5.12.07

Dix ans moins dix-huit jours

Après une nuit de fouilles archéologiques menées avec audace et opiniâtreté par Vigneau et moi, dans nos mémoires et nos anciens ordinateurs et nos supports de sauvegarde, on a fini par retrouver les quatre pages que j’écrivis à l’époque sur Lapointe et moi. Ça s’intitule, astucieusement, Lapointe et moi. L’ennui, c’est que j’ai eu beau le donner à Jocelyne Lepage de La Presse le 10 novembre 2004, je ne pense pas qu’il ait paru là, et pourtant c’est paru quelque part, mais du diable si je me rappelle où…

Je vais le mettre ici, quoiqu’il en soit, demain au plus tard: juste le temps de tout tenter pour retrouver la date et le lieu de première publication.

En cherchant ça, je suis tombé sur autre chose. Une lettre inachevée, jamais envoyée. Une lettre à Soft. Croirait-on que la prochaine étape de mon bref survol devait être ce vendredi 16 novembre, au Salon du livre ? Ce soir-là, j’ai vécu la séance de signature la plus signifiante de ma carrière, et j’expliquerai pourquoi, mais sur le coup, avant d’aller rejoindre Meth et Paddy Brisebois et les muses post-traumatiques au Passeport, je suis allé vider des pintes dans un pub irlandais avec une femme que je n’avais plus vue depuis dix ans. Et Bastien était là, et un vieil ami, et deux jeunes gars chouettes qu’on a emmenés malgré qu’ils n’aient pas l’âge et dont nous tairons donc le nom.

Soft. Après toutes ces années. Rien n’avait changé. Rien, sinon qu’on était libres maintenant, que nos enfants étaient grands, les siens et le mien, et que tout avait changé quand même.

On a parlé. On s’est aperçus qu’on n’avait pas la même idée de ce qui s’était passé. On s’est mis d’accord pour diverger d’avis. On ne s’est jamais chicanés depuis qu’on s’est rencontrés. Plus tard, Bastien a demandé : «C’est qui, cette femme-là ?»

On s’est écrit, puis revus la semaine suivante. Toujours, il manquait quelque chose, quelque chose que j’aurais juré avoir essayé déjà de lui dire il y a dix ans, mais quoi au juste…

Et puis ça, ce matin. Cette exhumation. Une lettre en date du 23 décembre 1997. Il y a, à vue de nez, deux grammes de coke là-dedans. Comme mettre du carburant à F-15 dans une mobylette.

Je la livre enfin, c’est bien le moins. Pour elle, pour les curieux, pour faire bander les exégètes.




Montréal, 23 décembre 1997.

Mémo à mon ange cornu gardien de but;

Sweet Soft, you sure can mess me up. Always could. I can’t help thinking about all those poor rich bastards who followed you around twenty years ago, drooling all over their alligator shoes, their bladder full of painful wine and they would sooner have pissed in their pants than go to the john and risk missing the moment when you’d finally ask for the moon. Only you never did. After a while, I guess they figured out at least part of what makes that soft machine of yours tick, which is to say they understood it ain’t that dumb chunk of cold rock up there, to say nothing of the gold chain they proposed to link the two of you with. Did they know that your gaze, with all the mischevious innocence that excited them so, the studied flirtation they mistook for boldness, the raw fear of love and things absolute they thought was a healthy bow to manly strenght, the watery reflections in your pupils of the wild butterflies having a ball in your stomach, did they know that all this time you were surveying the strange and secret vastness of inner space, intent on finding a garden-planet in yourself, and a bright star to follow, and a nice medium-size far-away black hole for those times when you’d feel like a little dark fascination, and lots of embryonic worlds to nurture and bring to life and mold, a whole polymorphic cosmogony flowing like boiling life from your volcanic soul, eruptions so generous and rich that the wonder of it all sometimes gave way to breathtaking rushes of despair: so many toys in store, so little time! So you see, those poor salivating suckers, they never stood a chance in hell. There just isn’t enough money in the world to compete with that kind of joyride, when a soft glowing soul discovers its own godlike power: the endless creation of self. Some times you even hear of a soul getting it on with the mind it’s related to. That’s where artists come from, you know. The stormy, steamy fornication of mind and soul. The incestuous fuck of two pubescent undisciplined forces of human nature. The artist as his own imperfect deity, both parent and child, born from his mind and soul, yet responsible for their continuing growth.

I gave everything I had, good and bad, to feed that ideal, and still it cried hunger, and so I stole and borrowed and sacrificed virgins and I fed the splendid beast some more, I even shoveled its own shit down its throat when I heard that chicken recycle proteins two or three times that way, and I swear that by the time I ran out of food, the belly of the ideal which was my Graal was almost full. And now look at it, slowly starving to death in the stinking septic tank that is our time. Who’s gonna pick up the shovel and fatten the Graal? Doesn’t anybody give a damn that when that thing dies, art goes with it to the grave? We won’t change the world, you say. What a horrible thing to declare, and how surprised I was at my own shock. After all, am I not the one who wrote that the vamps weren’t in the business of remaking the bloody mess? Is that what I meant, that it couldn’t be done, that we wouldn’t do it anyway, no matter what our reluctance, for no better reason that it’s the supreme order of things, the very respiration of the ages? In thruth, I don’t know anymore, but I doubt that I meant such a thing. It’s not like me to lock the future. One thing is for sure, though: I hold that sentence to be one of the most revolting imaginable, and I prefer to believe you haven’t thought it through. Because we already have changed this world, if only by bringing children into it, and why the fuck would we do that if not as a profession of hope in our own future? What other valid reason is there? Do we reproduce for the sole selfish purpose of enjoying their childhood and receiving a visit at Christmas in our old age? What kind of a cruel thing is that to tell a kid, especially if that kid is me. When our parents made us, they had every reason to believe that humanity would blow itself to hell before the century was over, and yet they screwed like rabbits in the backseats of their Buicks, by the thousands they congregated in the drive-ins of the New World that needed changing already and they parked their tin leviathans side by side, row after row after sinful row from Newfoundland to Colorado, and the land was still for an instant, just a silent starry Friday night in a cold war civilization terrified by its crimson shadow, and all of a sudden the screens lit up, the pictures started to flicker all at once from Seattle to St.John’s, the focus was all wrong, it would be thirty seconds before you could make out the gigantic features up there but who cared? You knew already, since his velvet voice came out loud and clear on the speaker hooked to your driver’s window, and only a filthy commie spy could fail to recognize Elvis’s voice when he heard it. Buicks like rocks on a beach, like all the coffins buried in the ground since the Mayflower arrived in Plymouth and Champlain pissed in the Saint-Lawrence from the Cap-Diamant had surfaced to remind the living of the first duty of life which is to live. And who remembers that movie now? By the time the picture cleared, they were all jumping their teenage bones in the backseats of their imperial Buicks, our very first cradles, where a new generation of horny kids with more guts than brains once again professed tangibly their hope in the future of a seemingly hopeless world. Actually, I’m quite sure I was conceived in a Volkswagen, but that’s not the point. The point is they modified this world to a degree never seen before, and they managed to do it without a third world war, and of course most of what they believed in was pretentious crap but it was their own personal crap, not ours, so let them betray it all they want, let them choke on it, the sooner the better. I suspect that they’re about to realize the rather unpleasant fact that by refusing to die, not only do they deny themselves any possibility of us ever reciting their eulogy, but even if we agreed to bend the rules and do it while they’re still warm, we just can’t afford to buy a headstone to mark their graves. I’m not even talking about the fact that, when our time comes, there’s no way in hell we’ll be able to pay our share of the rent on the yuppie family plots they’re sure to favor. So let them rot alone, I say. Let them pour the wealth of the nation in their mad promethean race against time to discover the pill that makes a baby-boomer not die. That should be a blast. And why shouldn’t they succeed? Why should they fail just because a bunch of unwashed knights we’re not even sure existed are said to have left on a similar quest circa 500 AD and never found anything? Indiana Jones, now that’s the guy you want to talk to if you’re in the market for a Holy Graal. He’s got experience, you know, and a gun too.

Let them grow forever old in second-hand pasture homes they built for their parents, and wait for the children they never had to visit delay the moment Divorced, childless and anonymous. After all, the taxes they avoid paying now by putting their loot away in REER’s locked tighter than the Cosa Nostra’s Bahamian vaults Those spineless greedy crooks will bequeath us enough useless golf courses to bury each one of us ten miles apart, which suits me fine. I don’t intend to spend eternity surrounded at close range by the same ignorant small-minded valueless morons that I’m obliged to endure in life just because they conspired to be born in my time, my precious, volatile time. The whole degenerate, sinister bunch of them, so thoroughly brainbleached they don’t even feel they’re missing a part, so deprived of tools they’re incapable of working on either soul nor mind, let alone another’s. Both hands firmly grabbing their asses They’re dancing their way back to the Stone Age and don’t seem to care one mammoth bit. If only I could hate them, detach myself from this, I would stand some sort of a fighting chance, but there’s not much I can do, nowhere else to go, and anyway, what kinda nauseating prick with jellybeans for balls calls himself a man and abandons his own, unstomachable as they are. There was a saying that used to comfort me a lot as a tormented teenager feeling dropped at this time and place by some kind of terrible mistake. It assured that one who is of his time is off all times. It made sense to me then. I believed in that. I guess it still makes sense, and I should tell it to myself more often. Somehow, it seemed more potent twenty years ago. Hell, come to think of it, so did I.

