2.4.08

Canarde et couvre? Li'l dumb dumb...

J'aime bien Patrick Lagacé, ne serait-ce que parce qu'il défend ses amis quand ils sont indéfendables et parce que son parcours journalistique participe d'une éthique certaine.

Ici, il me rappelle un souvenir qui n'est pas tout à fait mien: c'est surtout celui de ma mère, née en 1945, qui fut exposée à ce Passe-Partout des BabyBoomers.



Pour ma part, né en 1964, ce frisson me fut transmis: j'ai grandi avec la chienne de la bombe A, de façon virale plutôt que virile, et quand le mur de Berlin chuta en 1989, j'ai appelé mon agent de voyage.

Ne l'ai jamais rejoint. Il avait l'afficheur.

Entendu à Montréal




Le livre de Frédéric Rappaz, que j'ai préfacé, est enfin sorti et sera lancé mercredi prochain. Attention: on s'esclaffe à chaque page et on a l'air fou dans l'autobus.

Le site est désormais logé à cette adresse.

1.4.08

Chasse et pêche

Je prends ça pour du Cash.








Pas drôle de vieillir, quand tous ces gros jeunes tas te passent dans la face entre toi et la caméra en même temps que ton siècle et ta pertinence, et tu chantes sans voix et sans honte, tu t'excuses d'être un peu hoarse mais pas du tout d'être beaucoup cheval et absolument cavalier...



26.3.08

Un taxi pour l'enfer




Dans le même registre que Redacted, déjà évoqué, je recommande Taxi to the dark side. Pour alimenter l'indignation...

25.3.08

Cinq ans...


Cinq ans, 4 000 soldats yankees et de 100 000 à 1 000 000 d'Irakiens morts plus tard: la fois où j'ai marché pour rien.

À pirater: Redacted, de Brian De Palma.

24.3.08

Ma petite soeur




Bon trente-huitième rugissant, sweet sis'.

Ce vieux Ricky D parle pour moé


Quand j'aime une fois, j'aime pour toujours




J'ai marqué d'une croix la clôture de ta cour Je suis rentré chez moi par la sortie d'secours Je me suis dit tout bas : «Non ce n'est pas mon jour Son coeur est un détroit, ses yeux un carrefour» J'ai pris l'harmonica, descendu dans la cour Et dessous du lilas, j'ai chanté sans détour : Quand j'aime une fois j'aime pour toujours Quand j'aime une fois j'aime pour toujours «L'amour est un tournoi où tombent tour à tour Les guerriers maladroits noyés dans la bravoure» Si c'est ce que tu crois, si tel est ton discours Sois sûre qu'une proie deviendra ton vautour Alors que fais-tu là enfermée dans ta tour? Je veux briser les lois qui règlent tes amours Quand j'aime une fois j'aime pour toujours Quand j'aime une fois j'aime pour toujours Tu entendras ma voix dans le ciel du faubourg J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd N'entends-tu pas déjà le compte à rebours Ouvre ta véranda, annonce mon retour Je foncerai comme un ours aux pattes de velours Je veux toucher du doigt la peau de ton tambour Quand j'aime une fois j'aime pour toujours Quand j'aime une fois j'aime pour toujours

Apo et Rouveyre

Wilhelm Albert Włodzimierz Apollinary de Wąż-Kostrowicki, et pis son pote.



Soul, le pont Mirabeau; cool, la Seine...

21.3.08

Parlant de Vigneault...


Suis allé voir hier Tout est parfait avec monsieur mon fils. Le film, scénarisé par Guillaume, , suscite des réactions diverses. Ainsi, à la sortie, je m'indignais qu'on interdise le visionnement aux moins de 16 ans, ceux qui en profiteraient le plus à mes yeux, mais Jean-Christian disait comprendre pourquoi et a promis de m'expliquer plus tard avant de voler vers le boulot. Il s'est déclaré stupéfait que Guillaume, dont «l'enfance n'a pas dû être très difficile», ait réussi à si bien rendre ces personnages d'ados désespérés. Toutefois, il n'a pas aimé le choix de l'acteur principal, le trouvant trop vieux pour le rôle; moi, je le trouvais bien jeune...

Guillaume m'avait raconté la fin, le punch et tout, mais ça ne m'a pas empêché de sursauter sur mon siège tant la chose est bien amenée. Et le choix du lieu de tournage, du lieu de l'action est éclairant: il y a tout un monde situé entre Montréal et les régions, un monde statique, un vrai monde.

À voir au Quartier Latin tandis qu'il en est encore temps.

Férie

férie [feRi] n. f.

• v. 1119 ferie « jour de la semaine »; lat. feriæ « jour de repos » 1. foire

1¨ Antiq. rom. Jour pendant lequel le travail était interdit par la religion.

2¨ Liturg. cathol. Jour de la semaine, à l'exception du samedi et du dimanche. — Adj. FÉRIAL, IALE, IAUX.


Voici un petit jeu captivant pour ceux qui s'ennuient en ce jour férié, ou qui rêvent simplement de sacrer leur camp loin de mon-pays-ce-n'est-pas-un-pays-c'est-l'hiver.

19.3.08

Suspects de service



J'adore ces gars-là. Montréal va bientôt les découvrir.

Les Suspects de service

présentent
L’INVASION DES SUSPECTS DE SERVICE
Au Divan orange, 4234 Saint-Laurent, Montréal

Le mercredi 16 avril 2008 21h00


Avec Mélanie Grenier, Christian Mistral et Patrick Nicol.

C’est en chemise noire et blue-jeans de circonstances, les lunettes fumées scotchées au visage, que trois jeunes auteurs de Sherbrooke envahiront bientôt le Divan orange. Pas de cagoules ni bris de carreaux en vue, mais plutôt une soirée de lectures animée par les Suspects de service (Mathieu K.Blais, Jean-Philippe Martel et Dominic Tardif).


Depuis octobre 2006, les Suspects de service organisent des événements littéraires au cours desquels ils invitent de jeunes auteurs à partager la scène avec des écrivains reconnus, et ce, dans l'ambiance la plus festive possible. À ce jour, ils ont entre autres reçu Lucien Francoeur, Marie-Hélène Poitras et Michel Vézina. Cet arrêt au Divan orange est le premier d’une longue tournée intitulée L’Invasion des Suspects de service, pour laquelle des t-shirts sont présentement en impression. Réservez dès maintenant, les quantités sont limitées.

L’Invasion des Suspects de service veut non seulement présenter au public certains des écrivains les plus intéressants du Québec à l’heure actuelle, mais le faire avec toute l’impertinence, l’ironie et l’auto-dérision qui caractérisent le trio et qui manquent aux habituels «rendez-vous» d’écrivains, «tables rondes», «thés des aînés» et autres sommets de l’ennui littéraire. Mélanie Grenier (121 cafards et un fusil), Christian Mistral (Vamp ; Vautour ; Léon, Coco et Mulligan) et Patrick Nicol (La Notaire) livreront donc quelques-uns de leurs plus récents textes sur scène, alors que les Suspects de service assureront les sévices après vente.

Les Suspects de service travaillent à élaborer une mythologie du quotidien, tout en faisant la promotion d’une littérature jeune, sentie et divertissante.

Informations : Dominic Tardif
doum_tardif@hotmail.com
MySpace

15.3.08

Foglia


Ça fait trois fois en huit jours qu'on me demande ce que je pense de (ou si j'aime ou n'aime pas) Pierre Foglia. Je ne sais pas pourquoi trois personnes distinctes ne se connaissant pas entre elles m'ont interrogé là-dessus, d'autant plus que je n'ai jamais de moi-même évoqué ce sujet, aussi fus-je interpellé la première fois, intrigué la seconde et fucking flipping paranoied la troisième.

Dans l'intérêt de moi, de mon désir ardent qu'on ne me demande plus ça, je vais écrire ici ce que je réponds toujours à cette question de vive voix:

1. Ce n'est pas tant que Foglia écrit mieux que personne, mais personne n'écrit mieux que lui.
2. J'ai peur de Pierre Foglia. Personne ne devrait disposer de tant de pouvoir. Une seule de ses chroniques peut faire ou anéantir une réputation.
3. Par principe, je n'accorde aucune confiance à quiconque écrit du même endroit depuis trente ans. Quiconque, sauf lui. Il est l'exception. Il écrit d'une façon qui transcende et sublime la corruption naturelle. Pire, il devient encore plus franc en vieillissant. C'est un phénomène.
4. Lisez ça, mettons. Vous en connaissez beaucoup, vous, des gars qui écrivent de même? Qui vous donnent envie de confesser votre propre rapport aux putains, et en alexandrins? Moi pas.

Fait que voilà. Voilà ce que je pense de Pierre Foglia.

13.3.08

Amqui

Posté un nouveau Podcast, une nouvelle Bd; désolé pour le buzz en fond sonore, c'est la faute au micro à 8$ et aux lignes à haute tension.

Vais tenter mollement d'arranger ça.

«Peut-être demain.»

