19.5.12

Étudiants: faites de l'air, ce billet n'est pas pour vous

Bon. Sont-ils sortis? Sommes-nous entre nous? Blue, barre la porte. Vieux G, t'es le portier. Don't worry, PatCaz is the bouncer if need be.

Venise: tire les rideaux. Le reste de la Tribu, assemblez-vous ici, qu'on jase.

Pour autant que je sache, il n'y a guère que deux ou trois Tribaux qui puissent être âgés de moins de trente ans, et aucun n'a moins de vingt-cinq.

La plupart d'entre nous doivent se situer quelque part entre trente-cinq et soixante-cinq, avec une majorité dans la fourchette quarante-cinq à cinquante-cinq.

Deux ou trois doivent avoir plus de soixante-cinq, et aucun n'a plus de soixante-dix. Comment le sais-je? Je n'en sais rien. Je sais seulement qu'ils ne l'admettraient pas, alors à quoi bon les achaler avec ça.

OK. Astheure qu'on est clairs sur nos données démographiques tribales, écoutez ce que j'ai à vous dire, Tribaux. Je vous demande jamais ça, vous le savez fort bien, vu que cette Tribu se constitue d'individus libres et souverains au charisme certain mais au caractère en général épouvantable et au tempérament asocial et dont l'intellect fait peur. Évidemment, si nous n'étions que ça, y aurait pas de quoi se péter les bretelles. La distinction, c'est qu'on est aussi de braves gens. On a tous fait des saloperies dont on a honte, on a tous honte de saloperies qu'on n'a pas faites. On devrait tous depuis longtemps s'être blindés de science et de cynisme contre les dangers de la foi, de l'affection, de l'élan naturel: foi en la justice, de gré ou de force, quand une grave injustice est commise envers quelqu'un de bonne foi par quelqu'un qui abuse du pouvoir qu'il n'a pas (Swan, ferme le châssis stie, on gèle), affection pour qui nous aime aussi mais ne peut l'exprimer (OldCola est toujours pas revenu avec les pizzas?), élan naturel de défendre autrui au péril de sa propre sécurité (ouskié l'gros, là, le laid. ek des boutons pis des culottes en velours côtelé moisies pis un QI de 170? Vraiment? Au Lac Saint-Jean? No shit. Keski fout au La... Oh! OK. Stie que des fois chu pas vite, pis parfois chu vraiment slow aussi. Y est à Cannes, right? Pour protéger Xavier? Bon, ben, cette année, j'espère qu'ils l'ont augmenté, I mean, il mérite une prime, il mérite plus que ce qu'ils l'ont payé la dernière fois, vu que protéger Xavier ça devient une vraie job, pas seulement de la figuration)...

22 commentaires:

Pat Caza a dit...

Cher bon vieux Dude,
c'est quoi la question, la demande encore ?
cocotte ronronne avec son petit nez sur ma hanche, j'ai un bandage matinal gros comme l'Empire State Building...
les étudiants ? Xavier ?
mmm...come on
fait soleil, les petits oiseaux chantent, je m'enligne pour aller voir l'exposition des Samouraïs
tout est beau, Man
je suis même à une fin de pinte de lait de déclarer ce matin là comme parfait, PARFAIT gros de même !
(pis tu l'as déjà vu en photo, so you know I'm not bluffing on this one)
je suis off jusqu'à lundi, la shop est fermée
à mon âge (31ième année que je redouble mes quatorze ans) une érection de même, c'est précieux, gâche-moi pas ça
sors-moi des photos de Nadeau-Dubois rasé, en guépière, des bas, des talons de salope pis son petit poing de tapette brandi en l'air comme sur la couverture de l'Actualité
maybe
shoote-moi un clip de Xavier en train de se noyer dans une piscine de Cannes remplie d'actrices avec des CVs gros de même
maybe
tous le reste mettrait en péril mon matin sur terre parfait
et ça, non
et je vous en souhaite à tous un pareil

Pat Caza a dit...

je me mettrais à deux sur mon cas pour me fouler une cheville que j'y arriverais même pas
pis en plus y'a pas plus corruptible que moi
faque bouncer
ça flatte mon égo d'anorexique boulimique mais
j'suis pas sur...

