18.1.12

Me pour les Nuls


14 commentaires:

Sammy Soldat a dit...

Boum!

Beau chapeau, monsieur!

- SS

Mistral a dit...

Oh, Sam, t'as peur de rien. Les gens vont croire que t'es le lectorat cible!

Lyes...

Sammy Soldat a dit...

J'ai même pas peur de porter un chapeau plus grand que le tiens!

Faut pas avoir la petite tête, pour ça...

Lyes!

- SS

Mistral a dit...

Vantardise. Moins de 2% des hommes ont mon tour de tête; Henri Henri fabrique mes fedoras sur mesures.

Sammy Soldat a dit...

On s'mesure, pis on s'rappelle ;)

- SS

Mistral a dit...

On s'compare, pis on s'désole, pis on s'console, pis on se souvient.

T'as un beau feutre italien.

Sammy Soldat a dit...

Un peu croche, cause du soleil sur un banc de char, un moment donné, mais ouais!

Ton (tes) fedora a (ont) la classe aussi!

- SS

Oh, comme c'est beau, l'amour de blogueux!

Mistral a dit...

Oui, I'm a Stetson man, mais au prix que c'est rendu, je ne porte que des cadeaux de femmes merveilleuses, et à l'âge où chu rendu, je les fais durer longtemps.

Sammy Soldat a dit...

Ouais, c'est clair qu'avec le temps, les femmes pleuvent moins; j'en profite pendant que ça mouille encore lyes!

- SS

Mistral a dit...

Les filles pleuvent moins, mais les femmes mouillent plus, et elles ont davantage de classe.

Just keeps getting better and better.

Sammy Soldat a dit...

Pour la classe, je ne puis que seconder en leur baissant mon chapeau bien bas; j'connais trop de plottes de 20 ans qui m'font chier à longueur d'année (et bander, malheureusement, faut le dire aussi)

Bref!
On (ou elles) s'écarte!

- SS

helenablue a dit...

Nan! T'es pas pour les nuls!
Si on souffre pas un peu pour te découvrir (hé,hé), s'abstenir!
L'effort que tu demandes, les suées que tu provoques, la jouissance, c'est là que ça se passe!
T'es pas bradable, scuzy.

Mistral a dit...

Sacrée bonne femme. La classe...

Le plumitif a dit...

Make the devil your ghostwriter...

m'est avis que Mac (dont j'ai lu avec bonheur La Solde récemment) a déjà trouvé ce filon, non ?

et pour les nuls, en effet, ta proposition est risquée. à leur place (ben, là d’accord, j’avoue, c’est discutable, p’t’êt’e ben qu’j’y suis déjà, après tout, c’est comme le cocufiage y paraît: on est toujours le dernier à l’apprendre - mais, pour l’exercice, mettons que pas), à leur place dis-je donc, je me méfierais... les quelques zones cérébrales encore opérationnelles qui leur restent pourraient bien se voir irrémédiablement cramées à l’incandescence de ton verbe.