That thing you said on the phone tonight, about you not having my genius, let me adress that. I refrained from answering right away, the answer being :”Me neither. Not anymore, at least for the time being.” The reason I waited was I anticipated your reply, some gentle and sincere albeit pavlovian response to the effect that I don’t know what I’m talking about and of course I’ve still got the magic and so on. And I don’t want that from you. I want more. I must have heard that thirty times if I heard it once these last few months. Well-intentionned as it is, it doesn’t do me a damn bit of good, in fact it tends to irritate me to the point where I give up the conversation before it even starts. I notice it more and more, the way people talk without listening to each other, as if they were carrying a para-conversation with themselves, sometimes it even sounds as though they were protecting themselves, since it’s true that it requires an effort and some measure of risk-taking to consider a new factor, a challenge to what we already know, think, understand, think we understand. I feel people would rather rest easy in the fragile sense that they synthesized a working system, even though they know full well it’s built out of straw, than go out there and meet another truth, and so what if it’s wooden and so what if it’s brick? The wolf’s out there, lurking in the forest, I can almost hear his stomach gurgle. Besides, my house suits my needs, it’s 20º outside and the walls keep me from seeing that sexy big bad wolf who beats his wife and eats the likes of me for sport.

Well, we all know what happens next, don’t we? The wolf goes to jail, the pig becomes prime minister, the forest is burned to the ground and a law is passed making the use of straw mandatory in every new condo development through the land. As for the prime minister, a first-rate pig if I ever saw one, après avoir fait répandre la rumeur que l’immense stock de briques désormais inutiles serait employé à l’édification d’une grande muraille défensive au périmètre du pays, he delivers a speech in front of the small but politically powerful pacifist faction in which he condemns the provocative project and promises that his government will dispose of the obsolete materials at no cost, providing the brick manufacturer accepts to drop the civil suit and stop the hunger strike he pursues in front of the UN building every weekday from noon to five, just in time for the evening news, or at least do it someplace else, like in the abandoned lighthouse where he could make himself useful to the community until he rolls over and goes to the great pigsty in the sky, or until the return of the regular lighthouse keeper who is two weeks late coming back from his annual vacation; every year he hits the road and visits a different festival, this time around the festival de la patte de cochon, which his brother-in-law explained means festival of rolling in the mud and binging on all-you-can-stuff-in-your-pigface crud (Elmer, his brother-in-law, is kind of a snob and goes around with his groin in the air, just because he went to college to teach the kids at the Agriculture Institute in Saint-Hyacinthe the proper way to hose down a pig that inadvertantly slid in cow crap; also, he once was approached by a Disney casting agent looking for new talent, but the projected Tennessee William’s inspired melodrama, tentatively intitled A pig in heat on a slut named Ruth, was shelved indefinitely (according to Elmer, this happens all the time in Hollywood. He says it’s all political and that everybody knows how the gay mafia takes care of it’s own; in fact, he wouldn’t be surprised if the role went to Lorenzo Bacon, that fag who played dinner in Robin Hood, Prince of thieves, a part which earned him a nomination for best rotating actor at the Academy Awards, which Elmer says is unfair since Lorenzo is used to have a rod stuck up his ass, therefore acting has little to do with it. To those who expressed surprise and delight at hearing that Lorenzo Bacon was not dead like they thought (what, with all that roasting in front on the projectors, not to mention over the roaring flames), Elmer patiently explained that it was all done with special effects and professional stuntpigs; as a matter of fact, it was rumored that Lorenzo’s double came out of the closet (right into Sean Connery’s trailer who was busy trying on whigs, which he insists on doing naked since he spent an afternoon at the Actor’s Studio; he feels that color coordination between his whig and pubic hair is paramount to the proper identification of his motivations; besides, it’s the only way he can make sure of his current natural color. Pacino taught him that; himself got it from Lee Strasberg during pre-production of The Godfather part II , although Coppola changed his mind and Strasberg eventually played whigless—movie buffs will be glad to finally learn the answer to one of the most talked-about film enigmas of post-war american cinematography: Why DID Francis Ford relegate the whig to wardrobe never-neverland at the very last minute, even reshooting a whole day’s worth of Strasberg scenes {the Florida meeting}? The notoriously secret director always eluded the question, staying away from the speculation frenzy, which only served to fuel the debate and led some to suspect him of contempt for the many serious cinema lovers who supported him from the start. Twenty-three years after the fact, the truth comes out, and from documentarist Gina Coppola no less, Coppola’s wife of three decades who follows her Apocalypse Now filming diary with Bums and Geniuses: The Godfather’s Underthings , scheduled to premiere in theaters next march: according to the documentary, the key to the mystery hardly deserves all the rockus it caused; it turns out that Francis Ford simply made a “method” artistic decision intended to please Strasberg, who was worried he’d delay filming while researching his motivation for playing an eighty-three year-old dying Jew, since he was only eighty-one at the time, was having second thoughts about God and hadn’t been sick since the preceding july, and that was only because Sir Laurence Olivier slipped him a mickey during a fund-raising cocktail for the long-awaited Porn Actor’s Studio wing; when Paula Strasberg, Lee’s wife, casually mentionned that her husband was coming down with a cold, FF instantly saw the artistic potential in the situation and wasted no time in declaring the whig TOUPETA NON GRATA. The rest is movie history: Strasberg caught a head-cold that he masterfully used to focus on the part and gave the best performance of his life, which he was fully aware of as his wife eloquently testified when accepting his Best Onanic Impostor award on Oscar night {Strasberg had succombed to head-cold complications the month before, collapsing while trying to have twenty pizzas delivered from Turin to Laurence Olivier’s manor in Lancastershire, right after the BP gas station. —Pacino, formerly Strasberg favorite pupil, was so deeply affected by the great man’s last character construction that he has consistantly used a whig ever since, although he wears it on his chest. As for Connery, he was reportedly moved to tears by Pacino’s account of the 1974 legendary performance; the scottish actor is said to have decided a slow in pace, letting it be discretely known by way of agent Michael Ovitz’s office that he will no longer consider playing any character whose hair falls above his butt. Said the former James Bond in his usual truculent rogue: «Enough of that bodacious baldness hogwash! I’ve just finished my 91st bloody movie since I played a nazi leprechaun spy in Alfred Hitchcock’s 1935 production of Eirin shall fall first! A nazi leprechaun spy, now that’s not as easy to pull off as it sounds, especially with that fat son-of-a-bitch Hitch breathing down my neck all the time, calling me Buffalo Schmo and Fuckface when I forgot to put sugar in his coffee, badgering me to convince my sister to go to bed with him, and through all that I had to learn my lines, don’t forget that, laddie! YOU try to maintain an Irish-German accent while wearing a leprechaun costume when you’re a six foot four scottish coal-minor’s son! To top it all off, that sack of lard Hitchcock starts threatening to throw my paycheck in the bloody Thames if I don’t deliver my sister. I wouldn’t have done it if I hadn’t needed those forty pounds so desperately, but my sister was no virgin Mary anyway, and an artist must sometimes do things that would make a Whitechapel pimp spill his guts on a pound of unwrapped cocaine. I would have shared the dough, too, you know. Don’t think for a minute I wouldn’t have given her a few pounds. Except that degenerate flabby bugger Hitchcock said my sister was the worst lay he’d ever had in his life including the goat he had befriended as a boy on his grandfather’s farm and I’d surely starve to death as a pimp, and so would I as an actor come to think of it, since he was keeping my paycheck in case he had caught a case of the clap from my sister and needed treatment, and I asked him how long it would be before he knew for sure wether he had the clap or not, I guess nowadays you’d call it an incubation period. Now, keep in mind that I was quite a young lad, fresh out of the darkest shithole ever drilled in God’s green sad-excuse-for-a-planet, so I wasn’t yet what you’d call wordly, and it follows that when that scum-chewing psycho said the doctor wouldn’t be positive for another forty years, I told him how sorry I was that my sister had caused him so delicate an anguish, to which he replied that he was in a forgiving mood, therefore he would neither sue me nor my old bedridden widowed mother, on the condition that I swear on my solemn oath never again to spoil an honest innocent blackmail by delivering the first sister I stumble on, without bothering to check if she’s faulty or not, and he said it wouldn’t kill me to clean them first, after all even caddies scrub golf clubs before bringing them to the player, and shouldn’t I treat my own sister at least as well as a caddie does a bloody wood? Had I no shame? How could I expect to make it in the moving picture industry with such lazyness? Then he said it made him sick just to look at me, a lad with no less than eleven sisters and look what I brought him, and he added my boy (he was standing quite close to me and the difference in our heights, well... let’s just say he could have easily undone my belt buckle with his denture without bending his knees, so when he said My boy, I had to bite my tongue until I drew blood not to crack up, and that bite turned out to be a swell thing, some thirteen years down the road, when Disney asked me to once again take on the challenging role of Ahrayay the leprechaun, A.K.A Kurt Waldheim the nazi spy (obviously, that had to be changed and the film redubbed when some guy by the same name managed to get himself elected General-Secretary of the United Nations. By that time, Chubby Brocolli didn’t want a Disney character who happens to be a double-agent, half-leprechaun and half-nazi, to speak with the voice of James Bond. For his part, Disney hated Chubby’s guts since old Chub had gotten drunk with Hemingway the night they liberated Paris—Brocolli liberated three acres of the Père-Lachaise cemetery all by himself, making no prisoners but standing on thousands of dead at day’s end. He got the Légion d’Honneur for that, in fact DeGaulle himself pinned it on him, and he was so drunk he missed, and that’s where Chubby got the idea for Scaramanga’s third nipple in Man with the golden gun, starring pretty boy Moore. Chubby got a lot of good laughs retelling the story of how he got the frogs’ highest distinction, but meanwhile DeGaulle had sobered up and by the end of june someone on his staff found time, between shooting collaborators and shaving the girls, to tell him in carefully chosen words how old Broc had taken him for a fool. Now, Charlie may have been somewhat of a chickenshit long-nosed weird-looking effeminate diva, but most people knew better than to mess with him. Only Broc, he’s not most people. In 1945, he wasn’t much of anything yet, maybe that’s why DeGaulle didn’t declare war on Italy when a picture of him pinning the ribbon on the warrior who had single-handedly won the battle of Père-Lachaise popped up in LIFE magazine. But let’s jump forward to 1960: Broc is now a well-known movie producer, and DeGaulle an even better known mean-tempered megalomaniac. Guess what happened when Broc’s plane had to make an unscheduled landing in North Africa to refuel? Sure enough, that cheesy cocksucker DeGaulle sent a whole commando of paratroopers to seal the airport, board the plane and bring back old Broc to Paris, specifically at the Palais de L’Élysée, specifically in the palace’s wine cellar at three in the morning. DeGaulle’s plan was to strip Chubby to the waist and then see, as he put it, “si le fétiche qu’a ce macaroni pour les décorations imméritées s’étend aux ordres inférieurs de récompenses”. More or less, since nothing tops the bloody Légion of Honor, that meant about seventy-five different pinholes in poor Chubby’s delicate mediterranean skin, everything from Joséphine’s Imperial tampon of the autumn lamb (awarded once a year since Bonaparte repudiated Joséphine to the alpine shepardess whose cunt smells the most like wet mutton; historians generally agree that Napoléon, who created the decoration along with the famed Légion d’Honneur, hoped to alleviate his feeling of guilt for the betrayal, politically necessary as it may have been, of the adored woman who couldn’t give him an heir; it is also attested, in the lilliputian cockroach’s own correspondance, that coming back triumphant from Egypt, having stolen all he could and slaughtered enough to last him a few weeks, he sent forth a messenger to the Louvres, bearing a letter for Joséphine which in essence described all the great mummies he had slained, all the new exciting ideas he had for putting Europe through another thirty years of blood-soaked war, and he reminded her to pick up the dry-cleaning in Chinatown and then, as in an afterthought, he commanded her to stop using soap at this very minute, so as to be just ripe when her tired horny anal-retentive little dictator arrived home in a week or so. In postscript, he also told her not to worry if he was a little late; it would only mean that he had made a slight detour to invade Poland or something. As it turned out, there was too much traffic that day and Nap decided to go straight home, then he sent forth another messenger (the first one having been shot on the spot when, upon his return, he made the so very touching french mistake of trying to kiss the Emperor’s ass, telling him that his wife smelled good. Talleyrand used to explain his political longevity by saying he had never entered the Emperor’s office in the morning without complimenting him on the magnificent example Joséphine set for the french people who lately, no doubt due to the euphoria caused by recent conquests, had started to indulge in such things as soap et autres colifichets, even cutting on their wine budget to follow the current fashion of bathing twice a week, endangering the commercial balance of the Empire… But I digress. I do, don’t I, laddie?»

