11.1.13

Quand la Bleue garde le fort et le feu

Le charbon est chaud, la braise ardente et Blue souffle dessus: marraine de la Tribu, pérenne, gardienne de sa chair et de son esprit.

J'ai bien failli écrire qu'elle veille au grain, avant de vérifier le sens juste au cas, héhé.

L'expression "veiller au grain", qui signifie être vigilant n'a rien à voir avec l'agriculture, mais vient du monde maritime. En effet, le grain est en mer une tempête de vent soudaine qui peut ne durer que quelques minutes, et que les marins redoutent et surveillent donc avec beaucoup d'attention.

10 commentaires:

helenablue a dit...

:-)

Une fois de plus et j'espère pas la der des der, j'apprends... Veille au grain, jamais je n'avais pensé que ça pouvait être une histoire d'eau et de vent!

bizak a dit...

L’expression me paraît convenable, " veiller au grain", veiller sur la tempête! N'est ce pas cela qu'elle devait gérer La mer(mère) Blue?

La Rouge a dit...

Nordet, tempête.
Vent du sud-ouest, beau temps.

Le padre est né à St-Irénée, Charlevoix. Famille de marins. Je suis issue de C'pitaine Gauthier en C'ptaine Gauthier.

Il y a de belles histoires et de magnifiques mots qui flottent sur les eaux, faut juste savoir les pêcher.

Mistral a dit...

@ Bizak:

L'expression ne me convenait pas, à moi. Peut-être aurais-je dû te consulter avant de former cette opinion?

Une tempête de vent soudaine qui peut ne durer que quelques minutes, héhé, c'est une sorte d'inside joke, mais pas hermétique: les lecteurs habitués sourient, et tu souriras aussi si tu t'habitues.

Blue ne la redoute pas ni n'en est gestionnaire, et Blue n'agit pas en tant que mère. Blue fait que vogue la galère Tribale en soufflant dans ses voiles en l'absence du Vent et en stimulant les rameurs en l'absence du garde-chiourme.

Éric McComber a dit...

J'ai connu une nana du Centre-Sud qui veillait à la graine. Mais ça, c'est une autre histoire.

Mistral a dit...

C'est pas celle que tu me racontais, tsé? La meuf géniale qui a contribué à créer Stella mais s'est opposée à l'expression travailleuses du sexe qui excluait tout aspect de vocation, de sacerdoce, d'occupation choisie par plaisir ou passion, surtout que la Stella tutélaire, Stella Phillips, péripatéticienne montréalaise début vingtième siècle, était censée pratiquer la prostitution pour son développement personnel, si l'on en croit Maimie Pinzer. C'est celle-là que tu veux dire?

bizak a dit...

@Christian:il y'a un grain d'espoir que tu ne te sois pas trompé!

MakesmewonderHum a dit...

Sans vous raconter, la fin de semaine a été une vraie "ligne de grains" pour moi. Les miss météo reprennent depuis quelques années ce terme de navigation et d'aviation, sa jumelle. En effet il s'agit de vents extrèmement violents et qui agissent par cisaillement à basse altitude, près du sol, de la mer. C'est toujours une catastrophe sur un aérodrome lorsque les avions sont mal attachés. Les plus gros porteurs en zone d'aéroport moins touchés en raison de leur poids.
Atterrir dans ces conditions et vous avez une chance sur une de vous pèter les dentiers sur le joystick.
Pour les bateaux, c'était toujours le risque de briser les mâtures et les gouvernes et l'échourie qui en résulte.

Alors fallait et faut toujours et encore "Veiller au grain."

Mistral a dit...

C'est moi, le grain, puisqu'il faut vous faire un dessin! D'où que Blue n'ait pas à y veiller! Jeeesus Chraïst!

MakesmewonderHum a dit...

Hé,hé!