Éric McComber a dit...

C'est le 28 février 1933 à Berlin, y fait beau, j'ai deux pots de yaourt bio, la minette qui ronronne. Tout va bien. Le soleil chauffe mon oreiller. Miam, qu'est-ce que c'est chouette, la vie. Dring. Oui allô ? Quoi ? Reichstag quoi ?

Fuck man, laissez-moi avec mon pénis, mon char, mon burrito congelé, mon nintendo, mes poils de cul, mon TV Hebdo, mon dunkin heinz aux fraises Monsanto, tant que ça sera pas MOI qu'on viendra menotter pis jeter dans le wagon, m'en câlisse, mouah.

Youpilaye, la vraie vie est là, suffit de l'affirmer pour que ça soit vrai. La Terre est plate, tout est dans toute. Rien est dans rien. Pis si je nie assez fort, mon cancer, mon infarctus, ma lèpre, mon viol, ma fracture ouverte, mon pneumothorax ou mon Jean Charest vont disparaître comme par enchantement. Oui-oui.
Ohmmm…

Mistral a dit...

Toi, oh toi! Je te garde pour la fin.

J'ai mal, mais mal, de succomber à l'incontestable évidence que tu avais raison. En gros, dans l'ensemble, essentiellement: plus raison que tort.

Ton comm est full pas rapport, pardonne-moi de te le dire, mais vu que c'est la première fois, tu sauras que c'est pas un caprice.

Il faudrait être ici jour et nuit depuis quelques semaines et surtout quelques jours pour saisir. Je te jure, Mac, on n'a jamais vécu ça.

Éric McComber a dit...

Ah, je viens de passer la soirée à lire des comms de blaireaux tout partout et c'est au nez de Caz que je pétais ma coche.

Oui, c'était prévu. L'humanité n'a plus l'âge pour s'étonner que d'une minuscule graine puisse surgir un séquoia, ou un chacal.

J'ai seulement vociféré pendant dix ans qu'un chacal avait été semé. Pourvu qu'on aille pas aussi loin que ce cauchemar prémonitoire que j'évoquais dans Antarctique. Pourvu que les nombrilistes laissent bosser ceux dont la tâche sera d'occire ce dragon avant qu'il ne soit trop tard…

Oh, j'espère me faire comprendre, j'espère être limpide. Il est tard, ici. Je dors presque… passé la journée à blaster de la guitare, à m'en faire saigner les oreilles.

Bonne nuit, mon pays adoré.
Enfin, désormais, c'est officiel, c'est signé, c'est dans la loi… Ça fait presque du bien, c'est quasiment un soulagement. Juste rushant de ne pas pouvoir boire pendant encore 11 mois. J'en aurais salement besoin.

Bonne nuit mon petit pays fasciste…

Bonne nuit ma petite nation aux mains des mafias, grandes et petites.

Dors bien, patrie que j'aime, mais ne ferme qu'un œil, parce que tu dors dans le lit de deux ogres.

Il y aura une aube.

Mistral a dit...

Again: ton commentaire est tellement déplacé, t'as pas idée.

Si c'était pas toi, je le publierais pas.

Un troisième comme ça trouverait sûrement mieux à se loger ailleurs.

Y a des jeunes gens qui se battent et se font battre ici, sans savoir ce que tu sais et que t'insistes pour faire savoir.

Chie pas ici sur ta patrie fasciste avec la voix de notre âge, revenu de tout; surtout pas avec la voix de celui qui est parti, sachant qu'il n'y a rien à faire. Eux, ils ont le droit, c'est bien le moins, de découvrir leur propre cul-de-sac et d'explorer leur propre désespoir.

