23.11.11

Rigueur, Ricky, hostie... Pas gros, rien qu'une tite bite de rigueur.

Combien de temps ça lui aurait pris, de fouiller pis trouver pis corriger pis étoffer, avant de publier ça dans un journal à tirage énorme lu par énormément d'incultes? Ça m'a pris trois minutes et demie, moi, et assurément il s'en serait sorti en moins d'un quart d'heure.

Parce que là, calvaire, c'est tout de même Voltaire!


La liberté d'expression (ce qui suit est extrait de Wikipédia, no shit, avis aux chroniqueurs pressés, c'est full utile!)



L’attachement de Voltaire à la liberté d’expression serait illustré par la très célèbre citation qu’on lui attribue :

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

Certains commentateurs (Norbert Guterman, A Book of French Quotations, 1963), prétendent que cette citation est extraite d’une lettre du 6 février 1770 à un abbé Le Riche où Voltaire écrirait : « Monsieur l’abbé, je déteste ce que vous écrivez, mais je donnerai ma vie pour que vous puissiez continuer à écrire. » En fait, cette lettre existe mais la phrase n’y figure pas, ni même l’idée. (Voir le texte complet de cette lettre à l’article Tolérance.) Le Traité de la toléranceauquel est parfois rattaché la citation ne la contient pas non plus.

De fait, la citation est absolument apocryphe (elle n’apparaît nulle part dans son œuvre publiée) et trouve sa source en 1906, non dans une citation erronée, mais dans un commentaire de l’auteure britanniqueEvelyn Hall, dans son ouvrage The Friends of Voltaire15, où, pensant résumer la posture de Voltaire à propos de l’auteur d’un ouvrage publié en 1758 condamné par les autorités religieuses et civiles, elle écrivait « “I disapprove of what you say, but I will defend to the death your right to say it” was his attitude now » (« “Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je défendrai jusqu’à la mort votre droit de le dire” était désormais son attitude »). Les guillemets maladroitement utilisé par Evelyn Hall ont été interprétés comme permettant d’attribuer la déclaration à Voltaire. En 1935, elle déclara« I did not intend to imply that Voltaire used these words verbatim, and should be much surprised if they are found in any of his works »(« Je n’ai pas eu l’intention de suggérer que Voltaire avait utilisé exactement ces mots, et serais extrêmement surprise qu’ils se trouvassent dans ses œuvres »)16,17.

L’affaire à propos de laquelle Evelyn Hall écrivait concernait la publication par Helvétius en 1758 de De l’Esprit, livre condamné par les autorités civiles et religieuses et brulé. Voici ce que Voltaire écrivait dans l’article « Homme » des Questions sur l’Encyclopédie :

« J’aimais l’auteur du livre De l’Esprit. Cet homme valait mieux que tous ses ennemis ensemble ; mais je n’ai jamais approuvé ni les erreurs de son livre, ni les vérités triviales qu’il débite avec emphase. J’ai pris son parti hautement, quand des hommes absurdes l’ont condamné pour ces vérités mêmes. »

Autre passage pertinent : « En général, il est de droit naturel de se servir de sa plume comme de sa langue, à ses périls, risques et fortune. Je connais beaucoup de livres qui ont ennuyé, je n’en connais point qui aient fait de mal réel. […] Mais paraît-il parmi vous quelque livre nouveau dont les idées choquent un peu les vôtres (supposé que vous ayez des idées), ou dont l’auteur soit d’un parti contraire à votre faction, ou, qui pis est, dont l’auteur ne soit d’aucun parti : alors vous criez au feu ; c’est un bruit, un scandale, un vacarme universel dans votre petit coin de terre. Voilà un homme abominable, qui a imprimé que si nous n’avions point de mains, nous ne pourrions faire des bas ni des souliers [Helvétius, De l’Esprit, I, 1] : quel blasphème ! Les dévotes crient, les docteurs fourrés s’assemblent, les alarmes se multiplient de collège en collège, de maison en maison ; des corps entiers sont en mouvement et pourquoi ? Pour cinq ou six pages dont il n’est plus question au bout de trois mois. Un livre vous déplaît-il, réfutez-le ; vous ennuie-t-il, ne le lisez pas. » Voltaire, Questions sur l’Encyclopédie, article « Liberté d’imprimer ».



Aarggh! P'tite misère! On lui demande pus depuis longtemps de contribuer à l'avancement de la civilisation, mais faudrait penser à une façon de le convaincre de ne pas nuire non plus. Non mais, sacraman, checkez ça, pis c'est de même quasiment tous les jours:

Devrait-on avoir le droit, en 2011, de dire, par exemple, qu’on est contre les mariages mixtes, même si c’est une idée totalement imbécile ?

Question délicate…

Ché pas, dude; pis toé? Kesten penses? Devrait-on l'avoir, ce droit? Mettons que je le prends, moi, et qu'en plus je pense que cette idée n'a absolument rien d'imbécile. Mettons que je me le prends, ce droit, comme mon héritage naturel, un droit de l'homme, sans me soucier des bruits sortant de pisse-copie stipendiés affligés d'une tendreté à la vessie.

Rien de délicat dans cette question. Celui qui la pose, oui, maybe, un triste cas délicat d'ostéogenèse imparfaite. Mais autrement c'est clair, c'est net, c'est spic and span.

8 commentaires:

Gaétan Bouchard a dit...

Je salue le professeur en toi.

Mistral a dit...

Prie pour mon âme, ol'Butch: je brûle mes vaisseaux, là, et un professeur, tu sais que ça coule comme une brique, ou bedon ça boit la tasse, de ciguë...

Raton a dit...

«...pis c'est de même quasiment tous les jours»

Si on le dénonce, chacun son tour, chaque jour, ça... zut, ça ne changera rien, voire que même si ça le chatouille, il pourrait aimer ça.

Mais c'est mauditement plaisant de le lire quand il y en a d'autres qui soulignent sa bêtise.

Mistral a dit...

Y est même pas bête, c'est ça le pire. Believe me, that dude could WRITE twenty years ago. Il pouvait penser, suivre et développer une idée sur trois feuillets, et c'était fin, acide et subtil: intelligent.

I don't know what happened.

Le plumitif a dit...

je suis sans doute assez ignorant de la chose, mais j'ai toujours cru que pour qu'un mariage lève un tant soit peu, il y fallait tout de même un minimum de mixité...

Mistral a dit...

Il doit vouloir parler d'unions interraciales or something.

Le plumitif a dit...

heu... ben oui, c'est bien ce que j'avais compris... (je lutte en douce contre la sclérose du vocabulaire là en fait…)

Jean-François Thibaud a dit...

Je crois que M a été à l'école de jean Chrétien. Ils ont passé leur vie à faire semblant d'être taré. Mais à la fin, il faut reconaitre que c'est une stratégie redoutable.