Connery went on to say : «Yes, well, when after having completed the rod-up-the-ass scene, which required several retakes on account of Kevin Costner kept farting every time the blind servant asked :”What say you, my lord Robin” (seems he’s allergic to tea, or so he said, but Elmer heard the crew kept filling the teapot with bean’s soaking water. All in good fun, you know. Helps to ease the tension on the set. Elmer says everybody was always laughing so hard everytime Costner would vent, except that Costner kept pretending he was mad and swearing he’d cut off the balls of whoever was responsible if he ever got his hands on him. One time, on the fifth day, he even acted like he was bursting into tears. Fine actor, Elmer says. Doesn’t get the big bucks for nothing. In all fairness, Lorenzo Bacon wasn’t too thrilled with the running gag. Kept complaining about the heat and the rod-up-his-ass, you name it, he complained about it. Once, he even demanded that they put the fire out if they felt like some more farting jokes. Goddamn prima dona, Elmer said. No professionalism left in this business. Another one that didn’t laugh was the Executive Producer, but he wasn’t even on the set until the last few days of filming, so how the fuck could he know if it was funny or not? The guys offered to do it again, just so he could see for himself how hilarious it was, but he mumbled some excuse about having to justify to the studio why the production came in twelve days late and a million three over-budget. The accountants run the business now, Elmer snorts with disdain; no sense of humor at all. When a producer gets so he can’t even appreciate the chaplinesque double-entendre coupled with the almost Jerry-Lewis-like precision of the timing involved in a successful Costner-farting gag, is it any wonder that no comedic masterpiece has come out of Tinseltown since Porky?»


After which Connery collapsed, or at least I did, and this letter took almost ten years to the day to reach you, my sweet Soft.

4.12.07

Mettre en contexte pour se mettre en train (3)

Ce retour aux affaires devrait s’appeler Vacuum III : Redux. Mais tout changer, adresse et modèles et liens, c’est vraiment trop compliqué. On attendra la version papier.

Je sais, je sais. Je n’ai rien ajouté au survol, depuis jeudi, et les plus enthousiastes soupirent aussi, se surprennent à douter… Et s’il n’avait cédé qu’à un vilain sursaut d’humeur, le Mistral? Un drogué, un soûlon, un sanguin, un rustre barbare, un pithécanthrope, un gougnafier et un fichu poseur par-dessus le marché : comment savoir avec ces bêtes-là, ces reliques d’un âge obscur où les landes au-delà de la clôture appartenaient aux loups, aux ogres, aux égorgeurs et aux escarpes, aux possédés qui savent leurs lettres et vont chassant les âmes simples avec de doux sons sur la bouche et le malin dans la prunelle, aux Gilles de Rais et aux Villon, peut-on jamais vraiment savoir? Et s’il n’avait aucune idée de là où il souhaitait aller?

S’il n’était plus que vent, désormais, dissipé avec l’ultime fumée du vin cuvé…

Et les faux culs, les pharisiens, les fourbes, se prennent à respirer plus librement pour absolument les mêmes raisons.

Sauf que non. On ne dort guère, en temps de guerre. C’est fortement déconseillé. Sun-Tzu n’en parle pas beaucoup, Von Clausewitz non plus, de ce qu’une armée d’un seul homme est supposée prioriser : stratégie, tactique, logistique, discipline et moral se disputent l’attention, l’énergie d’un seul esprit dans un seul corps, qui ne peut se reposer sans péril et qui, sans repos, perdra pourtant assurément.

Il va falloir prendre patience encore un peu. Rien de ceci n’aurait de sens si ma voix s’adressait au silence, à moins de consciences qu’il n’en faut pour atteindre la masse critique, le strict minimum de bonnes volontés qu’il faut pour avoir une chance de résister aux forces démesurées que je vais dénoncer, pour empêcher ce qui arrive d’aller plus loin, non par principe ni par orgueil mais pour sauver mon envie même de continuer à vivre et à écrire, deux mamelles d’une seule bête-mère. Je suis armé de mots, bien sûr, mais aussi d’une durable réputation de franchise et de dédain pour le faux, le conditionné, le politiquement rectangle, et mon dernier recours est de faire appel aux derniers de mes semblables encore libres, capables de penser par eux-mêmes et de se faire une opinion propre.

Ce blog est inactif depuis trois ans. Je visais en le rouvrant un retour minimal au taux de fréquentation antérieur, qu’il m’avait fallu un an pour atteindre, et je me donnais une semaine pour ce faire, à défaut de quoi je m’y mettrais quand même, car ceci ne peut attendre.

Or, en deux jours, ce chiffre a été atteint, doublé puis triplé. Triplé! Jamais eu autrefois, cependant, tant de visites singulières depuis la Franche-Comté, encore moins une telle affluence accourant de Colombie-Britannique, à croire que l’Alsama n’existe pas, que le pays s’est rabougri comme peau de chagrin ou un scrotum après le surf. À croire que des gens, là-bas, sont soudain saisis d’un grand désir de suivre le blog d’un écrivain Québécois. N’est-ce pas curieux?

Mon courriel initial aux gens de mon réseau, leur demandant de passer le mot (parents, amis, nerds, collègues, étudiants, journalistes influents, certaines catégories se recoupant), puis les blogueurs de notre tribu soufflant sur les étincelles, puis deux chroniqueurs web au lectorat immense, aux conseils respectés, tous deux rencontrés sur la Toile aux temps héroïques et devenus des chums pour moi et moi pour eux, ces deux-là faisant ronfler la fournaise au naphta, font qu’on va pouvoir s’y mettre sous peu.

À mon rythme, cette fois, et sur le champ que j’ai choisi, ainsi que je l’ai promis à l’inénarrable Stanley Péan la semaine dernière. Faudra d’abord finir mon bref survol, puis je passerai à Stanley, qui est un homme très occupé comme chacun sait et qu’il serait grossier de trop faire attendre (pas un instant de plus, je m’y engage, qu’il n’en faudra à mon conseiller pour finir d’étudier les éléments rassemblés et m’exposer mes options).

Ensuite, eh bien, je pourrai enfin entrer dans le vif du sujet et confronter une bonne fois le démon blond au cœur empoisonné de l’hydre : le moyen que je vois, c’est une douche écossaise, mais misère, ce sera délicat, sans doute le texte le plus difficile que j’aurai jamais eu à construire.

3.12.07

Chu un ti-cul avec un coat de cuir (chanter sur l'air de «N'importe quoi»)

Les torys devraient bander moins sur le rétablissement de la peine de mort et songer à légaliser le duel.

CGDR est venu m’apporter une grosse bière et son appui moral cet après-midi. Pourquoi? ai-je baillé en me grattant les cheveux. Il m’a raconté qu’Éric Lapointe s’était épanché sur mon compte hier soir, à TLMEP. «Ça m’a fait quelque chose. Il y est allé fort sans raison. Tu devrais te défendre.»

Je baille encore. Paraît que je lui dois cinquante dollars, à Lapointe. C’est vrai. On jouait au billard, je le battais toujours, il déprimait; pour le requinquer et me faire du fric facile, je lui ai gagé un rouge que parmi les cinq prochains clients à entrer dans le bar, il s'en trouverait un qui lui demanderait un autographe. Eh bien, il a gagné et j'ai perdu : dix clients plus tard, tout le monde s’en foutait toujours autant d'aussi bon coeur. Mais cette idée, aussi, de faire le juke-box organique, le haut-parleur vivant, de chanter les mêmes affaires soir après soir. Y a des disques pour ça, des vidéos. Peut bien déprimer. Moi aussi, je déprimerais, s'il fallait que j'écrive le même texte à chaque fois. En tout cas, il a gagné et ses cinquante dollars l'attendent.