Son chum ne pouvait même pas l'envoyer chier.

10.3.08

Ostide Calisse

Quand un écrivain se fait chier chaud dans les mains et sur la nuque, le tout coulant, suintant le long du spinal-o-canal fécal-o-référentiel...

On sait qui tu es, astheure, Ostide, on sait qui tu sues, on sait pourquoi c'est que t'haïs tous ceux qui publient.


Paske tu peux pas. Paske tu l'as dans le cul. Paske t'as rien dans le crayon pis rien dans le pantalon.

Sur quinze éditeurs, deux ne se sont pas donnés le mal de t'envoyer chier (ça coûte un timbre), les treize autres t'ont laissé vibrer dans mon oxygène, sale petite ordure improductive.

Une crisse de tempête de neige, nelliganienne et drôle.

Soir d'hiver

Ah! comme la neige a neigé!
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé!
Qu'est-ce que le spasme de vivre
À la douleur que j'ai, que j'ai!

Tous les étangs gisent gelés,
Mon âme est noire: Où vis-je? Où vais-je?
Tous ses espoirs gisent gelés:
Je suis la nouvelle Norvège
D'où les blonds ciels s'en sont allés.

Pleurez, oiseaux de février,
Au sinistre frisson des choses,
Pleurez, oiseaux de février,
Pleurez mes pleurs, pleurez mes roses,
Aux branches du genévrier.

Ah! comme la neige a neigé!
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé!
Qu'est-ce que le spasme de vivre
À tout l'ennui que j'ai, que j'ai!...


Émile...

Y a trois drôles au Québec qui me plaisent, sur quelque cinq cents. Y en a qu'un seul avec qui je voudrais boire une bière, je dirai pas tout de suite lequel.

L'un des trois est André Sauvé, dont mes amis sont persuadés qu'il est Mado.

Ce sketch est tripant: il fait du bien et du mal aux tripes en même temps. C'est Queneau et Barthes en barcarolle, mytho-sodomisés au milieu d'exercices de style.

Un homme meurt, une enfant naît, la vie tournoie...


Mon vieil ami me fait part de la présente, réjouissante nouvelle attendue! La gaillarde sera belle et redoutable au Scrabble.

Elle s'appelle
Marion Vigneault
et est débarquée
le 6 mars 2008 à 00:05 am
***
Mademoiselle pesait 3,77 kilos
et mesurait 54 centimètres
(catégorie mi-lourd)
***
Son père s'engage à ne jamais
expédier un autre courriel bleu pâle
à quiconque.
***
Guillaume et Isabelle

Komo: exit final (Kamurdin Ahmed Chowdhury, 1973-2008)




Week-end aux Catacombes. Samedi, Kevin a bravé la tempête et la fureur du boss pour improviser un party funèbre au bar Pam-Pam. On s'est tous amenés sous le grésil avec un pot d'azalées, des photos du défunt et un livre de feuillets vierges parcheminés où les clients seraient invités à inscrire un souvenir, un témoignage, un adieu. Kevin a tout disposé sur une table près de l'entrée; le patron flippait vraiment, mais Kevin a déclaré que c'était le bureau de Komo, qu'il y venait chaque jour depuis dix ans et que lui-même n'y remettrait jamais plus les pieds si on lui refusait de rendre cet ultime hommage à son ami.

Et le plus étrange est que la clientèle de barflies a de tout coeur approuvé. Chacun s'est levé à son tour pour écrire sa page et repartir avec une photo. À notre table, avec Cynthia, Benoît, Isaac le juif et Danny l'Hindou et un Grec dont le nom m'échappe et d'autres qui allaient et venaient, bref un congrès concevable uniquement dans Parc-Extension, on a bu en se racontant des anecdotes du disparu et en alimentant le juke-box de ses chansons préférées. À un moment donné, Cynthia a failli se battre avec un gros noir imbécile qui tentait de tuer une souricette à coups de balai; l'animal effrayé, saignant du museau, s'est réfugié sur l'épaule de cette Françoise d'Assise qui l'a mené dehors vers la sécurité: elle a marché sans manteau jusqu'à trouver un squat chaud pour la petite bête. Y a une couple d'années, sur l'heure du lunch au boulot qu'elle prenait dehors au soleil, un oiseau à la patte cassée s'est réfugié sur sa tête alors que ses consoeurs le pourchassaient pour l'euthanasier...

8.3.08

Promenade à la campagne

Nouveau podcast posté.

MdF




Soirée délicieuse hier, d'abord au lancement de Marchand de Feuilles, puis avec Marie-Chantale et quelques amis stimulants dans un loft surplombant la Place Jacques-Cartier et le Vieux-Port, enfin au Holder, rue McGill. MaxCat est resté au loft pour finir le porto. On a convenu d'une entrevue baladodiffusée pour bientôt.

6.3.08

Paul Verlaine et Pablo Picasso au bordel amer


Partie carrée


Chute des reins, chute du rêve enfantin d'être sage,
Fesses, trône adoré de l'impudeur,
Fesses, dont la blancheur divinise encor la rondeur,
Triomphe de la chair mieux que celui par le visage !

Seins, double mont d'azur et de lait aux deux cîmes brunes,
Commandant quel vallon, quel bois sacré!
Seins, dont les bouts charmants sont un fruit vivant, savouré
Par la langue et la bouche ivres de ces bonnes fortunes !

Fesses, et leur ravin mignard d'ombre rose un peu sombre
Où rôde le désir devenu fou,
Chers oreillers, coussin au pli profond pour la face ou
Le sexe, et frais repos des mains après ces tours sans nombres !

Seins, fins régals aussi des mains qu'ils gorgent de délices,
Seins lourds, puissants, un brin fiers et moqueurs,
Dandinés, balancés, et, se sentant forts et vainqueurs,
Vers nos prosternements comme regardant en coulisse !

Fesses, les grandes sœurs des seins vraiment, mais plus nature,
Plus bonhomme, sourieuses aussi,
Mais sans malices trop et qui s'abstiennent du souci
De dominer, étant belles pour toute dictature!

Mais quoi ? Vous quatre, bons tyrans, despotes doux et justes,
Vous impériales et vous princiers,
Qui courbez le vulgaire et sacrez vos initiés,
Gloire et louange à vous, Seins très saints, Fesses très augustes !

PV

5.3.08

Antonios Vekris, le véritable grand Antonio...

...est aussi l'original Bonhomme dans la Lune. Je lui emprunte ces images qu'il a piquées sur YouTube, pour vous les régurgiter, Terriens terre-à-terre.

Papa won't take the bus


Inch'Allah

Komo est mort cet après-midi à quatorze heures. Alcoolisme terminal. Il avait trente-cinq ans. Pour un musulman, techniquement, ça la fout mal. Mais c'était un homme doux et généreux, un bon ami, et Kevin et Cynthia sont dévastés, même s'il ne s'agit pas d'une surprise. Komo ado avait survécu à une guerre civile et à quelques balles dans la peau, là où son frère aîné avait succombé, mais c'est une goutte de trop qui aura eu raison de ce Bengali qui va rester dans nos coeurs tant qu'on n'y sera pas passés aussi.

Le Bangladesh est à cheval sur le tropique du Cancer...

Baladodiffusé

Les Vokis, c'était bien joli, mais comme ça limitait à soixante secondes et que j'ai une grande, une très grande gueule, j'ai consulté les jeunes loups de mon conglomérat (Christian Mistral World Publishing Incorporated) qui m'ont convaincu sans trop de mal (une bouteille de Johnnie Red et deux barres de chocolat) de me lancer dans la baladodiffusion. Pour un écrivain si foutrement fainéant que l'idée même de prendre la plume ou de piocher sur un clavier lui fait jacker du vomi jusque aux lèvres, le concept est séduisant.

3.3.08

The tipping point

Merci, babygirl. J'ai reçu le bouquin de Malcolm Gladwell, la Caramilk, la Zero au lait, la Hershey's extra dark, les M&M's aux pinottes et le tube de SweetTarts.

Sugar sugar, oh honey honey

Pris une lecture de mon taux de glucose. La normale se situe entre 4 et 7. Je roule à 14 et plus depuis ché pas quand. Ça explique bien des choses.

2.3.08

Fais comme un oiseau!

Fallait Michel Fugain (teint en blonde et ras la boule, mais quand même) pour esplicher ce soir à TLMEP au kid de l'Armée Canadienne: T'es un môme. Un môme! Je te vois, t'as 24 ans, t'es un môme et on te pitche à la guerre! Et l'ancien coach crotté de hockey de Québec qui disait le contraire...

Merci, Fugain, d'avoir défendu nos enfants. Je t'aimais pas trop avant. Mais je crois que des petits gars se feront pas squeesher à Kaboul grâce à toi. Y en a qui vont y penser avant de s'engager demain, et des mamans qui vont protéger leurs gamins. Merci.

Quand K cause, j'ékoute

Va falloir relaxer avec la pitoune, elle te met dans un mauvais maudit mood de merde; même la mienne, dans le meilleur des pires, me métamorphose pas ainsi.