C'est tout ce que tu contribues? Des vannes envers Charest et des vers tristes sur ton pays fasciste?

Pourquoi tu dis rien sur Jean Barbe, sur Mario Dumont, sur Québécor, sur ton dernier éditeur, sur...

As I said, je te garde pour la fin. But I know. I know what you did and why...

Tu voulais des enfants, c'est même ton seul regret: well, t'en as plein ici, deux cent mille give or take a few. Tu vas l'écrire ou pas, ce livre pour eux, celui qui contiendra ce que tu as appris que t'aurais bien aimé savoir à vingt ans? Tu vas l'écrire avant le prochain infarctus, le bon, le décisif, ou tu l'écriras pas?

Éric McComber a dit...

Je ne chierai jamais sur ma patrie, mais je ne cesserai jamais de combattre le fascisme. Même après ma mort. Jamais. Nous sommes ce qu'on pourrait appeler des ennemis naturels.

Quant aux Carrées Rouges, ce mouvement me remplit d'espoir et de fierté.

Guillaume Lajeunesse a dit...

Je suis justement en train de rédiger une lettre ouverte à Jean Charest... Lettre... Cet homme ne mérite pas qu'on lui en écrive. Homme... En est-il vraiment un ?

swan_pr a dit...

j'peux le rouvrir là? ça se réchauffe un peu me semble. Xavier disait hier, avant le tapis rouge, "on a envoyé des gens acheter de la feutrine". Sacrament. Là ça m'a comme... vraiment fâchée? De la feutrine? FEUTRINE? Tu vas faire quoi avec ton tit carré de feutrine après le party Xavier?

Hum. En téka. Fait que, ouvert ou fermé le châssis? M'a rester proche au cas.

Mistral a dit...

Ouvert, ouvert; si tu me vois arriver avec un homuncule dans le poing, les deux chevilles verrouillées par ma paluche et la tête en bas comme un bébé naissant, moppant le plancher avec sa tignasse de wunderkind, tourne-toi vers Ven, genre, ou Blue, tsé, jasez jasez, héhé, t'auras rien vu.

Le châssis sera refermé comme par magie, et sept étages plus bas, le tapis rouge, j'te raconte pas.

Y en foutrai de la feutrine.

Jean-François Thibaud a dit...

J'avoue ne rien comprendre à la subtilité de Pat Caza: "Nadeau-Dubois ...pis son petit poing de tapette brandi en l'air comme sur la couverture de l'Actualité"
au reproche de Monsieur Mistral envers Mac et Xavier Dolan et aux commentaire de Swan sur Dolan et la feutrine.

J'ai probablement de la difficulté à comprendre l'ironie et le cynisme particulièrement ce matin. Personnellement, je n'y vois que du nihilisme brut.

Et j'attends de me faire blaster sérieusement. Ou alors ce blogue pratique la censure.

Mistral a dit...

Évidemment, ce blog, mon blog, pratique la censure. Sinon pourquoi cette fonction de modération?

Kossé, t'es contre la censure chez-moi? Et si on t'invitait au prochain party et que t'essuyais tes bottes boueuses au milieu du Bunker et que tu fouillais dans le frigidaire et que je te jetais dehors à coups de pompes au cul, ce serait manquer d'hospitalité?

Donc, tu comprends pas. Et c'est la faute aux autres, tu crois. La faute à moi.

On va te fournir une liste de blogs plus faciles à comprendre. Une sorte de propédeutique. Quand tu te sentiras prêt à revenir, n'hésite pas, only no more moronic comments such as your last: we're busy, here.

Le plumitif a dit...

pour en revenir à la foi, l’affection et l’élan naturel :
quand l’énergie, l’intelligence et la vision
affrontent l’autoritarisme blasé
croupissant de fatuité
si on est pas prêt à se bouger pour faire la différence
le cynisme a gagné
on loge chez les croupissants

helenablue a dit...