Il a décliné mes textes, vrai aussi, mais c’est lui qui m’a appelé pour demander à les voir, je suis allé le rejoindre quelque part avec Kevin Vigneau, Éric a trouvé les mots trop intellectuels (splendeur, virulence, etc. : «Le monde vont pas comprendre…»). Quant à la suggestion d'une chanson sans refrain, c'était trop poétique: «Faut un hook pour que les Manons de l'est s'en rappellent!» Kevin avait cru entendre les manants...

Je retourne me coucher.

2.12.07

Crochets, coeur et couronne


C’est bien beau, sucer le venin hors des morsures qui vous chatouillent les chevilles, s’en gargariser et le refaire gicler bouillonnant à la gueule des crotales, c’est bien beau s’apprêter à péter des crochets, mais il n’y a pas que des serpents, ici-bas, surtout à hauteur d’homme, qui est moins basse, et l’oublier tandis qu’on lutte au sol dans la vase et les sifflements, c’est risquer d’arracher l’échec aux mâchoires molles de la victoire, c’est perdre la fin en chemin, lâchant la proie pour l’ombre. L’ombre d’un reptile vaut-elle qu’on y sacrifie tout sens de la lumière et de la couleur du monde?

Il n’y a pas que des pourris, des sangsues, des déçus, des amers et des folliculaires dans notre monde immédiat, même si on ne voit souvent que ça à force de satelliser nos relations humaines, étancher les compartiments de nos vies et connaître au fond très peu de nouveaux gens, de nouveaux lieux, qui ne soient virtuels.

Un homme de cœur en rachète cent méchants, il vous redonne un morceau de vous-même et vous inspire. Vendredi, Claude Martel, mécène et samaritain, je ne sais pas quel mot convient sauf homme de cœur, chirurgien dentiste à Saint-Lambert, m’a refait un sourire, sans rien attendre en retour, trois heures d’ouvrage assisté de Diane, des frais que je n’ose imaginer, tout cela lui étant venu à l’idée lors de mon passage à TLMEP. Je le tiens désormais pour un ami et je note ici son nom, son geste et son visage, dans mon journal à cette date : il m’a redonné foi au milieu d’une tourmente désespérante qui se prolonge, se prolonge…

29.11.07

Mettre en contexte pour se mettre en train (2)


Le douze novembre, tout seul chez nous, sans chercher le trouble, je me suis assis devant l’ordi et j’ai relevé mon courrier. Routine. Un message Google m’informait que mon nom était paru sur le Net ce jour-là. Routine. Dans un texte de Richard Martineau…


Pas la routine.

Depuis vingt ans, cette anguille humaine a pris un luxe de précautions inouï pour éviter de confronter quiconque serait susceptible de se défendre. Jamais on ne l’a vu débattre : ni dans un journal avec ses lecteurs qui soumettaient des réactions articulées, ni sur le web, ni à la télé, ni à la radio, ni au Dollarama, ni dans les magazines imbéciles qu’il a dégradés davantage avec cette insouciance tâcheronne qui le caractérise, et qui déguise pourtant bien pire : l’impuissance de cet homme-là, sa crainte permanente d’être démasqué (imprimée dans sa face, trahie par ces yeux furtifs et cet intarissable trou qui lui sert à dégoiser), et son hostilité sournoise envers sa propre société. Je ne connais pas de spécimen plus dégénéré, aussi nuisible que ce tartuffe parmi ce que ma génération avait de mieux à offrir et qu’elle aura produit de pire. Jean-Luc Mongrain croit au moins en quelque chose, et son discours est constant, et son action suit son discours. Gilles Proulx est un amuseur inoffensif sur cette échelle. Arcand est un journaliste. Mais qui, quel démagogue sans foi ni loi ni le moindre scrupule se mesure à Martineau dans notre génération? On a dit, un peu tôt, Jeff Fillion. Liquidé, Fillion, malgré les vœux de son auditoire. Un porc, ajoute finement Madame Martineau. Or, Fillion n’a jamais été, tant s’en faut, pernicieux comme ce bouffon avide, ce parvenu dévorant qui a aidé à l’éliminer. Combien de journalistes recoivent de la merde sous enveloppe au bureau de la rédaction et s’en vantent comme s’ils étaient le jeune Jean-Pierre Charbonneau se faisant tirer en plein Devoir pour stopper son enquête sur le crime organisé?

Précautions luxueuses, disais-je : l’homme s’y entend pour éviter plus fort que lui, aussi quand un Dany Laferrière l’estourbit d’un bref et brillant trait d’esprit à TLMEP, eh bien, tout le monde en parle. Encore et toujours. Il n’échappera jamais à ces mots qui le ligotent et le résument et le cuisent carbonisé : "Richard Martineau vit intellectuellement au dessus de ses moyens. Il dépense plus qu’il ne possède. Un jour, il fera faillite!". Il ne s’est trouvé personne, pas une seule voix pour prétendre que le coup était moche, même pas son ami Patrick Lagacé, nettement plus sérieux et d’une loyauté touchante, qui consacre de plus en plus de son espace rédactionnel à défendre l’indéfendable. Martineau s’en était pris à Laferrière avec son pitoyable arsenal ordinaire de majuscules, de citations juxtaposées, de questions rhétoriques et d’invectives atones. Plusieurs ont compris ce jour-là qu’il venait de basculer hors de sa zone pusillanime naturelle, qu’il se croyait enfin un redoutable intervenant intellectuel, bref qu’il divorçait du réel. Moi, je l’admets, j’ai eu pitié. Jeune, il écrivait fort et pensait jusqu’au bout d’une chronique. Sa corruption n’a rien de réjouissant pour nous autres qui sommes de la même fournée

Ça ne lui a pas servi de leçon, évidemment. Et de l’immonde gâchis de sa rencontre télévisée avec Dieudonné, qui l’a croqué comme un mulot, Louise Cousineau a fait un compte-rendu. La bataille a pogné. Je me suis retrouvé au milieu, mon nom lancé comme un caillou par ce saltimbanque paniqué en direction de sa critique.

Lisez cet article. On l’a altéré. Il finissait par crisse de folle. J’ai écrit à Louise Cousineau pour regretter à sa place la conduite inqualifiable de Martineau. C’est resté sans réponse. Mais l’injure à la journaliste a disparu, le Premier Ministre a eu droit à un Mea Culpa, et je me ramasse avec les sales majuscules du guignol qui se fout bien des conséquences.

Ma foi, il est peut-être temps de lui rappeler ce qu’on peut faire avec un clavier. Mais laissons-le se lamenter qu’on le poursuive, laissons-le revenir de son ébahissement. Quoi! Lui? Responsable?

C’était le 12. Johnny m’a conseillé de laisser couler. Je l’ai écouté. Il m’a aussi envoyé un enregistrement qui, m’a-t-il dit, méritait davantage mon attention. Grave. Dommageable. Cela, je ne l’ai pas écouté. Mais j’anticipe…

28.11.07

Mettre en contexte pour se mettre en train (1)

Suis d'avis qu'un bref survol de ce qui me ramène ici ne sera pas de trop, sauf peut-être pour les salauds. Je précise avant qu’on ne lise ce qui suit : rien de ce que je vais énumérer n’a suffi à me rengager dans cette damnée galère, ce blog, auquel j’ai assez donné et qu’il me plaisait de voir figé à sa place dans l’histoire de ce genre neuf, que d’autres développent à leur tour. Je n’ai pas rempilé quand Sophie et moi avons rompu, ni quand la lecture des journaux m’étouffait d’indignation, ni quand l’ignorance et la désinvolture de mes concitoyens sont devenues plus dangereuses que seulement tristes, ni quand j’ai préparé mon retour littéraire, ni quand j’ai éprouvé la solitude et le pressant désir de partager mes sentiments et mes idées. Alors ce qui va suivre, ce sont des clopinettes, ai-je estimé, même si elles survenaient toutes en même temps et que j’ai dû passer une pleine semaine, nuit et jour, à y faire face, là où elles se manifestaient, dans les commentaires de blogs que je fréquente où dans ma boîte à courriels. J’ai pulvérisé de la mort-aux-rats dans tous les coins, mais c’était pas chez moi, c’était chez des copains où la vermine me suivait, et ça devenait fort embarrassant. N’empêche, ça ne suffisait pas à me faire radouber la galère : s’il fallait mobiliser un navire de guerre chaque fois que des bestioles s’agitent, on n’aurait pas tort de questionner le jugement du responsable. Surtout si cette galère n’a pas été conçue à des fins martiales et belliqueuses, mais bien comme vaisseau de parole, de pensée, de poésie : de littérature. Faut un Pearl Harbor pour t’obliger à convertir ta belle galère de plaisance en destroyer gris qui pue le mazout et qui crache le feu.

À venir, donc, un bref survol…

Dérouiller

Seul quelqu'un qui a pris un break de blog de trois ans peut comprendre combien c'est coton de remettre la machine en marche. La technologie a changé, ce qui n'a pas changé n'est plus familier, j'ai passé des heures à seulement émonder mon modèle des liens caducs, et n'ai pas commencé à ajouter les liens neufs, vers Meth ou Zhom ou Mac, pour ne nommer qu'eux.

Ce n'est pas pourquoi je suis revenu. Je ne veux pas rester longtemps. J'ai dépoussiéré cette vieille tondeuse pour me défendre contre quelques salopards qui en ont pris pas mal trop large. L'affaire est délicate et je ne compte pas pousser une seule gueulante de dix mille mots qui noierait mon propos. Je vais exposer mes vues au fil des jours qui viennent, méthodiquement et honnêtement, car cela en moi n'est pas rouillé, et chacun se fera son idée.