Johhny rides free!



La bride sur le cou, Barbe fesse dans la tas avec force et finesse et toute son intelligence et son sens de la justice, et toute sa masse et sa gravitas! C'est dans la centième émission de Il va y avoir du sport!

John en grande forme, sans conflit d'intérêts, John qui me remet le moral à hauteur d'humanité masculine. Jean Barbe qui débat. N'allez pas croire qu'il ne croit en rien parce qu'il argumente au gré du tir au sort! Bien au contraire. C'est l'essence même du débat, et Jean jase en homme intelligent: croyez bien qu'il passe sa vie à s'ostiner lui-même, et si vous en doutez, lisez ses romans.

Johnny rides, la bouche en feu, la tête au vent, he flies free!

They just don't get it.

I drink alone; George Thorogood.

L'autodafé de VLB

Victor-Lévy brûle ses livres...

Je songe, par solidarité, à prendre un raccourci et simplement ne plus écrire les miens. Un fieffé paresseux de ma trempe se cherche toujours une bonne excuse. L'excuse politique, j'y avais pas encore pensé.

29.2.08

Extase et vitesse


On jase, on joue aux fesses, on descend dans la vase et on fesse et on va bouffer des côtes levées, on se met, on se remet, on se met et se remet dans de tels états que les conversations subliment toutes nos peurs et nos conditionnements, transcendent l'ordinaire des amants fonctionnels, et nous parvenons à nous aimer sans faire de chichis, on traverse les règnes animaux, minéraux et végétaux en s'excitant la cervelle et le sexe avec le dictionnaire, on en a dans la culotte et on remarque qu'en s'aimant ainsi on trouve le monde moins laid aussi.

Mohamed, que la paix soit avec lui, a écrit:


Mohamed Lotfi a écrit:
date: 19 févr. 2008 07:58
objet: Y'a pas de poésie en prison!

''Ma plus belle chanson. Je ne ferai jamais mieux. Écrite à la prison de Bordeaux sur les instances de Mohamed Lotfi qui, apprenant mon incarcération, vint me la demander alors que j'avais encore les menottes aux poignets, si bien que je ne conserve aucun souvenir de sa rédaction et ne la reconnais que par le style et le dernier vers, dont je me rappelle avoir été fier. Michel Rivard l'a mise en musique et l'interprète à la guitare sèche, accompagné de Richard Séguin à l'harmonica. Cela ne tourne qu'à Radio-Canada et à CIBL, de loin en loin. Les citoyens demeurent indifférents, mais les ex-taulards pleurent en l'entendant. Semi-réussite, donc. Le jour où je saurai assez écrire pour faire comprendre la geôle aux honnêtes gens, j'irai cultiver mes artichauts.''

Extrait du livre Fontes de Christian Mistral, page 182.


Le 20 décembre 2007, le Quatuor Orphée (Nathalie Duchesne, Geneviève Clermont, Karine Lalonde et Stéphanie Collerette) était venu à l'occasion de Noël pour offrir aux Souverains de la prison de Bordeaux un récital.

Pour les 25 détenus participant à cette rencontre, ce jour-là était leur premier rendez-vous avec un concert à saveur classique.

Au programme:
La compursita, La bohème, Belle, Yesterday, Canon (Pachelbel), un traditionnel québécois et Avec classe de Corneille interprété par un Souverain.

Et pour couronner le tout, j'avais demandé au Quatuor de tenter un arrangement sur la pièce ''Y'a pas de poésie en prison'' écrite en 1997 par Christian Mistral, composée et interprétée par Michel Rivard. Tiré de l'album Libre à vous.

Le succès de cette rencontre est total. Après chaque pièce, les Souverains se levaient pour une standing ovation.

Le matin du jeudi 14 février 2008, le Quatuor Orphée était de retour chez les Souverains.

Cette fois pour célébrer la Saint-Valentin et par la même occasion réenregistrer ''Y'a pas de poésie en prison'' que le Quatuor Orphée voulait ajouter à son démo et sur sa page MySpace.

Et voici le résultat!

Cliquez, téléchargez et écoutez

20.2.08

Cat

Pas un christ de mot

Je le dis, je l'écris ici, que ça se rende: je veux pas entendre un christ de mot du même tonneau que la dernière fois qu'elle et moi nous sommes empoignés par écrit en public. Je veux pas en lire un christ non plus. On les a tous lus et entendus, les téteux sentencieux de vingt ans a soixante qui déclarent sombrement a voix basse: l'internet n'est pas un endroit pour parler de choses personnelles. Gang de caves. Pensent que le Net sert a lister des recettes et se faire des amis Facebook et gémir sur leur vie sous pseudonyme. Y en a même des extra-épais qui m'ont abordé pour exalter Vacuum, que j'ai revus et qui finalement trouvaient que c'est plus safe de lire dans leur salon ce que d'autres vivent.

Personne n'est forcé de venir ici, pas plus que sur un site de porno animale. Faque si vous aimez pas notre façon de jaser chez nous, scrammez, les autres on s'en débouche une frette pis on jase.

Bunker

Y a des gens qui me connaissent depuis vingt ans et qui ne donneraient jamais mon adresse sans m'en demander la permission, pour des raisons qui coulent de source, et y a des caves et des ventouses qui se moussent de la répandre parce qu'ils la savent depuis le mois de juillet. Mélissa LeBlanc, la femme de Christophe Vitalis, s'amuse au jeu du mémérage de mes coordonnées, au point que je dois changer mes adresses de courriel et mon numéro de téléphone ainsi que le code d'entrée dans mon building. Mais je vais pas déménager. Pour savoir les nouvelles données, contactez Kevin.

DA

Ché pas qui c'est, Double Assassinat, ché pas si c'est un gars ou une fille, et en signant parfois DoubleAssass', le baudet ainsi quadruplé ne me simplifie pas l'enquête; il m'arrive de soupçonner Chantal et Aleksi, mais ils sont déjà si pris à être Anne Archet... bref, c'est très compliqué.

Ché pas c'est qui, Double Assassinat, mais ça torche. J'ai eu connaissance de son blog quand son blog m'a payé la traite, et depuis je jouis et j'apprends en le lisant. C'est violent, brillant, analytique, violent, sincère, violent, brutal, irrationnel parfois mais rarement, et violent. Et c'est brillant.

Et anonyme, ce qui est triste, mais je vous y réfère anyway: les ceuzes qui passent par ici se ramasseront pas là-bas en terra incognita.

15.2.08

Façon de parler

Des soûleries et des Zhoms



Photo archives La Presse

Et on dit que les journalistes se tiennent les coudes! À la vérité, ça joue dur, je vous jure.

Chronique pilote (2)

Chronique pilote
Christian MISTRAL
2 novembre 2007

Deux de deux : Causer solo

A/S : Sylvain PREVATE
Cc : Maxime CATELLIER
Caractères (espaces compris) : 4 342

Objet : Ce que serait ma seconde chronique si j’avais dû la torcher ce soir. Te donner, Sylvain, matière tangible à te faire une idée.




C’est mon sentiment, personnel, fondé uniquement sur l’expérience et le sens commun, qui n’a aucune valeur scientifique et conserve donc une chance d’être vrai : le taux de gens qui parlent tout seuls en ville est en forte hausse.

Sont-ce des fous ordinaires, à la mode d’antan, ou des fous branchés Bluetooth today qui parlent vraiment à quelqu’un qui les écoute, à l’autre bout, quelqu’un qui les connaît et se soucie de ce qu’ils disent, qui ne parlent pas seulement pour qui les entend (comme moi et la moitié du restaurant, forcés), et pourquoi devrais-je les croire sur parole?

Si vous me croisez en ville, que je parle en l’air comme un dément et que vous osez m’en demander la raison, et supposons que j’affirme être en train de causer avec Nelly, vous ne seriez pas blâmable de zyeuter mes oreilles, voir s’il s’y trouve un micro-téléphone wifi, et en admettant que vous en constatiez l’absence, vous seriez fondé de me prendre pour un maniaque, un menteur, un farceur, un admirateur intense ou un poète, toutes ces incarnations étant chaudes et gelées de concert.

Pourtant, quiconque connaît Nelly et/ou moi, qui ne nous connaissons pas, sait qu’elle ne m’a jamais filé son numéro ni moi le mien. Sachant cela, et que tous les problèmes sont circulaires, on revient au début : menteur, farceur, fou? Le fait est que ça importe peu, parce que les réponses valent ce que valent les questions, une vérité que devraient méditer les romanciers, les parents, les profs nés dans les années quarante, les vieux clients du Boudoir ou du Quai des Brumes et tous les moralistes en général.