Hum, je suis parfois encore bien blousaille pour une vieille bleue. Le petit bout de feutrine rouge sur le tapis rouge... j'ai pensé, tout le monde va voir, tout le monde va s'interroger, tout le monde va peut-être s'intéresser à savoir ce qui se passe de gravement grave à Montréal et au Québec.
Heureusement, tu veilles, la tribu veille, la tribu se mobilise.
Que peut-on dire à ces jeunes qui se font arrêter, esquinter et maintenant pire par une loi bâillonner si ce n'est continuer la lutte?
Tu parlais des syndicats qui ne se réveillent que depuis que cette loi dingue vient d'être promulguée... je ne sais pas, je pense à mes gars, je me dis qu'ils seraient comme tous ces jeunes c'est certain dans la rue à vouloir que leur avenir ne soit pas ainsi hypothéqué et que je serais sans doute à leur côté pour crier avec eux à plus de justice et plus d'humanité!
Que peut-on faire pour ces jeunes qui s'expriment, que peut-on faire pour les épauler et leur faire partager ce qu'on sait pour les aider sans les manipuler, juste les assurer de notre présence, du fait qu'ils peuvent compter sur nous, sur notre expérience et notre bon sens?
C'est beau toute cette jeunesse qui montre l'exemple!
Sur la route, j'ai le temps de penser. Je ne me rends pas tout à fait compte de ce qui se passe en vrai, seuls ceux qui sont sur le terrain peuvent sentir, comprendre la gravité de ce qui se passe, de loin reste l'universalité de la pensée et l'expression du coeur: ça n'est pas supportable de voir ça et c'est une sale manière de faire de la politique, la démocratie en prend un sale coup et les idéaux aussi et il en faut quand on est jeune, il est bien temps de les perdre après avec l'âge et l'expérimentation. On n'a pas le droit de casser les rêves et les élans d'une jeunesse, c'est comme scier sa branche. Je me sens concernée profondément par ce qui se passe et bigrement atterrée de tant de manque de scrupules, mais faut faire tout notre possible et je viens de le comprendre pour que cette lutte ne soit pas récupérée comme a tenté de le faire Xavier avec son bout de feutrine. C'est avec ceux sur le terrain qui se battent pour de vrai, qui se retrouvent avec un oeil crevé ou derrière des barreaux qu'ils faut être et pour qui il faut déployer ses talents.
Faut leur ouvrir notre porte en grand!

helenablue a dit...

@ Plumitif:

On ne peut pas ne pas agir, ne rien faire c'est se tirer une balle dans le pied!
La foi et l'élan naturel, oui, écouter son coeur et se mobiliser pour défendre ces valeurs qui nous sont chères!
On n'a pas encore le pied dans la tombe, alors faut le faire savoir!

Pat Caza a dit...

que le premier qui n'a jamais consommé un litre de pétrole (sous quelque forme que ce soit) me jette la première pierre

je bosse dur 5 jours sur 7 à salaire minimum, je nourris deux enfants et partage les frais d'une maison avec ma blonde, s'il me reste un 20 piastres au deux semaines pour m'acheter quelques livres ou des cordes de guitare je me considère chanceux
je suis un goujat doublé d'un égoïste méga centré sur sa petite bedaine et sa graine
semble évident

quand ma blonde s'endort le soir et que je réussis à trouver la manette de la télé, ça m'arrive ces derniers temps au lieu de la fermer de la mettre au poste des nouvelles
wow, édifiant
le monde dans lequel je vis, nous vivons
il m'importe peu, voire vraiment pas, de me ranger dans un camps ou dans un autre
à mon sens, vous troublez tous la paix, Ma paix
le Malin avant d'être le Malin qu'on connait était vendeur de frigo au Pôle-Nord
tout le monde a raison et tout le monde croit dur comme fer que le méchant Adversaire (qu'ils ne reconnaissent pas en eux) a tort et que ça justifie un paquet de conneries et de bêtises
"check mon beau frigo avec congélateur intégré, wouha !"
tassez-vous, petits rois, vous cachez le soleil
héhé...