On va peut-être même bien se marrer...

1.10.04

Pecher. Patiemment. Joncher la chaloupe. Puis déposer sa canne et se jeter aux flots.

Lancement du recueil de Franz. Boucle bouclée. Lâche et serré. J'ai ouvert ce livre si attendu, si souhaité, si rêvé longtemps, appelé de mes voeux et lourd de mes désirs transférés, l'ai ouvert et l'ai refermé en arrivant au Bunker, l'ai tendu à Sophie, lui ai dit, ai tenté d'expliquer: «Il faut pas, pas que je le lise, trop à perdre et guère à gagner, quelles sont les chances qu'après toutes ces années sa poésie ressemble à mon souvenir embelli magnifié, c'est trop risqué, et le pire est que je ne saurais jamais si c'est sa poésie qui a changé ou si c'est moi, alors faut pas...»

Un peu plus tard, assis à mon bureau, j'ai remis pourtant tout mon être ébranlé entre les ailes chaudes et savantes et fiables de ma femme assise en tailleur sur notre lit pour me lire ce livre à strophes d'abord prudentes comme de petites sucées de sang puis me livrer la viande en ne s'interrompant que pour me dire comprendre ce dont je parlais quand je parlais de ces poèmes inédits, de cette poésie parfaite et du poète qui fut mon ami, et le filtre des lèvres et de la voix de Sakurako entre moi et le texte brut sur la page m'a rendu l'exaltation et l'euphorie et la sensation de triomphe dont ma peur de ne pas les éprouver m'avait privé.

À l'heure qu'il est, elle dort et je joue avec l'idée de prendre un break de blog indéfini, pour nombre d'excellentes raisons dont nous avons discuté et que je n'ai pas envie d'exposer ici (cela, seul, suffit en soi à suggérer qu'il est temps d'arrêter).

Veillant sur son sommeil sacré, l'observant qui rêve dans la pénombre percée par l'éclat tremblotant des pixels froids, j'écris aussi une sorte de poème et je le lui dédie, conscient qu'il s'agit aussi d'un poème pour Franz et pour moi-même, ceux que nous fûmes et ce qui s'est enfui, d'un poème pour une certaine idée de la poésie.

Et je l'imprimerais pour qu'elle le trouve à son réveil, mais le bruit de l'imprimante suffirait à l'éveiller, aussi je vais le mettre ici, en silence, puis je reniflerai ma dernière ligne et je grillerai ma dernière cigarette et je boirai ma dernière lampée et je retirerai mes souliers et j'irai me glisser sale et serein sous les draps le long de son corps glorieux, et son souffle rythmera mes systoles jusqu'au petit matin neuf.

Que je touche en retard


J’ai tassé le tissu
Du couvre-lit autour
De ta peau douce pour
T’endormir en matrice;

L’écran luit, bleu lagon,
Dans la nuit du Bunker,
En moulant l’édredon
Sur tes hanches-caprices

Dont le rêve est issu
En m’aimantant le coeur,
Où le cens est perçu
Et versée ta liqueur.

Je sens ton cou d’ici
Avec mes doigts hagards,
C’est un parfum précis
Que je touche en retard

Et je goûte à distance
Au creux de ton dos d’or
Ce son d’amour qui dort
Dans un berceau d’absence.

30.9.04

Salon

Soirée littéraire du tonnerre de dieu, salon improvisé: d'abord, avec Brisebois et Marie-Sissi, on s'est prêtés à l'enregistrement d'un topo sur Bukowski aux Foufounes Électriques. Les Sophies soutenaient moralement leurs mecs et le jules de Labrèche est arrivé plus tard, un charmant clown français dans la bagnole duquel on s'est tous engouffrés pour descendre à notre appartement du Vieux-Montréal. Là, on a bu et potiné avant de réciter des poèmes, puis on s'est échangés nos livres afin d'y lire des extraits à tour de rôle.

Pour Patrick, c'était son dépucelage tv, sa première émission. Il a fait ça comme un chef. Plus tard, je regardais sa compagne et la mienne et je me demandais, ébahi, comment deux salopards crottés d'écrivains asociaux tels que nous avaient pu mériter d'aussi géniales nanas.

Quant à MSL, elle est si heureuse qu'on en craint pour son écriture.

27.9.04

G.O.

Pratiquement tout notre week-end a tourné autour de Mélanie Vincelette, gentille organisatrice. Vendredi, présentation des auteurs de l'automne, dont Kevin, à la galerie Parchemine. Samedi, lecture publique à l'hôtel Nelligan dans le cadre des Journées de la culture: K, en vedette avec Jade Bérubé et ne voyant personne arriver, a eu l'idée de sortir le micro dans la rue et de lire pour les passants à pied et en calèche. Franc succès. L'après-midi, avec K, Cynthia, Sophie et son kid, on s'est offert une micro-croisière sur le fleuve, jusqu'à Longueuil et retour au Vieux-Port. Dimanche, Pierre Laurent, l'ami de Mélanie et Gilbert, avait arrangé un événement pour les enfants, Place d'Youville. Bref, une fin de semaine clés en main. Ça change de la croix et la bannière habituelles.

24.9.04

Gastronomie et art de vivre

C'est le lamentable thème du prochain Salon du livre de Montréal.

J'ai petit déjeûné de gruau agrémenté de cannelle et d’une pincée de sel. Ça goûte le calfeutrant après que les mulots y soient passés.

22.9.04

Yusuf Islam: Oh baby baby it's a wild world

Cat Stevens interdit de séjour aux States pour raisons de sécurité nationale. C'est Soeur Sourire qui doit être contente d'être morte. C'est juste moi ou la liberté prend un goût de cadavre?

Cependant, ça décapite du Yankee à gogo en Irak. Peut-être les États-uniens devraient-ils songer à étêter leur gouvernement aux prochaines élections et remplacer cette face de singe par quelqu'un qui croit moins en Dieu et davantage en l'espèce humaine.

Dissolution

Ma vie dissolue en a assez de se dissoudre. Le mal qu'on m'a diagnostiqué va m'obliger à en changer, de vie, mais à quel point? On peut changer sa vie à en mourir. Ça s'est vu.

Hier, traîné ma carcasse aux Catacombes pour servir de témoin à Kevin lors de la signature de son contrat d'édition. Suis revenu avec un gallon de bagosse claire et dorée. La veille, lancement de Jean Barbe à l'Usine C. Ce vieux Johnny est tout blanc du chef et semble heureux de ses enfants, ses amis, sa compagne, son roman (Comment devenir un monstre, Leméac).

17.9.04

Basta l'embargo!

Je viens d'être autorisé à révéler que Kevin Vigneau publiera Stances, son premier recueil de poésie, à temps pour le Salon du livre, aux éditions Marchand de feuilles, l'excellente maison de Mélanie Vincelette.

Cela mettra un terme à la rumeur selon laquelle KV est un être fictif de mon invention. En fait, il s'est créé tout seul.

Voyager léger

Un mensonge voyage autour du monde pendant que la vérité met encore ses bottes.

Winston Churchill

16.9.04

Périls du dictionnaire

Ces temps-ci, la TV diffuse une flopée de pubs pour Le Petit Robert faisant appel au témoignage de comédiens dans ce qu'on présume être leur propre rôle. Pas d'écrivains: on n'est pas en France, quand même.

Ces temps-ci, il est aussi beaucoup question de la responsabilité dans l'anal-phabétisme des jeunes Québécois, des jeunes hommes surtout. Est-ce la faute de l'école, celle des parents ou de ces petits traîne-savates au flanc mou qui n'ouvrent jamais un dico?

J'offre cette anecdote en nourriture à la réflexion: alors étudiant à Andover, doublevé Bush rédige un essai (qu'un professeur qualifiera de honteux—disgraceful) sur la mort de sa soeur. Cherchant un synonyme pour «larmes» (tears), il consulte un thesaurus et écrit: "And the lacerates ran down my cheeks."

Bring it on, indeed.

Happy birthday

C'est son anniversaire, christ en jupon, et je vais lui entrer dans la chair ce soir comme une couronne d'épines et la crucifier sur le matelas. On lui donnerait vingt-cinq ans sans confession, sculptée qu'elle est dans le beurre manié. Ma Sophie.

Hier, coquetel Boréal réussi au Ritz-Carlton, salon ovale. Beaucoup de pouvoir culturel réuni au même endroit. Je cherchais la bombe.

14.9.04

Mettre la charogne devant l'émeu

Quand la charogne chasse la vie, c'est que le monde est à l'envers. Moi qui n'ai rien contre l'idée de retourner le monde comme une chaussette sale qu'on souhaite porter un soir anarchiste de plus, je ressens néanmoins assez durement les attaques vicelardes concertées sur mon Forum. J'éprouve des envies de relire Ayn Rand, The Fountainhead surtout. Mais j'y résiste et je laisse écrire dans l'attente insensée que le Sens triomphera. La dignité. L'honneur et la noblesse. Ou alors faudra m'asseoir avec Taggart devant un magistrat maître d'école et prouver lequel des deux écrit mes livres. Bordel de Dieu. Je ne censure rien, sauf le cave qui m'a traité de fils de pute. C'est pour son propre bien: s'il connaissait ma mère, il aurait peur aussi.

Dimanche, donc, le papier de cette ancienne fugace connaissance dans La Presse, un poivron farci de menteries à commencer par l'avancé selon lequel je n'ai pu être rejoint. Ciboire, si Marie-Claude a pu rejoindre Marie-Françoise en Colombie-Britannique, elle aurait pu me rejoindre sur le Plateau Mont-Royal. Le courriel, ça existe, et je ne suis pas difficile à trouver, surtout quand on me cherche.