En vérité, on ne demande jamais aux gens qui semblent parler tout seuls à qui ils pensent parler. Ils nous font peur. On tente de se rassurer, sans succès, en se disant qu’ils se parlent à eux-mêmes (pour cause de solitude, d’ivrognerie, d’injustice sociale, de crackpoterie, d’enfance abusive, pour cause de cent slogans Passe-Partout, de cent slogans Jeanette Bertrand, de cent causes vagues et simples qu’on est conditionnés à invoquer sans y penser pour mieux passer à autre chose de plus facile), mais cependant qu’on se dit ça (voir avant la parenthèse, quatre lignes plus haut) on est bien conscients qu’on se parle tout seul itou, on est pas fous, et que tout ce qui nous distingue encore, c’est qu’on le fait en silence. There but for the grace of God go I…

Ils nous effraient, eux ou la réponse qu’ils nous feraient, ou peut-être l’épouvantable perspective qu’ils ne comprennent pas notre question. Moi, je me contente de leur faire baisser le ton. Veux pas savoir à qui ils parlent, ni de quoi, ni s’il y a vraiment quelqu’un au bout du sans-fil. Comment ferais-je, pour le savoir? Leur arracher le machin de l’oreille et y coller la mienne? C’est inélégant. J’ai pas été élevé dans une grange par des Hells Angels. Je me contente donc de les ignorer laborieusement, quand je suis de bonne humeur, et le reste du temps je les engueule jusqu’à ce que leurs faces se parsèment de rosace et que leurs caleçons jaunissent. J’aime les choses claires, est-ce donc si répréhensible?

Je suis écrivain, je fais métier de communiquer, je fuis les pléonasmes mais je pense anyway que parler tout seul, c’est une chose très sérieuse et très intime, à ne faire qu’en privé, quand on est tout seul, dans le particulier, en l’absence d’autrui, à l’exclusion d’auditeur, conjugué au singulier, en couple quand l’autre n’est pas là, en société quand il n’y a personne! Il y a des tonnes d’étudiants qui se cherchent d’originales matières à thèses. En Littérature, c’est n’importe quoi qui ne parle pas de Hubert Aquin. En Socio, c’est n’importe quoi. S’agit juste de le dire autrement. C’est ainsi qu’on se ramasse avec plein de socios en litt, fatalement, et jamais l’inverse, mais je digresse. Le sujet original, pas touché, le voilà : forget les squeegees, l’itinérance des jeunes hommes, leurs chicks et leurs cinq chiens, le suicide juvénile et l’Ecstasy comme symptôme d’un mal banlieusard, forget all that, puisque c’est déjà fait, étudié à mort, par des universitaires pleins de cours dogmatiques et de lectures mal digérées, forget it et va dans la rue, enquête, cherche voir s’il n’y a pas plus de gens maintenant qui parlent tout seuls qu’avant, et pourquoi, et comment, et cetera, bordel je vais pas faire le travail à ta place…

14.2.08

13.2.08

Petit Robert dit...

Deux mots du jour:

soliflore [sCliflCY] n. m.

• 1967; du lat. solus « seul » et flos, floris « fleur »

¨ Vase destiné à recevoir une seule fleur. « un soliflore de Gallé contenant une ipomée à fleur pourpre » (Perec).

véhiculaire [veikylDY] adj.

• 1905; « relatif aux véhicules » 1842; de véhicule

¨ Didact. Langue véhiculaire, servant aux communications entre des groupes de langue maternelle différente.

L'intérêt de véhiculaire, je trouve, est qu'il s'oppose à vernaculaire...

12.2.08

Chronique pilote (1)

Il a été, l'automne dernier, vaguement question que je remplace tel choniqueur dans tel hebdo montréalais. J'avais produit une couple de prototypes pour aider les décideurs à se faire une idée de ce à quoi ça ressemblerait. La décision tarde à m'être communiquée, et j'écris pas pour les tiroirs, faque voici le premier de ces échantillons.

Chronique pilote
Christian MISTRAL
2 novembre 2007

Une de deux : L’alinéa

A/S : Sylvain PREVATE
Cc : Maxime CATELLIER
Caractères (espaces compris) : 4 146

Objet : Ce que serait ma première chronique si j’avais dû la torcher ce soir. Te donner, Sylvain, matière tangible à te faire une idée.




Ma première chronique, j’avais dans l’idée qu’elle porte sur la disparition de l’alinéa, mais ça devra attendre, pour un tas de bonnes raisons et d’autres aussi. Par exemple? Par exemple, je n’en sais pas encore assez sur la question, à part que j’ai appris à écrire avec et qu’on ne m’a prévenu de son obsolescence (qui est un peu la mienne) qu’après-coup. En plus, c’est une assistante de direction qui m’a mis au parfum, m’enseignant du même coup qu’il n’y a plus, non plus, de secrétaires. Alinéa, secrétaire, même évaporation soudaine. Mais bon, a linea signifie s’écarter de la ligne, et s’écarter de la ligne, ce n’est plus cool du tout. Pour ce qui est de la secrétaire, je voyais bien qu'elle existait toujours, puisque je couchais avec : elle avait seulement changé de nom. Mais l’alinéa, basta! Effacé d’abord de la correspondance commerciale, il s’est naturellement estompé des effets épistolaires électroniques privés (certains disent même e-mails, courriels ou autres barbarismes exotiques). Les journaux l’évacuent aussi à toute voile et subtils coups de pied en poupe. L’alinéa, pour autant que je puisse en juger, se réfugie chez les éditeurs de littérature adoubés, ceux-là mêmes qui sont tant occupés à mourir. Busy, busy… Moi, je voudrais en parler à Foglia avant de me faire une idée, parce qu’il écrit mieux que personne, bien entendu (quoiqu’il serait plus juste de dire que personne n’écrit mieux que lui) mais aussi parce qu’il a été typographe, qu’il a vu tout un corps de métier soufflé de la surface de notre époque en quelques années à peine, comme les maréchaux-ferrants au tournant du vingtième siècle, et qu’il doit pouvoir nourrir ma réflexion sur l’alinéa. L’ennui, c’est que j’ai peur de parler à Foglia. Pourquoi fucker le chien quand tout va bien? On ne s’est jamais parlé, jamais achalé, et c’est pas l’alinéa, condamné anyway, qui va me faire rompre un pacte tacite de non-intersection aussi durable et aussi fécond. Pourquoi fécond? Pasque c’est le contraire de stérile.

Ceci, c’est comme qui dirait une chronique-pilote. Comme le pilote d’une émission de tévé. C’est destiné à donner une idée du produit à celui qui est susceptible de l’acheter. Ce n’est à peu près jamais diffusé. Ça sert aussi à faire des ajustements de dernière minute, du fine tuning. On ne m’a pas demandé de l’écrire, et ça m’aurait insulté qu’on le fasse, après douze livres, you know, mais si Brando a pu auditionner pour le rôle du Parrain et se bourrer les gencives de coton hydrophile, je me dis que je ne suis pas au-dessus de fournir gracieusement un aperçu du genre de réflexions que j’envisagerais de partager dans ce journal.

Je l’ai dit à trois personnes, qu’il n’était pas impossible que je m’efforce de boucher le trou laissé ici par l’Avard. Aux deux premières, j’ai dû préciser qu’il ne s’agissait pas de celui de Molière, mais de l’autre, celui de Gratton. La troisième m’a accusé d’appartenir à la mafia maskoutaine. En effet, Avard et moi sommes issus tous deux des entrailles triomphantes du Séminaire de Saint-Hyacinthe, qui a prospéré cent-cinquante ans à travers incendies, corruption, consanguinité de sa clientèle héréditaire, réputation surfaite et vocation vacillante, prospéré donc et attendu qu’Avard et moi et tous les types de notre temps passent par là pour disparaître.

Je sais, c’est une longue phrase, un peu lourde, un peu compliquée, mais elle est correcte, so live with it. Stop whining. People whine all the time. On lit un journal gratis dans un pays qui ne nous oblige ni à lire ni à ne pas lire et on trouve le moyen de chialer comme des cochons de lait intolérants au lactose. Trop longues, les phrases? Too damn bad. À l’Échange, y a une pile de Martine à la plage. En solde.

Vous autres, les autres, ceux qui n’ont pas frémi de chienne en parcourant ce qui précède, je suis sacrément content d’entamer ce continuum textuel avec vous. Je n’aimerais pas parler tout seul. J’en verserais des larmes d’instruction passive, d’un méchant coloris, ce serait pas joli, ce serait, je sais pas, genre épave et violet d’automne drogué, tirant moitié sur le full brun, moitié sur le full planche, comme?

10.2.08

J'ai trouvé mon roman!!!

J'ai trouvé GOTH! Je sais comment m'y prendre! J'ai ruminé dans le vide une mille et unième nuit et voilà, voilà, VOILÀ, Nom de Dieu de putain de chierie de bordel à cul de saloperie de pute de pompe à noeud de calvaire!

Je l'ai trouvé, l'enfant de con. Je le tiens par les schnolles. J'en reviens pas...

Christ, je pense que je suis heureux. J'érige une croix hosannière sur l'ossuaire de mes ébauches mort-nées! Alleluia, sweet Lord, Hallelujah you bastard.

