14.3.12

Lettre à mon fils qui aura trente ans dans seize jours






Suis tombé là-dessus par hasard. Beaucoup souri en le relisant: en seulement quatre ans, les rapports entre le blog, Twitter et Facebook ont drastiquement changé. Mais ce qui a surtout retenu mon attention, c'est toute la première partie de mon texte, qui te concerne: j'y évoquais certain soir qu'on a passé ensemble il y a dix ans cette année, et l'idée m'est venue qu'il t'amuserait peut-être de revisiter ce souvenir avec le recul.

Mon texte est le premier, pages 8-11 (le sommaire n'est pas le bon: il s'agissait d'une mise en pages préliminaire que m'avait envoyée l'éditrice de la revue pour approbation de ma section, aussi n'en tiens pas compte).

2234 posts depuis ce soir-là, 50 000 pages vues, bientôt 400 000 visites, et le petit velours d'être reconnu comme un pionnier du blog, le premier écrivain à en fonder un ainsi qu'à le publier aussi sur papier. Des dizaines de blogs d'auteurs et de littéraires sont issus de cet exemple, et des collections de livres chez divers éditeurs! Et tout ça ne se serait certainement pas produit si je n'avais pas abouti chez toi ce soir là, si tu ne m'avais pas fait penser au potentiel encore imprécis mais croissant de l'internet comme outil de communication, alors même que j'avais épuisé tous les moyens que je connaissais et que je ne pensais pas vivre plus d'un ou deux jours encore. 

Comme quoi tu ne fais pas toujours absolument exclusivement obstinément que des CONNERIES! Ta naissance me porte à croire que cela est vrai de moi aussi.

Je t'aime et je te remercie.

Papa.




8 commentaires:

MakesmewonderHum a dit...

Suis ému après ce billet et à la lecture de l'extrait de Zinc. Ça m'arrive souvent ici, d'ailleurs.

Guillaume Lajeunesse a dit...

Puissant. Touchant.

Aparté : avoir voulu cesser d'écrire? Doux Jésus, christ... Vive l'immense bulle du blogue, qui rapproche les gens.

Mistral a dit...

Merci, les gars. Je suis sensible au symbolisme de votre double intervention: celle d'un aîné, celle d'un cadet. Life goes on, et le langage lie les générations.

Le plumitif a dit...

Ça remue profond, en effet!
D’ailleurs, suite à un article de Tristan Malavoy-Racine dans Voir à l’occasion de la sortie de Léon, Coco et Mulligan, j’y étais allé d’un petit commentaire (repris dans l’édition papier de la semaine suivante) où je rappelais entre autres que c’était déjà, de la part de Mistral, nous faire un immense cadeau que d’écrire encore. Je me rends compte maintenant à quel point c’était encore plus vrai que je ne l’imaginais...

En lisant ce court texte, j’y ai trouvé aussi une autre confirmation. (J’hésite un peu à le dire, vu que je risque de me faire rappeler que c’est pas de mes câlice d’affaires, mais bon, ça me turlupine assez, fait que tant pis, je lâche le morceau!) Depuis un bon bout, je ne peux pas m’empêcher de rêver à un grand roman mistralien, dans l’esprit de Valium si on veut, mais nourri (et qui en rendrait compte d’une certaine façon) de ce combat dont bien peu de gens, il me semble, mesurent la terrible âpreté ni, surtout, ce que ça prend de courage et d’envergure pour passer à travers. Hum... j’exprime tout ça bien mal, mais je perçois une incommensurable richesse dans cette expérience qui est la tienne et, donc, je suis là comme un con à rêver du jour où la puissance unique de ton verbe en donnera toute la mesure.

Je me suis sans doute un peu trop étalé là, c’est une lettre à ton fils après tout, désolé donc si c’est déplacé (mais c’était plus fort que moi).

Mistral a dit...

C'était donc toi? Hahaha! J'avais cherché à te joindre, en vain, pour t'exprimer tout le bien que m'avait fait ton intervention...

Le plumitif a dit...

Ah ben ça c'est ma manie de la discrétion et des pseudos (comme on devait absolument s'identifier, par boutade, j'ai emprunté le nom de l'auteur des nouveaux mystères de Paris et ça a passé comme une lettre à la poste)...

Mistral a dit...

Malet, oui: il était mort dix ans avant, héhé.

Vu d'ici, les commentaires semblent avoir disparu, à moins qu'il ne faille s'abonner...

Le plumitif a dit...

je crois qu'ils ont flushé tout ça lors d'une des refontes du site ou kekchose...