Lanctôt trouve ça amusant, paraît-il. Soit. Lui et l'engeance qui pollue mon Forum comme la cabale de Québec au secours de Jeff Filion. So let's have fun. Je n'ai jamais rien volé à personne, je trime comme un chien sous l'orage depuis toujours pour une certaine idée des lettres et si Jack veut me voler au coin du bois, je serai là, je serai là.

10.9.04

Noms doux: narration

Les noms doux que nous nous donnons sont sans nombre. Il y aura le dico de notre union.

Dans mon sommeil, cependant, quand elle me chatouille par accident, je maugrée en dormant: «Hostie de salope...» et elle rit comme une gamine centenaire qui aime et sait tout de l'Homme.

Au matin, tandis que je lui prépare son café fort et que je tranche ses fruits frais, elle me narre notre nuit.

9.9.04

Forges

Lancement hier au Saint-Sulpice de la nouvelle saison des Écrits des Forges. Deux titres ressortent: Âme sauvage d'Angéline Neveu et La matérialité des mouvements d'Olivier Bourque.

Saku a cliqué avec Claudine Bertrand cependant que j'en virais une solide avec Gaétan Lévesque. Poésie paquetée, musique des opportunités.

8.9.04

Embargo et Club Soda

Embargo, à sa demande, sur une grande nouvelle pour Kevin (et pour moi, la tribu, la beauté, les esthètes, alouette...) J'y reviendrai.

Hier, lancement d'Épisode, premier album de Sam, au Club Soda. Paroles et musique de cousin JF Moran. Sam m'a redemandé des chansons pour le prochain. Cette fois-ci, mieux luné, j'ai dit oui.

Joie de revoir Jacques et Sylvie, anciens patrons des Beaux-Esprits. De croiser mon fils. D'être avec Sophie. De vivre en dépit des ennuis et du fiel des fâcheux.

6.9.04

Tsé veux dire?

Entre ce que je pense,
ce que je veux dire,
ce que je crois dire,
ce que je dis,
ce que vous avez envie d’entendre,
ce que vous croyez entendre,
ce que vous entendez,
ce que vous avez envie de comprendre,
ce que vous croyez comprendre,
ce que vous comprenez,
il y a dix possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer.
Mais essayons quand même.


Bernard Werber

4.9.04

Pas pour rire

Le monde est rendu tata bien au-delà du viable. Le saviez-vous? Ils sont pleins de bonne volonté, mais à peu près personne ne semble comprendre l'enjeu dont il est question ici depuis deux jours. Est-ce de travailler pour un patron et de ne rien fabriquer de tangible qui rend les gens inaptes à piger ce qu'il faut protéger? Le fruit de leur esprit, de leur labeur? Aliénés, dépouillés du sentiment de leur réelle identité, apprivoisés à fournir cartes et photos et mots de passe et numéros à coeur de jours en toutes circonstances à chaque étape de leur fonctionnement fermier (retirer de l'argent, utiliser un parcomètre, louer un DVD, remplir un formulaire, ça finit pas, ça finit plus, ça ne fait que recommencer, et les gens sont si bien dressés, si foutrement bien ordonnés, polis comme croix gammées nazies, plus ignorants que des pastèques et absents des bibliothèques mais fiers de ne pas déranger la paix et la tranquillité de chaque instant de l'existence et ils ne sont jamais si fiers qu'en dénonçant leurs pères et mères C'est pour leur bien à tous les deux J'ai votre bien soyez heureux Putain les gens sont des moments celui de naître et de mourir et le moment de réfléchir qu'on remet toujours à lundi (To be continued...)

3.9.04

Keep it up, Jack!



Ce cliché a été croqué pas plus tard que ce soir, à la librairie Champigny. Je l'emprunte à Radio-Canada: puisqu'on insiste en haut lieu pour que je paie des impôts, j'en suis un peu propriétaire.

Lanctôt ne m'a toujours pas retourné mon appel de mercredi. Fine by me. Je me désennuie en étudiant les plus récentes dispositions de la LOI SUR LE DROIT D'AUTEUR.

C'est fou ce qu'on apprend quand on est motivé.



Extraits



Incorporation incidente


30.7 Ne constituent pas des violations du droit d'auteur, s'ils sont accomplis de façon incidente et non délibérée :

a) l'incorporation d'une oeuvre ou de tout autre objet du droit d'auteur dans une autre oeuvre ou un autre objet du droit d'auteur;

b) un acte quelconque en ce qui a trait à l'oeuvre ou l'autre objet du droit d'auteur ainsi incorporés.


1997, ch. 24, art. 18.



Recours civils


34. (1) En cas de violation d'un droit d'auteur, le titulaire du droit est admis, sous réserve des autres dispositions de la présente loi, à exercer tous les recours -- en vue notamment d'une injonction, de dommages-intérêts, d'une reddition de compte ou d'une remise -- que la loi accorde ou peut accorder pour la violation d'un droit.


(2) Le tribunal, saisi d'un recours en violation des droits moraux, peut accorder à l'auteur ou au titulaire des droits moraux visé au paragraphe 14.2(2) ou (3), selon le cas, les réparations qu'il pourrait accorder, par voie d'injonction, de dommages-intérêts, de reddition de compte, de remise ou autrement, et que la loi prévoit ou peut prévoir pour la violation d'un droit.


(3) Les frais de toutes les parties à des procédures relatives à la violation d'un droit prévu par la présente loi sont à la discrétion du tribunal.


(4) Les procédures suivantes peuvent être engagées ou continuées par une requête ou une action :



a) les procédures pour violation du droit d'auteur ou des droits moraux;


b) les procédures visées aux articles 44.1, 44.2 ou 44.4;


c) les procédures relatives aux tarifs homologués par la Commission en vertu des parties VII et VIII ou aux ententes visées à l'article 70.12.



Le tribunal statue sur les requêtes sans délai et suivant une procédure sommaire.


(5) Les requêtes visées au paragraphe (4) sont, en matière civile, régies par les règles de procédure et de pratique du tribunal saisi des requêtes si ces règles ne prévoient pas que les requêtes doivent être jugées sans délai et suivant une procédure sommaire. Le tribunal peut, dans chaque cas, donner les instructions qu'il estime indiquées à cet effet.


(6) Le tribunal devant lequel les procédures sont engagées par requête peut, s'il l'estime indiqué, ordonner que la requête soit instruite comme s'il s'agissait d'une action.


(7) Au présent article, requête s'entend d'une procédure engagée autrement que par un bref ou une déclaration.



L.R. (1985), ch. C-42, art. 34; L.R. (1985), ch. 10 (4e suppl.), art. 8; 1993, ch. 15, art. 3(A), ch. 44, art. 65; 1994, ch. 47, art. 62; 1997, ch. 24, art. 20.



Recours criminels


42. (1) Commet une infraction quiconque, sciemment :

a) se livre, en vue de la vente ou de la location, à la contrefaçon d'une oeuvre ou d'un autre objet du droit d'auteur protégés;

b) en vend ou en loue, ou commercialement en met ou en offre en vente ou en location un exemplaire contrefait;

c) en met en circulation des exemplaires contrefaits, soit dans un but commercial, soit de façon à porter préjudice au titulaire du droit d'auteur;

d) en expose commercialement en public un exemplaire contrefait;

e) en importe pour la vente ou la location, au Canada, un exemplaire contrefait.

Le contrevenant encourt, sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, une amende maximale de vingt-cinq mille dollars et un emprisonnement maximal de six mois, ou l'une de ces peines, ou, sur déclaration de culpabilité par voie de mise en accusation, une amende maximale d'un million de dollars et un emprisonnement maximal de cinq ans, ou l'une de ces peines.




La Tribu serre les rangs, me soutient, me conseille. Par courriel, par téléphone, sur le forum. J'ai par hasard dans mon coin du ring l'avocat le plus couillu du Québec, l'éditeur le plus puissant, le journaliste le plus brillant et la fille la plus magique du continent. Je suis étouffé de rire. Je pleurerai plus tard, quand ce sera fini et que Jacques aura gâché toute l'affection qu'il m'inspirait et toute l'estime que je lui portais.

Restera la gratitude, entière, immarescible. Je n'oublierai pas ce qu'il fit pour moi, autrefois, ni n'en laisserai s'altérer le souvenir.

Cela dit, la justice, c'est bien joli, mais ça vaut pas la poésie. Je veux dire: faire la guerre n'est guère satisfaisant si on oublie de chanter aussi le soir au coin du feu. Max Catellier m'envoie ceci, de Boby Lapointe:

Avanie et Framboise
Sont les mamelles du destin!


Et à Tony Tremblay, j'emprunte ces vers:

que tous ceux qui croient qu'on peut jouer sans craintes avec la parole des autres
se préparent à recevoir un colis de vérité
une lame de fond de lumière
de plein fouet

Impostérité

L'immortalité, la consécration, l'empreinte prouvant qu'on est passé par là peuvent parfois prendre la plus imprévue des formes. D'emblée, on est porté à concevoir la durée selon un vecteur temporel unidirectionnel: à la limite, ça devient religieux. Paradis, réincarnation, croisière hors du système solaire, résurrection des morts: on ne peut davantage se représenter sa propre fin que l'infini, son contraire.



Je viens de tomber sur ceci, qui ne paraîtra en librairie que le 18 septembre. Il s'agit d'un plan extrait de Lucky Luke: La Belle Province. On y constate non sans surprise que le fruit du génie de Gilles Vigneault précède en fait sa naissance d'un bon demi-siècle. Comme quoi même un anachronisme, un détournement, un facteur de confusion, une appropriation sans citation de source peuvent être flatteurs. Remarquez, faudrait demander à l'auteur.

Évidemment...

