21.10.09

Vous l'aurez lu ici


COMMUNIQUÉ – PARUTION IMMÉDIATE

VLB demande la citoyenneté éthiopienne!

Auteur du roman Bibi paru il y a quelques semaines aux Éditions Trois-Pistoles, Victor-Lévy Beaulieu a demandé officiellement hier à l’Ambassade de la République fédérale et démocratique d’Éthiopie à Ottawa de devenir citoyen éthiopien.

Dans une lettre qu’il lui a adressée, VLB signale à Madame Almaz Amaha Tesfay, ministre-conseiller de l’Ambassade, toute l’affection qu’il porte à l’Éthiopie, le berceau de l’humanité, sur lequel il a écrit plusieurs pages de Bibi. VLB voudrait par son exemple qu’on s’intéresse vraiment à l’Afrique noire, qu’on favorise entre le Québec et elle davantage d’échanges culturels, bref : qu’on fasse connaître la culture éthiopienne aux Québécois et la culture québécoise aux Éthiopiens.

Le fait qu’il pourrait acquérir la citoyenneté éthiopienne est d’une grande importance pour VLB. Étant fatigué qu’on le considère comme un simple Québécois de souche, donc comme un quelqu’un de dépassé parce qu’il prône l’indépendance de son pays, un État-Nation français et une culture nationale, VLB croit qu’être accepté dans la grande famille éthiopienne lui permettrait de ne plus être considéré comme un citoyen de deuxième classe dans son pays en devenir. Comme tous les immigrants qui habitent au Québec et oeuvrent dans la culture, VLB pourrait enfin être considéré comme leur égal et jouir, notamment dans la presse écrite et parlée, d’un préjugé favorable et d’avantages sociaux que lui interdisent sa qualité dite de Québécois de souche. Ainsi, pourrait-il n’écrire que des bluettes et faire la une de tous les médias pour y être encensé et catiné, pour ne pas dire porté aux nues dans de longues critiques dithyrambiques, ce qui n’est plus que rarement le cas quand vous n’êtes qu’un Québécois de souche comme le démontre l’accueil fait à Bibi qui n’a été l’objet d’aucune critique dans nos grands médias.

C’est donc avec impatience que Victor-Lévy Beaulieu attend la réponse de l’Ambassade de la République fédérale et démocratique d’Éthiopie, le seul pays d’Afrique qui n’a jamais été colonisé par l’Occident parce qu’il a toujours su préserver son indépendance, sa fierté et sa dignité.

7 commentaires:

helenablue a dit...

Indépendance, fierté, dignité...
N'est ce pas ce que tout à chacun nous défendons d'où que l'on soit, qui que nous sommes, icitte.

gaétan a dit...

Sacré vlb!Lyes!

RAINETTE a dit...

Sacré Lévy-Beaulieu en effet Gaétan….

Je me souvenais d’une entrevue qu’il avait donnée l’an dernier, où il disait aimer particulièrement les femmes éthiopiennes, qu’elles étaient les plus belles mais ne voulant pas dire n’importe quoi (quoique rare dans mon cas….), j’ai trouvé l’info.

« Récemment, en regardant les fabuleuses photos de Hans Silvester sur l’Éthiopie, j’ai reconnu chez certaines femmes de la vallée de l’Omo ce regard qui m’a tant impressionné dans mon enfance. Aujourd’hui, je me marierais volontiers avec l’une de ces Éthiopiennes, mais comme les Chinoises, elles ne passent pas souvent par Trois-Pistoles. »

http://www.vigile.net/Souveraine-solitude

braincras a dit...

pas que je suis en total accord avec sa démarche un brin hors-norme, c'est pour la même raison que je ne peux être en désaccord. par contre, j'hésite, toute comme le démontre la non-médiatisation de son dernier-né, à croire que ce geste portera fruit.
mais j'aime tout de même!

Le plumitif a dit...

Pas de doute, la boutade de VLB a le mérite de soulever plein de questions. J’en lance juste quelques-unes, plus ou moins au hasard…

Je commence par 2 assez faciles :

Quelle est la proportion des immigrants qui habitent au Québec - qui ont tout le talent nécessaire et qui s’y efforcent - parviennent effectivement à «oeuvrer dans la culture»?
Parmi eux, combien peuvent «jouir dans la presse écrite et parlée d’un préjugé favorable» dont seraient privés, par ségrégation, les Québécois dits de souche?
Peut-on en nommer quelques-uns?

(On pourrait aussi, évidemment, faire l’exercice à l’envers et essayer de répertorier les Québécois dits de souche qui jouissent.

Pardon! Je me suis arrêté trop vite. Je veux dire : qui jouissent d’un préjugé favorable dans la presse écrite et parlée.

Ou simplement se demander : quelle est la proportion des travailleurs de la presse écrite et parlée qui sont eux-mêmes des Québécois dits de souche? Et, parmi eux, combien exercent cette prétendue ségrégation?)

Ah, et puis une autre, peut-être un peu plus difficile :

L’obtention d’un passeport éthiopien confère-t-elle invariablement la grâce africaine à son possesseur par une sorte de transmutation diplomatique?

aka Danger Ranger a dit...

«VLB voudrait par son exemple qu’on s’intéresse vraiment à l’Afrique noire, qu’on favorise entre le Québec et elle davantage d’échanges culturels»

Yeah, that's a man.

Yvan a dit...

Je crois humblement que c'est
ça l'essence de son message:
promouvoir l'indépendance
et la liberté d'un peuple
distinct tout en ayant
le respect et la curiosité
d'un autre.