Plus pire. Invivable à l'excès. À en perdre son français. À en voir des bubons champignonner sur ses abcès. Say it ain’t so, Saigneur là-haut!!!

Democratic presidential hopeful, Sen. Hillary Rodham Clinton, D-N.Y., wipes her eye as she listens to a disabled U.S. veteran in the audience tell his story during a campaign stop at The City of Lewiston Memorial Armory in Lewiston, Maine., Saturday, Feb. 9, 2008.
(AP Photo/Carolyn Kaster)



Dis-moi, Saigneur, qu’après huit ans de cette face de singe obtus, ce Bush qui marche comme un ado jeté dans un pénitencier, le torse bombé, les bras en parenthèses, puant la pueur à travers la tévé, effrayé de se pencher, dis-moi que pire ne peut pas survenir, que je vais pas devoir survivre huit ans aussi au spectacle de cette vieille garce de Hillary me braillant au visage chaque fois que l’occasion est mûre, dis-moi que les femmes vont s’écoeurer de la regarder chialer avant le mois de novembre, je pourrai pas endurer ça, je pourrai pas. Donne-moi un psychopathe, un infirme, un vieillard sénile, un menteur priapique, un nègre, une femme ou même un Républicain, mais pas une pleureuse, et surtout pas une pleureuse à la vocation aussi tardive, Saigneur, sacrement! C'est comme glisser une vieille nonne fraîchement défroquée entre mes draps, toute nue, grelottante, parfumée au camphre et très vierge. Kesse tu veux que j'en fasse??? Elle est même pas capable de faire semblant comme du monde!

Photoshortshortstory


Kevin, moi, nos réflexions, nos armes blanches, à la Maison des Écrivains il y a cent ans.

Message sociétal


Y a pas que Brûlé qui puisse s'offrir des billboards.

Ma nature a horreur du vide



C'est pourquoi, m'engouffrant à grands frais dans le vacuum causé par l'absence de revues littéraires qui parlent des vraies affaires, j'ai laissé les jeunes loups de mon conglomérat (Christian Mistral Publishing Inc.) développer deux nouveaux périodiques excitants, sharps, proactifs et pas chers.

Achetez-les, parce que j'ai beau m'habiller avec ce que je trouve par terre, j'ai déjà perdu ma chemise préférée la semaine dernière. Oui, j'ai piqué les photos à LG et Lorazepam, mais les textes sont tous de moi et j'ai même pas les moyens de me payer ce que je vaux sur le marché. Ces magazines seront ma ruine...

9.2.08

Haïku? Senryū?

Ché pas. Un peu des deux. Mais ce type, Stéphane Ranger, m'a rappelé sans le savoir que j'ai pas lu de poésie de mec depuis trop longtemps, et que ça fait du bien, au point de me redonner le goût d'en écrire. Je le cite ici sans vergogne:

Elle te lèche sans laisser de traces,
réprime un rapport, puis
en veut encore.


***

Googlant pour combler tant soit peu mon (au fond) abyssale ignorance des genres littéraires évoqués dans l'en-tête, je suis tombé sur le site de André Cayrel, et ce charmant spécimen de 5-7-5:

jupe volante
l’air de rien derrière elle
le Mistral et moi

8.2.08

Godspeed Malice,

Tripe well à Lutèce.

Hosties de restants de Boomers à marde, m'as vous en chier de la nouvelle orthographe!

Les tabarnaks, va ben falloir finir par ce que je respecte leur programme de goules destroy: non seulement ils veulent pas mourir ni même se tasser du chemin, en plus faut qu'ils s'assurent avec leurs dernières forces botoxadriengagnonbeatlesmai68decrissesdecharognes que nos flos soyent ben débiles, rachevés pour de bon, pour sept fois sept générations, maudite gang puante de vieux bébés nuisibles, crevez donc hostie! Faites de l'air! Dégagez des ministères, des écoles, des journaux, des syndicats, des trous à rats oùske vous cachez votre shame de hippies ratés, de Canadiens-Français vendus, de lèpre grasse sur la face du temps! Décrissez!

7.2.08

M

Souveraine debout, savoureuse à genoux, délicieuse à contempler sinuant sur le plancher, et musicale et lumineuse dans le jouir urgent. Un sacré morceau de femme. Hommage.

5.2.08

4.2.08

Après coup


Le lancement de Ed Hardcore, vendredi soir à l'Esco, s'est déroulé sans scandale majeur et j'ai ensuite ramené au Bunker, dans un gentil grésil, ce qui restait des Femmes à Couilles, de même qu'Émerance et Roger Gregor. Entre le gin bleu, la bière noire, la vitesse et l'extase, il semble que Meth et moi soyons les seuls à se souvenir assez précisément du déroulement de la soirée, que nous étirons toujours trois jours plus tard, peu pressés qu'elle se termine. C'est juste un peu difficile de visionner La Mélodie du Bonheur avec my darling qui s'esclaffe toutes les dix lignes à la lecture de Prison de poupées...

31.1.08

Fly me to the moon...

Faut aller voir ce que ce beau cinglé Coyote Inquiet a mis ici. Vous avez tous des chats, pour autant que je sache, et c'est pas parce que j'ai un peu tué le mien que je ne l'aimais pas. Et puis les astres, et les désastres, et les Sinatra. Et puis Cupidon, et Picasso, et l'odeur de la colle (du collage)...

Ouimet: au scope

On dira ce qu'on voudra. Que je m'énerve comme ça, sans motif évident, et on aura raison: mon motif est tout sauf évident, c'est même la nature de mon motif.

Quarante ans que je la trouve belle mais fausse et que je ferme ma gueule, après tout; quarante ans que je l'écoute roucouler tandis que le monde autour de moi change et que je suis forcé de changer avec tandis qu'elle perpétue à s'en éclater la peau déjà bien gonflante l'ère pourrie de CKVL, d'Edward Rémy, des vendeurs de cossins, du mépris des gens, comme une Michèle Richard de Nun's Island (c'est toujours à Verdun), comme un vieux monologue de Deschamps qu'il ne referait plus parce qu'il le laisse aux archéologues. Quarante ans et hier, en l'entendant roucouler encore à l'émission de Christiane Charette pour assumer quelque autorité sur la mémoire de Pierre Péladeau sans admettre d'où elle lui vient, me rendant chèvre en quête d'un coupe-chou, me rappelant que ce ne sont pas les demi-mondain(e)s qui me dégueulent mais les outres charlatanesques outrancières dont ça finit par être écrit sur le visage et qui sont les seules à croire qu'on est peut-être toujours dupes, hier donc, j'ai flippé hostie.

Quand Christiane dit «On sait pourquoi» et que l'autre sursaute par réflexe, «Ben là!», quand Maisonneuve le lui envoie dire par patientes et courtoises mais claires périphrases et qu'elle en reste sur cette impression suggérée qu'elle était, je sais pas, l'éminence grise asexuée de Péladeau, et que je me souviens de la French Connection, de comment elle s'en est foutre bien sortie parce que son amant a naturellement tout pris sur lui et que les hommes de justice ont fait le reste, quand je pense que ça fait quarante ans qu'elle nous fait chier parce qu'elle a démarré en jouant ses nénés pour plus tard le renier, j'en ai marre, chu écoeuré, je dis down avec cette culture révolue de journaux jaunes et de vedettes indélébiles comme des taches de sauce à spag sur le tissu social, je dis changeons le tissu social et prenons-en un autre, je dis à bas les vieilles colombes élevées à l'école de Coco Léopold, je dis à bas les chanteuses de Corus, parce que ça se reproduit ce monde-là, avec des Jean-Pierre Coallier, ça part de CIME et c'est rendu à 98.5 FM, ça engendre médiocrité, corruption et mépris souverain, ça transforme des Billy Bob Dutrizac écrivains en épaves hargneuses qui s'appellent Benoît (épaves, le mot-clé: la hargne, c'est sain, mais c'est comme la branlette, faut pas en abuser), anyway c'est une industrie de charogne.

Other than that, j'ai pas de problème avec ça. À preuve, je commenterai même pas cet article pris au hasard parmi cent, où l'écrivaine nous expose... Oh! pis merde.

You, madam, are no Lillie Langtry.

30.1.08

Aller loin

Julien Brault vient de sortir sa bio de Péladeau. Faut voir ses trois minutes avec Simon Durivage: quand je vous dis que ce gamin ira loin...

Mieux: l'écouter à Christiane Charette. En bonus, on comprend aussi comment l'ineffable Danielle Ouimet est allée vachement loin par ses propres vertus...

De Pierre Maisonneuve, injustement, j'attendais de la condescendance, or pas du tout: il semble respecter un journaliste d'investigation...

Julien a vingt-et-un ans, by the way. Surveillez-le.

29.1.08

Canard libéré!

Message du Duck sur mon répondeur. Il est hors des griffes des docteurs. Reste des emmerdements à neutraliser, mais une chose à la fois...

Quelle famille!


