n'étais encore qu'une jeune barbare bruyante et bariolée, une croix marquée sur ton calendrier, tu sais, tu sais.