Marcel Laroche
La Presse
Le vendredi 03 septembre 2004

Au fil des mois, les détectives montréalais ont découvert que Johannes Winton jouissait d'une libération conditionnelle depuis l'automne 2002. Avec sa conjointe et deux jeunes enfants, il vivait tout près de la scène du crime, à Verdun. Autre détail troublant: il entretenait des relations amicales avec un certain Daniel Martel, connu pour frayer dans le milieu des trafiquants de drogue. Il n'en fallait évidemment pas plus pour qu'ils deviennent les principaux suspects de la police.

2.9.04

Pouvoir

Pour Brando, la gloire ne présentait qu’un avantage : l’accès. Il disait que sa fameusité lui facilitait l’entrée en communication avec ceux de ce monde qui sont difficiles à rejoindre pour le commun des mortels, ceux qui filtrent leurs appels et ne sont pas dans l’annuaire. Il les appelait au milieu de la nuit et leur faisait des farces en modifiant sa voix. Ça l’amusait.

Ce soir, je m’oblige à écouter le speech de ce singe répugnant qui mendie quatre années supplémentaires à la Maison-Blanche. Mensonge après condescendant mensonge, il accroît le sentiment de menace que j’éprouve pour moi et les miens, notre liberté, notre dignité, notre avenir. Or, un gamin fluet pourrait tordre le cou de cette moumoune ignoble en six secondes, s’il pouvait seulement s’en approcher. Le pouvoir, somme toute, c’est pouvoir toucher.

Bouteille à la mer

Gigi: contacte-moi. Need your help.

Petite pub pour parasites

Marie-Françoise Taggart a failli être Nelly Arcan dix ans avant Nelly Arcan. Elle ne manquait pas de talent ni de goût pour le kodak (lequel le lui rendait bien, faudrait être Ray Charles pour en disconvenir). L’ambition la brûlait, ainsi qu’une vive et flambante joie quand elle jouait avec les mots. Il lui manquait juste les couilles. Les couilles, certaines en ont, les autres en veulent, et celles-ci tantôt s’en inventent ou bien s’en font prêter, ou tantôt tentent de s’en voler.

Je l’ai aimée, j’étais bien jeune. Elle ne fut pas la seule à ne pouvoir me voir à travers ma mince gloire, mais elle fut la première. Entre le soir où elle vint me dire son admiration éperdue au Salon du livre et celui où elle s’enfuit pieds nus dans la neige en serrant son manuscrit par-devers elle, hurlant que je voulais le lui voler, il ne s’est guère passé que quelques mois.

Je me suis inspiré d’elle, entre autres passantes, pour créer le personnage de Marie-Raspberry Scott, dont la première incarnation remonte à 1992, dans une chanson bien connue écrite pour Dan Bigras. Plus tard, dans mon roman Valium, ma créature refait surface : elle y tient le beau rôle, et pas une ligne ne la dépare. Aucun détail ne peut laisser deviner l’identité de celle qui m’a servi de modèle. Marie-Françoise est protégée, libre de poursuivre sa vie de façon publique ou privée, sans qu’on puisse m’accuser de l’avoir exploitée ou marquée en tant que jeune écrivain en herbe. Plus tard, elle publie d’ailleurs un premier roman que je m’abstiens loyalement de commenter.



Voilà cependant que j’apprends, après toutes ces années, la parution prochaine d’un autre titre (Baisée) chez Lanctôt, signé Marie-Raspberry Scott, et dont le communiqué précise, au cas où on ne pigerait pas la référence, qu’il parle de moi. Lisez plutôt:

Baisée
de Marie Raspberry Scott
Une jeune narratrice raconte sa rencontre avec un écrivain de la relève, Réjean Milrats, dans le Montréal littéraire de la fin des années quatre-vingt, et l’idylle qui s’ensuivra. Marie Raspberry croit vivre le bonheur parfait lorsqu’elle emménage avec son nouvel amoureux. Tous deux sont épris de littérature. Or, voilà qu’apparaît un jour Josyane, femme fatale, qui se dit être aussi la blonde de Milrats, et dont l’irruption bouleversera le bonheur pas toujours tranquille des deux jeunes écrivains. Ce roman, qui contient quelques scènes érotiques fort belles, nous entraîne dans la bohème du Montréal underground, avec ses petits dealers de drogue, ses écrivains paumés, ses anges et ses démons en quête de sensations fortes et d’extases perpétuelles. On ne pourra s’empêcher de trouver quelques similitudes entre le poète Milrats et le fameux écrivain maudit qui s’est fait remarquer, au cours des dernières années, aussi bien par son style direct que par ses frasques éthyliques.

Sous le pseudonyme de Marie Raspberry Scott se cache une écrivaine qui en est à son troisième roman.


Tu parles qu'elle se cache. Entéka : j’ai bien hâte de lire ça, mais je ne laisserai pas Marie-Françoise Taggart faire accroire que Marie-Raspberry Scott a écrit ce roman. Marie-Raspberry Scott écrira des romans si j’en décide et pas autrement. C’est mon personnage, ma création, je suis seul à pouvoir en disposer. Imaginer qu’un bas-bleu et un éditeur peu scrupuleux puissent faire comme si cet aspect élémentaire du droit d’auteur n’existait pas! C’est ce qu’on verra, Nom de Nom...

31.8.04

Pot-au-feu à la Mistral

Le moment venu, filez à Saint Pierre un tupperware rempli de ce truc et vous entrerez au Paradis sans faire la queue comme les ploucs et les Païens.

L'idée de base me vient de Gilles Vigneault via Guillaume: trois heures à trois cents. C'était la seule recette dont il parvenait à se rappeler. Le principe est que la pièce de viande la plus raide du supermarché vous fondra dans la bouche si vous vainquez sa résistance au four à raison de trois heures à trois cents degrés Fahrenheit. Le mieux, c'est le bas de palette.

J'en ai fait hier à Sophie qui n'aime pourtant d'autre viande rouge que la mienne. N'a interrompu ses louanges que pour me témoigner sa gratitude...

Tranchez épais: patates, carottes, oignons. Alitez dans un grand plat de fonte. Mouillez d'une boîte de soupe aux tomates et d'un filet de sauce soya. Sommez avec la bidoche qui fera son propre jus. Parsemez-là de base de soupe à l'oignon, de poivre, d'ail en poudre et d'épices à chili, squeezez-y du ketchup et splashez un nuage de jus de citron. Enfournez.

Garanti, ça troue le cul.

30.8.04

Ego trip

Mon peuple fait un méchant ego trip à rebours. Envies de décrocher ma canne du mur et de varger à vastes moulinets dans le tas bêlant. En eux, l'humilité n'est plus une vertu, c'est un vice devenu. C'est à qui s'aplatira davantage: des brebis dans un concours de limbo. Je sais des cas qui aiment mes livres mais ne les lisent pas tant ma confiance en moi les insupporte. Je les connais depuis longtemps, nous allions à la petite école ensemble, déjà: fallait prendre soin de n'avancer pas trop vite, de peur de les perdre dans la brume. Foutu paquet de peaux molles, charognes de zombis, sépulcres blanchis!

26.8.04

Fantasme

Si le bon diable me prête vie, et si les anges reviennent se percher sur mes épaules pour me soupirer quoi écrire aux oreilles, je ferai pour elle un livre de lumière.

VOIR

Marie Hélène Poitras signe un intéressant papier (L'écrivain et son blogue ) dans le Voir d'aujourd'hui.

Voici le compte-rendu intégral de notre échange cyberépistolaire.


MHP: Depuis quand tenez-vous un blog, un journal d’écriture sur le web?

CM: Ma première entrée remonte au 31 mars 2002, dimanche de Pâques.

MHP: De quelle nécessité cet engagement a-t-il vu le jour?

CM: Celle de communiquer sans me battre physiquement et, paradoxalement, celle de régler des comptes avec le monde, d’agir directement sur lui, sans intermédiaires. Un soir, en proie à un profond désarroi, j’ai marché jusque chez mon fils, j’ai jeté son co-loc dehors, on s’est installés en famille dans un coin du foutoir et j’ai vidé mon sac en attendant la police, j’ai chialé comme un gosse, puis mon kid m’a parlé doucement de je ne sais plus quoi, sauf qu’à la fin j’avais décidé de me brancher.

MHP: Pourquoi écrire un journal « on line » et non pas tout simplement un carnet fermé? Désir de dévoilement?

CM: Je suis écrivain. Publier ce que j’écris m’est naturel. Demande-t-on au castor pourquoi il érige des barrages avec le bouleau qu’il abat?

MHP: Est-ce que cela nourrit votre pratique d’écriture, si oui en quoi, ou est-ce quelque chose qui se fait en parallèle de votre univers romanesque ou poétique?

CM: J’ai résolu ce problème en considérant le blog comme un livre à part entière; la première année, je l’ai bâti comme un roman, privilégiant quelques personnages forts et récurrents, fignolant la chute. Puis, je l’ai publié sur papier en l’intégrant à mon cycle romanesque. Ça a fait râler.

MHP: Est-ce que votre lectorat du blog diffère de celui qui achète vos livres?

CM: Le premier est aussi le second, mais pas l’inverse. J’estime qu’un dixième de mon lectorat-papier est aussi visiteur assidu de mon blog.

MHP: Quelles dispositions est-ce que ça demande, le fait de tenir un blog?

CM: Un engagement, comme tu l’as si bien dit. Au début, c’est fiévreux, puis la température baisse. D’une part, c’est addictif, d’autre part il arrive qu’on veuille fermer boutique. Ceux qui se lancent avant d’avoir répondu aux questions essentielles ne durent pas. Qui écrit (de toutes nos personnalités)? Pourquoi? Pour qui? Quelle sorte de rapport est-on disposé à entretenir avec le lectorat? Va-t-on lui permettre d’intervenir ou pas?

MHP: Diriez-vous que le blog est au roman ce que la télé-réalité est au télé-roman?