Si j'ai dormi vingt-quatre heures comme une souche, c'est que j'ai passé la nuit de dimanche à lundi au Bunker avec cousin Jean-François (Moran). Un tas de temps à rattraper et d'idées à explorer. Et comme il part conquérir Cannes, on a beaucoup parlé de cinéma...

Sur son album Tabac figure un texte de me myself & I: Vers à soie.

Prix des libraires 2008

On vient d'annoncer que Léon, Coco et Mulligan passe en finales. Ça met de sacrée belle humeur!

Proclamation du lauréat le 12 mai.

27.1.08

Con, cul et cervelet

Ébauche de note sur la débauche, ou plan de nouvelle sur la destroy-trinity, ou titre de mon next western-spaghetti slash pétroleuse: j'ai pas encore décidé.

J'esquisse des schémas, j'essaie de faire fitter tout ça sur le papier mais la motivation me fuit, l'hélice qui propulse ma protagoniste a une pale déwrenchée, j'ai pas pris la garantie prolongée, paraît que c'est moins de trouble et de microbes si on crisse le tas grouillant aux vidanges dret-là, et qu'on repart en neuf, genre; paraîtrait même qu'un artiste doit planifier, calculer, peser et mesurer la portion maximale de sa viande qu'il peut sans danger céder aux appétits du Chancre en fuck-me shoes. Parce que tout ne sera pas assez, jamais, que l'animal se repaîtra de vos moelles rouges et rongera vos nerfs morts et se curera les canines avec les éclats de vos os en contemplant ses orteils et s'enduira la peau de vos graisses fondues pour se garder au chaud tandis qu'un petit bout pointu de sa langue avide viendra darder sur ses babines pour nettoyer les restes de ce que vous fûtes hier encore. Puis cela rotera, digérera, chiera, changera de caverne et recommencera sans faim dicible, sans fin prévisible. Nulle émotion, nulle aspiration, nul langage ne toucheront jamais cet estomac ondulant et ces crocs homicides et ce sexe qui mord, plante ivre carnivore. Pour vaincre ces ventouses-là, j’ai testé foule de moyens, mais comme on ne crève un vampire qu’avec un épieu dans le cœur, on ne vient à bout des mangeuses qu’en les laissant bien vous manger après s’être maudit soi-même et grassement empoisonné.

Faut les faire choker sur le festin, crisse. Y a pas d’autre moyen certain. Faut que leurs tripes soient votre tombeau et que leurs souffrances vous récompensent du sacrifice.

26.1.08

LYES: nouvelles du Duck

OK, Amélie me fournit de quoi ne pas spéculer à l'inquiétude comme un moteur qui tourne à l'odeur résiduelle de gasoline, ce qui me décrit pile-poil.

Le Duck n'est pas à Pinel. Il est, mettons, redevenu campivalencien à contrecoeur. Chu nul en géo mais chu fort en français, faque relisez avant de m'écrire que ça se peut pas.

Il est pas sorti de l'auberge, c'est tout ce que je me sens autorisé à dire avant de lui avoir parlé, mais au moins il n'est pas à Pinel. Dès que je mets la main dessus et que j'en ai fini avec lui, je vous donne des nouvelles de ce qui reste.

Compter large

Je me sens plein de largesses, et mon miroir ne dit pas le contraire, ni mes chemises qui craquent aux entournures.

Plein de largesses, assez pour me compter six jours pleins si on inclut dimanche dernier, six jours de bonheur béat et pourquoi pas? C'est déjà six fois plus que ce qu'on espérait. On jouait, et ça nous a fait une tonne de bien. Back to work, now. Retour à l'ouvrage. Crisse de job à plein temps, de croire en rien et de pas s'émouvoir jamais, de manoeuvrer des coudes et du ciboulot tout en joggant sur un tapis roulant à rebours, de trahir soi-même et autrui en harmonie synchrone, et encore faut-il trouver du temps pour la poésie, et pour sortir les vidanges, et...

Ché pas comment ils font, les gens, les vrais. Moi j'ai une hernie rien qu'à y penser.

Rise, Sir Ksi!


L'ai toujours su, moi, qu'il avait du chevaleresque en lui, que ça lui plaise ou pas, et qu'elle le lui ferait sortir du bide quand viendrait le moment, bon gré mal gré. Les gens le conçoivent pas, ils s'imaginent que c'est elle qui le défend, depuis la cour d'école c'est comme ça, mais eux savent, et moi aussi je sais: il la protège depuis toujours, surtout contre elle-même et sa facilité surnaturelle à se compliquer la vie.

J'ai sorti un seul poisson de l'eau dans ma carrière de pêcheur, un tout petit, durant un séjour au Lac Chépukoi avec Louis Hamelin, mais cette fois-là j'étais tout seul dans la chaloupe, Louis était parti marcher dans le bois et parler aux animaux et il avait négligé de me montrer comment retirer l'hameçon. Anyway, j'ai regardé ce petit poisson se débattre près d'une demi-heure hors de l'eau avant de rendre son âme de petit poisson, et encore, a fallu que je l'assomme avec la rame.

Croyez-moi quand je vous dis que ces deux-là, séparés l'un de l'autre, ne dureraient pas quinze minutes. Ils sont leur mutuel élément. Ils s'aiment tellement que c'en est dégoûtant.

Hé hé. Attends seulement que je les pogne. Anne Archet m'a fourni une bonne description...

FREE THE DUCK!

D'après mes calculs, même en comptant large, d'ici quatre jours au plus tard et en supposant que vous l'ayez inhumé à Pinel pour un mois, vous allez devoir libérer notre Canard, que vous avez pris au piège la veille de Noël.

Laissez-le sortir, hostie. I shit you not, comme dirait l'autre, le doux de nous deux...

LBES

Brasser la marmite

Je viens de faire quelques rounds avec Antoine: quand il me sent comme ça, il me laisse fesser en masse, il sait que ça me fait du bien parce que je peux me laisser aller en sachant qu'il ne frémira pas d'un iota (ça, c'est un i grec). Les gens sont si fragiles, on ose à peine les contredire quand ils évoquent la pertinence du persil dans le cheesecake aux cerises, les gens astheure en Occident s'effondrent en larmes et en lamentations pour tellement moins que ça...

Donc, quand j'ai eu fini de morigéner mon colosse de Bordeaux, il m'a passé sa cybermain dans ma cyberchevelure, m'assurant que tout va bien et que ça durera, après quoi je me suis essuyé les yeux puis, Canayen romantico-nordique, je suis reparti en canot volant dans les airs et les courants de l'Internet (c'est pas liquide, le web, c'est pas visible ni tangible, on n'y surfe pas, quelle expression stupide, on y vole, on y vole!) vers kekchose qui me toucherait le bout des doigts, peut-être, seulement ça, kekchose qui me ferait sentir la fraîche tandis que ma main traîne avec nonchalance par-dessus le rebord en écorce de bouleau, le rebord du canot.

J'ai trouvé ça, ou cela m'a trouvé. Retrouvé, rattrapé, replié, regonflé, replacé sous la cuisante ampoule qui flashe et vous torture et vous empêche de dormir quand c'est votre propre vie qui pose les questions et que vous ne disposez d'absolument aucune marge de négociation, pas le moindre espace où fuir, pas une seule pirouette qui ne soit connue des services secrets de votre propre sale vie privée, affectés à vous faire avouer vos fautes, voire à n'en confesser qu'une pour commencer, quitte à y rattacher les autres au fur et à mesure de l'interrogatoire obligatoire, jusqu'à ce que vous sachiez avouer les fautes des autres...

Ce Simon, il me met le moton. Il va être sept heures du matin et je ne puis songer à autre chose que secouer ce brave et tendre con. Mais pourquoi? Dans l'espoir qu'un peu de sa candeur tombe de ses poches dedans les miennes? Ou qu'au contraire un morceau de mon âge se liquéfie et l'éclabousse et le vernisse et le protège?

Un bateau dans une bouteille...

Pas souvent que je vous achale avec les cossins qui émaillent ma vie littéraire: un contrat par icitte, un article par-là, une émission entre les deux comme pour confectionner un sandwich aussi haut et aussi fier et aussi durable que la tour de Babel…

J’aime pas trop penser au fait que ça m’ennuie, tout ça, maintenant, et que je ris gentiment des auteurs qui usent du web pour annoncer leur camelote. J’aime pas trop y penser parce que je prends la mesure de mon usure. Hier, ces auteurs-là, hier encore, c’était moi : travaillant à durer avec férocité, craignant de périr avant d’avoir irrévocablement pissé aux contours du territoire. C’est bandant, de forger sa légende. Ensuite, on débande.

L’affaire dont je vous parlais ici sera diffusée le 5 février. J’étais très soûl et je ne garantis rien d’autre, en conséquence.

Par ailleurs, j’apprends à l’instant la parution de cette anthologie sur Montréal, signée Marie-Morgane Le Moël, au Mercure de France. On m’a mis au chaud entre Richler et de Coubertin ; Gabrielle Roy m’évente languide avec un grand plumeau.

Pas de farce : j’ignore quel texte on a choisi. Je ne suis que l’auteur.

