7.7.11

Monsieur et Madame Toulemonde

J'ai tellement honte quand j'entends mes concitoyens se qualifier ainsi. Ils cessent d'être mes concitoyens. Des Français qui s'appelleraient Monsieur et Madame Franceprofonde, des Anglais Mister and Mistress Everibody... On est petits, on est rien, mais on est nombreux, on sait rien mais on a raison même si on sait pas pourquoi, on est toulemonde!

Fuck you. Read a book. Tas de rats.

7 commentaires:

anne des ocreries a dit...

Moui ; le truc, c'est qu'en même temps qu'on est "monsieur-madame Toulemonde" (expression du grégarisme ?), on se sent tous comme "n'étant pas n'importe qui" !

Faut qu'on m'explique comment ça se peut.

C'est déjà tellement dur d'être soi-même, alors devenir quelqu'un....!

Mistral a dit...

Yep! Tu l'expliques mieux que moi. Merci.

anne des ocreries a dit...

de rien, je pétillais ce matin ; avant d'aller débroussailler ce foutu bordel de chiotte de terrain qui s'enfriche !

helenablue a dit...

Je ne suis pas aussi sûre que vous deux quant à cette analyse. Beaucoup de gens aiment l'idée de se fondre dans la masse, non pas dans le sentiment de ne pas être n'importe qui mais juste pour pouvoir se raccrocher à l'idée d'être.

Je crois que tout à chacun tend à vouloir être, mais se trouve souvent sans repère et a du mal à se fier aux siens, ce qui l'anime de l'intérieur, sa marque de fabrique.
Je vois pas la différence entre " être soi-même" et "être quelqu'un" , si ce quelqu'un est soi-même.
Un faux problème.

On est tous " soi-même" mais on a du mal à se penser 'quelqu'un". Dans le sens entier du quelqu'un de valable, du quelqu'un qui a lieu d'être.

Je n'aurais pas honte et sans doute pas une once d'être Franceprofonde, j'aime mon pays et j'aime la profondeur. J'aurais sans conteste beaucoup de mal à être Madame Toulemonde, parce que j'aime l'idée et la réalité que chacun est unique. Néanmoins pour jouer délicieusement sur les mots, qu'on le veuille ou non, le tronc commun existe. Et même en bataillant à corps et à cris, il y a en chacun de nous un peu de tout le monde. Jung parlerait d'inconscient collectif, je préfère quant à moi la richesse en commun.

Moi, j'ai pas de terrain à défricher, juste une once de ma cervelle encore à déchiffrer!

Enjoy!

Mistral a dit...

Tu l'expliques mieux qu'elle et moi. Merci deux fois, Blue.

anne des ocreries a dit...

je plussoie ! chapeau, Blue !

helenablue a dit...

Euh! Le chapeau c'est pas moi, hi,hi, je suis la main greffée sur le côté de la tête!