10.3.08

Komo: exit final (Kamurdin Ahmed Chowdhury, 1973-2008)




Week-end aux Catacombes. Samedi, Kevin a bravé la tempête et la fureur du boss pour improviser un party funèbre au bar Pam-Pam. On s'est tous amenés sous le grésil avec un pot d'azalées, des photos du défunt et un livre de feuillets vierges parcheminés où les clients seraient invités à inscrire un souvenir, un témoignage, un adieu. Kevin a tout disposé sur une table près de l'entrée; le patron flippait vraiment, mais Kevin a déclaré que c'était le bureau de Komo, qu'il y venait chaque jour depuis dix ans et que lui-même n'y remettrait jamais plus les pieds si on lui refusait de rendre cet ultime hommage à son ami.

Et le plus étrange est que la clientèle de barflies a de tout coeur approuvé. Chacun s'est levé à son tour pour écrire sa page et repartir avec une photo. À notre table, avec Cynthia, Benoît, Isaac le juif et Danny l'Hindou et un Grec dont le nom m'échappe et d'autres qui allaient et venaient, bref un congrès concevable uniquement dans Parc-Extension, on a bu en se racontant des anecdotes du disparu et en alimentant le juke-box de ses chansons préférées. À un moment donné, Cynthia a failli se battre avec un gros noir imbécile qui tentait de tuer une souricette à coups de balai; l'animal effrayé, saignant du museau, s'est réfugié sur l'épaule de cette Françoise d'Assise qui l'a mené dehors vers la sécurité: elle a marché sans manteau jusqu'à trouver un squat chaud pour la petite bête. Y a une couple d'années, sur l'heure du lunch au boulot qu'elle prenait dehors au soleil, un oiseau à la patte cassée s'est réfugié sur sa tête alors que ses consoeurs le pourchassaient pour l'euthanasier...

2 commentaires:

& a dit...

Sincères sympathies. Quelle année noire.

Mistral a dit...

Indeed, cher Mac. Prenons garde où nous posons la gorge.