mais que reste t'il ?
plein, oh fuck, plein
il n'y a rien de ce que ce monde pourrait m'offrir que je ne possède déjà au centuple dans mon coeur
l'amour, l'amitié, la tendresse, la joie, la paix
oui mais Pat, le méchant monde et la colère du juste, elle ?
(haussement d'épaule)
si tu me croises sur la rue et que je te sourie ou te tends la main, c'est avec l'énergie de toute la colère d'une fleur piétinée par des petits qui se croyaient grands que je le fait

maintenant je disparais
je retourne dans l'ombre pour profiter du soleil

Gaétan Bouchard a dit...

Je ne dirai qu'une chose: les libéraux sont des charognes. Et je vais même le crier dans la rue, comme d'habitude.

Personne n'est venu me voir pour me demander si j'étais d'accord pour que l'on supprime la charte des droits et libertés.

Le nombrillisme est une impasse qui ne fait pas un bon sujet de conversation. À d'autres le spleen. Il se vend des pilules pour ça.

Habitons nos couilles et nos ovaires, cibouère!

C'est un mouvement sans chef, sacrament! Arrêtons de focusser sur L'Actualité, Le Lundi ou Sélections du Reader's Digest. La vraie affaire se passe dans la rue, là où se sont écrites toutes les lois qui devaient protéger le peuple de l'oppression...

Le No Future, c'est une philosophie d'épave desséchée, de vieille momie des années Culture Club. Peut-être qu'on en parle encore sur le réseau AM... ou bien sur radio X, ils sont encore à tripper sur les vieux épisodes de Papa a raison. Ils crachent sur les intellectuels comme Goebbels sortait son révolver en entendant le mot culture.

Danger Ranger a dit...

Voilà, le Plumitif en est un.
À l'échelle de la société au complet, ce qui se passe en ce moment n'est que l'ombre du début d'une simple bataille dans toute l'ostie de guerre. C'est déjà ça, mais ça va prendre infiniment plus que ça.

coffeeandsci a dit...

Quelles pizzas ? Que du PFK l'ami, que du PFK.

Du poulet Doré comme l'Aube. 50% des poulets de chez moi votent Aube Dorée, eux ils savent.

MakesmewonderHum a dit...

«Any wich way you can». Un bon pâté chinois dépend de chaque coup de pilon à patate,du crèmeux pis des motons de maïs, d'la viande hachée bien saisie avec les épices.

Ça sent l'espoir d'une bonne tablée unie, où même parler la bouche pleine se pardonne, fumer aussi.

Tenez, cette après-midi:

«Le Titanic libéral, on part avec l'argenterie pis on laisse les enfants sur le bateau!»

«Faut invesir dans les crayons, pas dans les mines!»

Le plumitif a dit...

loin de moi l’idée de jeter la pierre à quiconque, tu peux me croire Pat Caza (d’ailleurs Mistral le dit bien : On a tous fait des saloperies dont on a honte, on a tous honte de saloperies qu'on n'a pas faites.) – de toute façon on en est plus là , et, en même temps, ce que tu soulèves me semble précisément au cœur de la patente, si j’ose dire.

c’est ce qu’on pourrait appeler l’occupation justement : être trop occupé à se dépêtrer d’un soi qui en fait est un nous, mais pas le nôtre.

et tout ça tourne autour d’un simple concept, que d’aucuns jugeront sans doute volontiers assez primaire : battre.

pour ce qui est du primaire de la chose, j’en suis pas si sûr… entéka voici comment ça se décline :

se débattre
débattre
se battre
battre

Le plumitif a dit...

ah oui, une petite précision tout de même:
au final, c'est le coeur qui bat
ou pas