25.1.08

Objets perdus

Deux romans en chantier et je n'ai toujours pas retrouvé mon mojo...

Anarchique anniversaire, anarchique anniversaaiiire!


Ma petite Anne Archet se tape trente-et-un balais ce jour d'hui. Le cancer a eu la chienne d'elle et la voilà toute fuckée de devoir attendre pour mourir, de vieillesse.

Gode blesse ze gouine, God bless your soul, whoever you are, Anne ma soeur Anne.

23.1.08

RIP Robert Lemieux (1941-2008)


Mort dans la nuit de dimanche à lundi. C'était un sacré personnage qui m'a toujours, allez savoir pourquoi parce qu'ils étaient fort dissemblables, fait penser à Allen Dershowitz. Peut-être dans sa manière de foutre un beau bordel et de faire étriver les juges, comme quand il présentait Mom Boucher sous les traits d'un cuisinier pratiquant la moto dans ses loisirs.

Il était sorti de sa retraite pour défendre mon ami Hans Marotte lorsque celui-ci était encore étudiant en droit. Devenu avocat, c'est Hans qui m'a défendu à son tour. Je dois donc quelque chose à Maître Robert Lemieux. Qu'il repose en paix.

21.1.08

Le coeur a ses raisons

Sauterelle, poétesse, étudiante et maîtresse. Extase et vitesse. La raison ignore...

19.1.08

Marie-Chantale Gariépy


On se connaît depuis trois lustres. Elle n'avait pas l'âge de traîner au Grand Café. Le premier soir, je lui ai filé ma carte de guichet automatique et mon NIP pour qu'elle aille chercher du fric au coin de la rue. Chacun sait, après tout, que les jolies filles sont les plus fiables!

Dredio, Éditions du Marchand de feuilles, aboutit en librairies lundi. Ce qui suit provient du communiqué.

RÉSUMÉ

Roman-croisade moderne, Dredio met en scène un ennemi invisible qui hante une ville féerique détruite par la guerre, où des chevaux égarés errent entre les soldats aux dents serties d’or. Dredio est la rencontre inespérée entre Evaïa, la narratrice, et un jeune garçon. Leur expédition à travers les débris les mènera dans une église en ruines où un boulanger a installé un four de fortune avec les pierres de la voûte. Dredio et Evaïa rencontreront alors un éleveur de pigeons voyageurs qui deviendra leur compagnon de route. Dans un univers carencé, entre les colombiers et les coeurs cadenassés, le lecteur verra poindre la reconstruction d’une ville et de l’âme de ses habitants, avec les petites étincelles que seul l’amour peut provoquer.

Dredio est un conte philosophique et une leçon de guerre. Marie-Chantale Gariépy semble nous dire, telle une cassandre, de faire attention, car sa ville inventée et sa guerre imaginaire sont universels et pourraient bel et bien se retrouver chez nous. Dredio est un roman qui pique le coeur à en pleurer.



EXTRAIT

Pour son meilleur voilier, il choisit Milady, une jolie femelle au corps longiligne, à la tête délicate et au plumage pâle.

Caporal avait roucoulé sans interruption pendant plusieurs jours, la queue en éventail, le cou gonflé jusqu’à ce que, enfin, Milady succombe à sa cour continue. Une dizaine de crépuscules plus tard, elle pondait un premier oeuf, suivi d’un second le lendemain. Les fiers parents couvèrent tour à tour jusqu’à ce que Dredio inscrive la dix-neuvième croix au calendrier. Les oeufs oscillaient, frémissaient dans le nid sous le regard bienveillant de Caporal et Milady, de Darsec et Dredio.

– Il va utiliser son diamant pour perforer la coquille de l’intérieur, regardez bien.

– Un diamant ? Mais comment un diamant s’est-il retrouvé dans l’oeuf ?

Darsec jucha Dredio sur un caisson pour qu’il voie mieux.

– Le diamant est en fait une petite protubérance cornée qui pousse sur le bec de l’oisillon. Il s’en sert comme d’un marteau pour briser la coquille et sortir. Au bout de quelques jours, le diamant disparaît.

17.1.08

Attention, coeurs sensibles!

Attention, c'est à vous que je m'adresse, sur le ton de suppliance et d'humanité que toute ma pauvre voix écrite peut évoquer. Passez, les coeurs caparaçonnés, les âmes pressées, passez votre chemin. Je parle aux coeurs sensibles.

Je parle aux hommes et aux femmes qui font partie de mon espèce, de ma nature et de ma civilisation, pas aux frigides sauvages indifférents rectangulaires qui promènent leur sale masse savonnée parmi nous et prétendent nous régir et prétendent au titre d'êtres humains; que ceux-là, par prudence sinon par décence, passent leur chemin.

Coeurs sensibles, je vous envoie chez Mac, y voir des images qu'aucuns mots ne sauraient rendre. C'est pour moi un fort troublant aveu, mais du moins le fais-je librement, et pas sous la contrainte d'une Arizonienne mongoloïde armée d'un berger allemand, d'un secondaire trois et de quinze gros sans-dessein sexuellement immatures, vêtus de treillis, munis de fusils, puant des pieds et lisant Archie's Comics.

Gens de coeur, allez-y voir. La télé a tort de vouloir détourner les gens sensibles des choses les plus choquantes. Ce sont les gens sensibles qui changent les choses, depuis toujours.

Puis, si vous revenez, on verra ce qu'on peut faire, ok?


Voici ce qu'on va faire. Toute la tribu. Les Facs en premier, pis Ed avant ça, pis Gomeux pis vous tous qui trollez par-icitte ou un autre site relié a notre conglomérat. Pis moi, qui dois renouveler mon adhésion. Pis Big Mac, ma foi, je suppose qu'il est en good standing avec AI.

Non, je parle pas d'Intelligence Artificielle: celle du Scotsman est Surnaturelle. Je vous propose qu'on adhère tous à Amnistie Internationale. Tu suite, genre. Today. Avant que les photos ne s'estompent et que les images ne se dissolvent dans tout ce qu'on doit faire. Vous savez comme ça va vite.

Amnistie, ça coûte trente piasses, quinze pour les étudiants. Membership annuel. Je vais en causer sur mon modeste blog et les filles vont déclencher un boucan d'enfer chez elles ou alors je ne connais pas nos Femmes Testiculées! C'est un début. C'est quelque chose. Jesus Christ Mac! comme dit l'autre si bien.

Fucking Jesus Christ...

16.1.08

LBJ, Hoover, Bradlee and me (and maybe even PB).

Pas de temps et guère de goût pour vous crémer la pâtisserie, ça fait que la voici:

Avant que Ben Bradlee ne devienne Ben Bradlee, il lui arriva un truc qu'il enseigna à Woodward et Bernstein (plus tard, après qu'il soye devenu BB, mais avant qu'il soye joué par Jason Robards Jr au cinéma). Il avait su de source sûre que Lyndon Johnson allait enfin virer J. Edgar Hoover, et il surfa sur son scoop jusqu'à la salle de rédaction du Washington Post. Le lendemain, LBJ annonçait la nomination à vie du vieux crapaud, et murmurait à ses proches: «Dites à Ben Bradlee d'aller se faire mettre»!

C'est pourquoi je ne vous annoncerai pas ici l'imminent retour en terre de blog d'un claviériste cher à nos coeurs, au cas où il changerait d'idée et qu'on m'en fasse reproche jusqu'à Pâques 2049.

But he is coming back...

15.1.08

Rien demandé: en rappel

Ce post a sauté. Soit mon fait, soit celui de Blogger. Parfois, je soupçonne Blogger d'être plus soul que moi, en tout cas je le sais plus capricieux. Ce post, donc, le voici rétabli quelques jours plus tard, parce qu'on me l'a demandé, en espérant qu'on ne me demande plus rien à ce propos.

J'y ai rien demandé, au début. À cette femme. Ni de venir chez nous tomber en amour avec moi, ni de me laisser tomber en amour avec elle.

J'ai rien demandé, surtout pas qu'on nous traite de fouteurs de merde. Mais ceux que ça intéresse et qui ne nous aiment pas auront affaire à moi.

Otherwise, les bines sont cuines. Cuines et brunites. Get it?

Cliquer sur Daniel...




...c'est plaire à Édouard.

12.1.08

Les fèves du samedi soir

Kevin et Cynthia m'ont convaincu de mitonner une batch de mes fameuses fèves au lard, et au diable le diab'! Heureusement, j'ai fini le sirop d'érable de Meth hier et ne serai pas tenté de l'y ajouter: strictement cassonade et mélasse!

Ça va sentir bon dans la cabane pendant que ça cuit et très mauvais après.

