21.1.13

Pour Danger pis Vieux G.



PAGE D'ÉCRITURE

Deux et deux quatre
quatre et quatre huit
huit et huit font seize…
Répétez ! dit le maître
Deux et deux quatre
quatre et quatre huit
huit et huit font seize.
Mais voilà l’oiseau-lyre
qui passe dans le ciel
l’enfant le voit l’enfant
l’entend l’enfant l’appelle :
Sauve-moi joue avec moi oiseau !
Alors l’oiseau descend
et joue avec l’enfant

Deux et deux quatre…
Répétez ! dit le maître
et l’enfant joue
l’oiseau joue avec lui…
Quatre et quatre huit
huit et huit font seize
et seize et seize qu’est-ce qu’ils font ?
Ils ne font rien seize et seize
et surtout pas trente-deux
de toute façon et ils s’en vont.

Et l’enfant a caché l’oiseau dans son pupitre
et tous les enfants entendent sa chanson
et tous les enfants entendent la musique
et huit et huit à leur tour s’en vont
et quatre et quatre et deux et deux
à leur tour fichent le camp
et un et un ne font ni une ni deux
un à un s’en vont également.
Et l’oiseau-lyre joue
et l’enfant chante
et le professeur crie :
Quand vous aurez fini de faire le pitre !
Mais tous les autres enfants écoutent la musique
et les murs de la classe s’écroulent tranquillement.
Et les vitres redeviennent sable
l’encre redevient eau
les pupitres redeviennent arbres
la craie redevient falaise
le porte-plume redevient oiseau.


Jack Prévert, in Paroles.

Son poème aux surdoués qui s'emmerdent à l'école.

7 commentaires:

Guillaume Lajeunesse a dit...

J'ai récemment été réinscrit à l'école. Je n'y étais pas allé depuis l'âge de seize ans. La toute première journée, au beau milieu du cours qui inaugurait le nouveau sentier de ma scolarité, placide, sans rien dire, sous le regard étonné et insulté de la prof, j'ai pris mes cliques puis mes claques, et je suis sorti, pour de bon, je suis allé prendre quelques bouffées d'air et de ciel bleu. C'était terminé.

Mistral a dit...

Faut crère que j'ai pas erré en te dédiant ce Prévert.

Laure K. a dit...

Puis-je te l'emprunter ? deux et deux ma claque, pour la comptine du soir, parfait.

Mistral a dit...

Sers-toi.

Danger Ranger a dit...

:)

Ahlala, mais ça me fait drôle, quand je pense que je torture maintenant la jeune de secondaire 3 que j'aide (que je m'échine à essayer d'aider) à faire ses devoirs et leçons de maths, principalement... Scène random, au milieu d'un élémentaire problème d'algèbre:
- Oké, puis là, moins trois plus cinq?
- Moins huit?
- Non. Moins trois plus cinq?
- Euh... Huit?
- Non. Moins trois... plus cinq... C'est comme plus cinq moins trois!
- ...
- Oké. T'as moins trois. Imagine, sur une droite, le zéro, tu recules de trois, là t'as le moins trois, puis là, t'avances de cinq... T'arrives où?
- Je sais pas.

*

- T'sais, Einstein était fasciné par l'élégance des équations...

Elle roule des yeux dramatiques et je rigole avec sollicitude.

Mistral a dit...

Stie qu'est bonne: un vrai boomerang. Je te dédiais ce Prévert en tant qu'ancien élève de cette race, j'ai jamais songé un instant qu'aujourd'hui tu es maître, héhé...

Me demandais, cependant, comment Prévert suggère qu'on enseigne les bases arithmétiques autrement! Ce pauvre prof a l'air d'un tortionnaire, sans coeur et obtus, mais putain j'y envie pas sa place: m'as vous en chier des oiseaux-lyres, ma gang de p'tits verrats! Seize plus seize égalent quoi? Le premier p'tit crisse qui l'a peut rêvasser le restant de la période. On va y aller par attrition, un p'tit calvaire de poète à la fois. 32! Bravo, Tranchemontagne! C'est fou comment on sent un tonus tout neuf dans la classe! Next? Lequel de vous autres tas de p'tits sacramans sera le prochain à rejoindre Tranchemontagne pour jouer avec l'oiseau? 32 plus 32. Grouillez! Le deuxième gagne plus de temps que le troisième! 64? Bravo, Chalifoux-Lalancette! Toujours su qu'il suffit de t'offrir de rien faire pour que t'accomplisses de grandes choses. Next? C'est qui, le prochain p'tit tabarnak à mériter de finir le temps qui reste ici en faisant de la poésie? 128! Ciboire, Beaulieu, j'ai même pas eu besoin de poser la question! Les autres, baissez-vos mains, ça vous démange plus de crier 256 que d'entendre la cloche à fin du cours. Y reste vingt minutes. Prenez-les. Prochain cours: après-demain. On va faire pareil. Dès le début. Petit conseil: étudiez le prochain module dans votre manuel, page 53, intitulé Nombres Premiers, héhé. Vous pensiez pas qu'on allait continuer de niaiser avec 2 et 2 font quatre ad vitam aeternam astheure que vous le savez, non? Tas de p'tits salopards. Faire semblant de pas savoir compter sous prétexte de poésie...

À suivre.

Mistral a dit...

À propos des nombres négatifs. J'essaie de me rappeler comment (et quand) on nous en a appris le traitement. Me semble aussi (comme toi) qu'a priori on nous les représentait sur une droite graduée, horizontale, situés sur la gauche du zéro placé là comme un miroir, les positifs partant à droite. Comme les adresses eastern western de la Main à Montréal. J'étais trop jeune pour le passage au thermomètre Celsius, donc on n'a pas dû l'utiliser pour moi en guise de visuel d'une droite verticale (meaning: in my day, on gelait pas en bas de zéro, on gelait en bas de 32; on bouillait à 212 et le papier s'enflammait à 451).

Un truc sûr: on nous a enseigné ça en usant d'images, réelles ou suggérées. J'ai un vague souvenir d'une métaphore d'ascenseur semblable à celle-ci (en plus clair, sûrement: misère!). Anybody else?