18.4.09

Stéganographie

Du grec Stéganô, Je couvre et Graphô, J'écris.

La lettre qui suit est attribuée à George Sand qui l'aurait adressée à Alfred de Musset.

Je suis très émue de vous dire que j'ai
bien compris, l'autre jour, que vous avez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde un souvenir de votre
baiser et je voudrais que ce soit
là une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul. Si vous voulez me voir ainsi
dévoilée, sans aucun artifice mon âme
toute nue, daignez donc me faire une visite.
Et nous causerons en amis et en chemin.
Je vous prouverai que je suis la femme
sincère capable de vous offrir l'affection
la plus profonde et la plus étroite
amitié, en un mot, la meilleure amie
que vous puissiez rêver. Puisque votre
âme est libre, alors que l'abandon où je
vis est bien long, bien dur et bien souvent
pénible, ami très cher, j'ai le cœur
gros, accourez vite et venez me le
faire oublier. À l'amour, je veux me sou-
mettre entièrement.

Votre poupée.


Maintenant, relisez une ligne sur deux, héhé.

Alfred aurait répondu ceci:

Quand je vous jure, hélas, un éternel hommage
Voulez-vous qu'un instant je change de langage
Vous avez su captiver les sentiments d'un cœur
Que ne puis-je, avec vous, goûter le vrai bonheur
Je vous aime, ô ma belle, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n'ose dire
Avec soin, de mes vers, lisez le premier mot
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.


Il s'agit cette fois d'un acrostiche utilisant le premier mot de chaque vers. Sand répondit semblablement:

Cette grande faveur que votre ardeur réclame
Nuit peut-être à l'honneur mais répond à ma flamme.

10 commentaires:

LeDZ a dit...

Inspirant ! à tout les niveaux...

Emcée a dit...

Trop bon !

;-)

helenablue a dit...

Savoureux ...

helenablue a dit...

Mon envie à moi
de voir Montréal
est vraiment du même ordre
simple, normal
elle s'exprime aussi
avec l'élan du coeur
avec tant de ferveur
réelle et persistante
une envie pressante
de visiter ce pays
désir puissant
d'aller et venir
de goûter à loisir
à ces paysages
à se sucre d'érable
et cette lumière nouvelle .

Je me languis
connaître et découvrir
de vous
et pouvoir palier vite à
ce beoin de vous
tous qui êtes pour moi comme un autre possible
faire corps
aux coeurs inspirés
sexes en concerts
et esprits en fusions
comme est difficile
et en action
cette distance


Just du Blue !
Not Sand.

Nathaly Dufour a dit...

J'aime les codes de l'interdit. Ce sont les plus troublants. Miam.

Gaétan Bouchard a dit...

Aujourd'hui les codes de l'amour sont plus simples: «J'te trouve d'mon goût pis toé itou: tu mets une capote pis y'a pas d'problème!»

C'est moins passionné, mais ça fait quand même d'la belle job.

Mistral a dit...

Butch de Musset!

Blue, tu me fais rougir.

helenablue a dit...

Hi, Hi ...

Venise a dit...

Je cesse sur le champ de lire entre les lignes et je me mets aux débuts de ligne !

Mistral a dit...

Gardezy une canne de sirop...