11.1.08

La mythique putain des Police

J'étais pour ainsi dire en cabane, quand j'ai vu ce film-là. Moulin Rouge… J’étais assigné à résidence pour avoir un peu abîmé le dentier d’un voisin, qui s’obstinait à chanter fort et faux sur une musique intrusive, répétitive, harmonieuse comme de la chaux vive. Trois mois, je crois, j’ai passés aux Catacombes, le logis légendaire de mon meilleur ami, geôlier pas chiant du tout, rien d’un screw, et doté d’une dalle en pente raide selon mon cœur, mais inscrit à un cours de cinéma universitaire qui m’a soumis par procuration à un tas de tourments, dont le film avec Bjork et Deneuve, un autre avec le jeune Obi-Wan Kenobe au Japon (peau blafarde, poitrine creuse :canon de l’érotisme Anglo-nippon)...





Ça, cependant, ce Tango de Roxanne, kicke du cul en Austin de beu.

Kevin, qui n'est pas très intelligent (QI 140, 143 maximum), n'arrive pas à commenter ce post et m'envoie donc sa réaction par courriel:

Ah, hé, hé ,hé... Tu es sûrement le seul que je connaisse qui revient faire visite à sa dernière prison et à son geôlier de façon hebdomadaire, sans que le contribuable y ait quoi que ce soit à faire ou à dire. Mais les Catacombes, quelle affaire... Je n'ai eu vent que d'une seule autre oubliette, le Château d'If, où la haute-voltige spirituelle se fût déployée comme en nos murs. Ceux qui n'ont rien su des prisons fraternelles ou qui n'ont pas lu Dumas ne savent pas de quoi on parle. Chacune de tes visites durant lesquelles je me réinvente garde-chiourme laxiste est un plaisir pour les sens et l'esprit, malgré que mon foie y perd quelques cellules.

10.1.08

La mère de mes amis...


Je suis très troublé par cette disparition, mais ce n'est pas grand-chose, je suppose, à côté du chagrin de Hans et de sa soeur, et de la douleur de leur père. Cette femme-là semblait plus jeune dans la soixantaine avancée que je l'étais mi-trentenaire, et même Kevin, qui venait de dépasser vingt ans lorsqu'il l'a rencontrée, en fut durablement impressionné.

Cette photo est bouleversante: on jurerait Marlène. Oh, Christ! J'ai de la peine.

DAOUST, Andrée (Michèle Andray)
À l'hôpital St-Luc, entourée d'amour, le 5 janvier 2008, est décédée Andrée Daoust (Michèle Andray), à l'âge de 73 ans. De sa nouvelle demeure, elle continuera de veiller sur son époux bien-aimé Germain Marotte, ses enfants Marlène (Neil) et Hans (Diane), ses cinq petits-enfants: Fauve, Félix, Yosa, Louve et Jude ainsi que sur ses nombreux parents et amis. Les funérailles auront lieu le samedi 12 janvier à 13 heures, en l'église St-Enfant-Jésus (11 boul. St-Jean-Baptiste, P.A.T., angle Notre-Dame). Au lieu de fleurs, un don à la fondation du CHUM serait apprécié.

8.1.08

Pax plate...

J'avais rouvert ce site pour en faire un blog de guerre. Maintenant que je me suis tant soit peu calmé les nerfs, que s'est apaisée ma grande colère et que les risques d'acv s'éloignent comme des rumeurs d'orage tropical, je ne sais pas trop ce que je vais ni ce que je veux y mettre. Faudra être patients avec moi...

5.1.08

Lectures: Simon Gingras, alias Memory Babe

Il me rappelle ce post.

Lectures en 2007

La dame de Monsoreau, Alexandre Dumas (14 janvier 2007).
J’ai lu, Paris, 1985, 634 pages.


Fatherland, Robert Harris (21 janvier 2007).
Julliard, Paris, 1002, 426 pages.


Enigma, Robert Harris (25 janvier 2007).
(T.O. Enigma, Hutchinson, Londres, 1995)
Plon, Paris, 1996, 320 pages.


Archange, Robert Harris (29 janvier 2007).
(T.O. Archangel, 1998)
Plon, Paris, 1999, 382 pages.


Don Camillo, Giovanni Guareschi (6 février 2007).
Seuil, Paris, 1951-2003, 810 pages.


Pompéï, Robert Harris (12 février 2007).
(T. O. Pompeii, 2003)
Plon, Paris, 2004, 416 pages.


Si c’est un homme, Primo Levi (28 février 2007).
(T. O. Se questo è un uomo, 1958).
Julliard, Paris, 1987, 216 pages.


Imperium, Robert Harris (5 mars 2007).
Hutchinson, London, 2006, 344 pages.


Histoire romaine, M. Le Glay, J-L Voisin & Y. Le Bohec (7 mars 2007).
PUF, Paris, 1991, 588 pages.


La source, James A. Michener (18mars 2007).
(T. O. The source, 1965)
Robert Laffont, Paris, 1966, 604 pages.


Trek : Captain’s peril, William Shatner (26 mars 2007).
Pocket Books, NY, 2002, 336 pages.


Trek : Captain’s glory, William Shatner (10 avril 2007).
Pocket Books, NY, 2006, 350 pages.


Brutus : assassin par idéal, Anne Bernet (19 avril 2007).
Perrin, Paris, 2000, 414 pages.


Auguste, Jean-Pierre Néraudeau (25 avril 2007).
Les Belles Lettres, Paris, 1996, 414 pages.


Tibère ou la spirale du pouvoir, L. Storoni Mazzolani (27 avril 2007).
(T. O Tiberio o la spirale del potere)
Les Belles Lettres, Paris, 1986, 366 pages.


Ordinary heroes, Scott Turow (1 mai 2007).
HarperCollins, Toronto, 2005, 372 pages.


Crime unlimited (L’histoire de Harry Starks), Jake Arnott (10 mai 2007).
(T. O. The Long Firm, 1999).
Passage du Marais, Paris, 2002, 342 pages.


Crime song (La ballade de Billy Porter), Jake Arnott (14 mai 2007).
(T. O. He kills coppers, 2001).
Passage du Marais, Paris, 2003, 310 pages.


True Crime (L’ombre de Harry Starks), Jake Arnott (19 mai 2007).
(T. O. truecrime, 2003).
Passage du Marais, Paris, 2005, 310 pages.


L’évangile selon Pilate, Éric-Emmanuel Schmitt (31 mai 2007).
Albin Michel, Paris, 2005, 284 pages.


Comme un collégien, John Le Carré (7 juin 2007).
(T. O. The honourable schoolboy, 1977).
Éditions G. P., Paris, 1980, 496 pages.


Errol Flynn : Satan’s Angel, David Bret (9 juin 2007).
Robson Books, London, 2004, 274 pages.


The onion field, Joseph Wambaugh (23 juin 2007).
Dell Publishing, New York, 1973, 444 pages.


Jules César, Roger Caratini (25 juin 2007).
1. Rome, ville à vendre! 1997, 548 pages.
2. La symphonie gauloise, 2001, 572 pages.
3. Le crépuscule du dieu, 2001, 504 pages.
Michel Lafon, Paris.


La légende de Seabiscuit, Laura Hillenbrand (6 juillet 2007).
(T. O. Seabiscuit : an american legend, 2001)
JC Lattès, Paris, 2001, 392 pages.

Auguste, Roger Caratini (15 juillet 2007).
1. L’héritier, 2001, 304 pages.
2. L’Imperator, 2001, 432 pages.
Michel Lafon, Paris.


The Jersey Lily, Pierre Sichel (20 juillet 2007).
Prentice-Hall Inc., N.J., 1958, 456 pages.


Lonesome Dove, Larry McMurtry (9 août 2007).
Tome I, 1990, 552 pages.
First, Paris.


Lonesome Dove, Larry McMurtry (16 août 2007).
Simon & Schuster, New York, 2000, 860 pages.


Le Christ s’est arrêté à Éboli, Carlo Levi (19 août 2007).
(T. O. Cristo si è fermato a Eboli, 1945)
Folio, Paris, 1948, 304 pages.


Dead man’s walk, Larry McMurtry (26 août 2007).
Simon & Schuster, New York, 1995, 464 pages.


Les crimes de monsieur Kissinger, Christopher Hitchens (4 septembre 2007).
(T. O. The trial of Henry Kissinger, 2001)
Saint-Simon, Paris, 2001, 204 pages.


Fiasco, James Robert Parish (18 septembre 2007).
Wiley, Hoboken, 2006, 360 pages.


The innocent man, John Grisham (18 octobre 2007).
Doubleday, New York, 2006, 360 pages.


State of denial (Bush at war, part III), Bob Woodward (26 octobre 2007).
Simon & Schuster, New York, 2006, 560 pages.


The secret man, Bob Woodward (31 octobre 2007).
Simon & Schuster, New York, 2005, 250 pages.


Forfaiture à la Maison Blanche, Theodore H. White (14 novembre 2007).
(T. O. Breach of faith, 1975)
Fayard, Paris, 1976, 394 pages.


Watergate : les fous du président, Carl Bernstein & Bob Woodward (27 décembre 2007).
(T. O. All the president’s men, 1974)
Robert Laffont, Paris, 1974, 388 pages.

Revenir au français

I guess I'm gonna have to, one of these days...