CM: On l’a suggéré dans le cas de mon livre Vacuum. On a parlé de roman-réalité. J’ai trouvé ça intriguant, sans trop savoir ce que j’en pense.

MHP: Patrick a déjà annoncé qu’il s’écœurerait un jour, et qu’alors il lâcherait tout…
Avez-vous déjà eu l’envie d’abandonner votre blog? Craignez-vous devoir l’enterrer avant de mourir?


CM: Patrick est rusé, c’est un écrivain professionnel qui a étudié les erreurs de ses prédecesseurs qui se sont pétés la gueule sur un monceau de promesses. Il sait qu’il ne faut pas en faire. Par ailleurs, j’espère vivre plus longtemps que la forme du blog, qui est transitoire comme tous les outils révolutionnaires.

MHP: Avez-vous une éthique de blogueur, y a-t-il des choses que vous n’oseriez écrire, trafiquez-vous les noms de ceux dont vous parlez? Y a-t-il une limite, une ligne que vous ne franchirez pas?

CM: Bien sûr. Qui n’en a pas? Longtemps, j’ai eu en exergue du blog une citation de Joyce : «Il faudrait pouvoir tout dire». On ne m’a jamais demandé de préciser, et il va de soi que je ne l’aurais pas fait.

MHP: Est-ce que vos lecteurs réagissent et vous écrivent?

CM: Ceux qui sont assez malins pour dénicher mon adresse le font. Je publie sporadiquement une circulaire à laquelle ils peuvent s’abonner gratuitement, et mon site officiel comporte un Forum très vivant. Au bout du compte, je corresponds régulièrement avec quelques-uns d’entre eux, quand mon histoire d’amour m’en laisse le temps. Mon histoire d’amour avec une blogueuse. Nous nous sommes découverts par ce biais l’an dernier. Je ne me souviens plus qui a écrit à l’autre en premier.

MHP: Quand, dans la journée, vous installez-vous pour alimenter votre blog?

CM: C’est comme aller pisser : quand l’irrésistible envie prend. Ou que le besoin se fait sentir.

MHP: Y a-t-il des règles tacites liées à l’expérience, et ici je m’adresse tout particulièrement à Christian, qui tient ses Quotidienneries depuis des lunes.

CM: Le blog est fascinant pour ça : les règles s’élaborent à mesure, l’univers est en expansion et si des lois le régissent, on ne les a pas encores découvertes.

MHP: Qui sont vos blogueurs-modèles?

CM: Je n’en ai pas.

MHP: La question à dix piastres : est-ce que ce que vous écrivez sur le blog est de la littérature, au même titre que ce que vous publiez dans vos livres?

CM: Assurément. À preuve, la paye est aussi pourrie. Dix piastres?

MHP: La chose la plus surprenante qui vous soit arrivée dans votre expérience du blog.

CM: Rencontrer Sakurako.

23.8.04

Carburer

Livré un texte à McComber pour un prochain numéro de Moebius. M'a paru très, très content. L'ennui, c'est qu'il m'en a coûté soixante-cinq dollars de carburant pour en gagner vingt. La littérature de haut vol est un sport ruineux.

17.8.04

Grand cru

Non, je ne parle pas de moi.

C'est de bagosse qu'il s'agit, à base de miel et de raisin blanc, tout un gallon, gracieuseté de Kevin, maître-brasseur. Ça fesse en chien. Titré à 20, 25 pour cent. Moelleux en bouche, un régal pour le palais. Je me soûle piane-piane, à petits galopins où viennent se noyer un moucheron après l'autre. J'y trouve mon compte de protéines.

Sophie sait toujours aussi bien m'aimer. Toujours mieux, toujours plus. Sa devise: Too much is never enough. On plane. La vita e bella.

14.8.04

Comptables et Petits Villages

Laverdure me refile le nom d'un comptable qui aime et sauve les écrivains du grand méchant gouvernement. Paraît que lui-même, Tony et Marie-Hélène n'ont eu qu'à se féliciter de l'avoir consulté. À voir.

Parlant de Bertrand, il vient tout juste de me révéler qu'il tient un blog depuis l'an dernier. Expérience intéressante et diablement originale: «Tout ça est assez rudimentaire, mais l'intéressant, dans ce projet, c'est qu'il suit, comme un log book de capitaine, toute la traversée éditoriale, toute l'aventure que représente la création d'une maison d'édition (aussi miniature soit-elle), semaine après semaine, englobant les discussions avec les auteurs, les prises de position éditoriales et les commentaires de l'éditeur sur le dossier de presse qui se constitue, petit à petit.»

13.8.04

O Canada!

Quand le gouvernement fédéral a une idée en tête, il ne l'a pas dans le cul. Le fric qu'il me refuse de la main gauche, il me le réclame de la droite. Main gauche, main droite, outils de strangulation. Coup au foie, uppercut au menton... Mon éditeur m'informe que l'Agence des douanes et du revenu le somme officiellement de retenir mes droits d'auteur jusqu'à concurrence de 3 184 $. Sous prétexte que je n'ai pas produit de rapport d'impôts depuis vingt-cinq ans. C'est pas ma faute, j'ai pas eu le temps, j'allais m'y mettre justement, pas de farce!

11.8.04

Fatalis

Fatalis, mon livre-poème, est finalement disponible à nouveau, republié en ligne par la Fondation littéraire Fleur de Lys.

9.8.04

(Vlan!) Dans les bourses...

Dans sa grande sagesse, le Conseil des Arts du Canada vient à nouveau de me refuser une bourse.

Je ne dirai pas que ma vie en dépendait, ni mon bonheur avec Saku: ce ne serait pas vrai. Mais enfin, c'eut été bien de pouvoir payer le loyer, garnir le frigo, acquitter les factures de câble, d'internet et de téléphone, rembourser mes amis, éponger les frais de scolarité de mon fils, emmener ma blonde à Bordeaux, sauver mes incisives supérieures au moyen d'un traitement de canal, écrire en quiétude...

6.8.04

Soirées provençales

Hier, visite de cousin JF Moran avec de nouvelles moutures de chansons dans son sac à malice, dont Vers à soie que j'ai écrite pour lui et que j'offre aujourd'hui en primeur à mes lecteurs.

Saku et moi faisons du mois d'août un festival provençal improvisé. Nous passons nos soirées, entre deux étreintes passionnées, à visionner de vieux films de Pagnol et à nous lire à voix basse des Lettres de mon moulin. Le temps file, zou! je vous dis pas...

4.8.04

La fin du début

J'ai mis la dernière main au chapitre 10 de Goth, m'acquittant ainsi de mes joyeuses obligations envers le journal ICI. Bouclé en beauté, torché une chute puissante, ouverte et fermée à la fois. Suis si content d'avoir fini: Sophie et moi allons fêter ça avant que je ne réalise que je ne fais que commencer.

Allant faire le plein au dépanneur, j'entends la petite fille du rez-de-chaussée m'interpeller gaiement de sa fenêtre: «You're the guy who writes books!»

Yes. I guess I still am.

2.8.04

Nécessité récurrente

Il en est qui diraient, certains déjà disent que j'ai laissé un imbécile en sang hier sur le gazon des Catacombes, en plein centre de la cour de création. Qui dira mon dégoût de la violence et de sa nécessité récurrente?

29.7.04

Écran de fumée

Hier, feux d'artifice de clôture du festival (de feux d'artifice). Jean-Christian est venu. Avec Sophie, on est montés chez Christian-Gilles, qui a vue sur le sud. Quatre personnes dans le noir sur le balcon, trois Christian: mélangeant. CGDR a déménagé du 10ème au 8ème pour accommoder les projets hôteliers du propriétaire: la perspective sur le port en souffre. Anyway, le smog était si gras qu'on n'a pas vu grand-chose à part des lueurs bibliques stroboscopiques. Ça a donné le goût à Saku de danser pour moi, danser une danse de banshee concupiscente sur un air de Donna Summer en boucle.

Mardi, croisé Nathalie Rochefort à L'Esco. Obtenu sa permission d'utiliser son nom dans un épisode crucial de Goth, celui où elle invite des jeunes de la rue lors de son assermentation à l'Assemblée Nationale. J'espère qu'elle s'en souviendra: la rouge était plutôt joyeusement grise ce soir-là. Moi-même, n'ai-je pas oublié de souligner que Tony Tremblay nous a payé une tournée de shooters de Tequila?

28.7.04

Damon et Pythias

Kevin me manque. Pas trouvé le moyen de l'empêcher de se tuer à l'ouvrage.

Passé à L'Escogriffe hier avec Sophie. Peluso s'y produisait, puis Nick Landré, chacun interprétant une mienne chanson. Claude, une fois n'est pas coutume, est venu encourager son cousin. La place était pleine. J'ai toujours aimé cet endroit, à travers ses changements de nom, depuis qu'à quinze ans j'y voyais Gilbert Langevin monter sur les tables et délirer solide. Hier, Richard Gingras (le libraire du Chercheur de Trésor) et moi l'avons évoqué, puis on a causé de Kevin, un si bon client, et de la Bible en images.

27.7.04

Resistance is futile

Le speech de Barack Obama à la convention Démocrate fait rêver: on entrevoit peut-être le premier président black des Youessé. Le type n'est pourtant qu'un aspirant au Sénat, sans adversaire Républicain parce que Seven of Nine n'a pas voulu sucer son mari à Paris.

25.7.04

L'éléphant, l'ours, le dragon...

Sophie et moi, le dragon de sa fesse et l'ours de mon coeur, sommes allés à la messe. Dans un lieu où débarqua Jacques Cartier, en une église où pria Champlain. Ma famille, toute ma famille, venue de partout au Canada, sauf mon fils qui ne vint pas, se rassemblait en mémoire de l'éléphant, Hector, mon grand-père, mort il y a vingt-cinq ans. Après un somptueux repas au château de ma mère, nous sommes allés à Saint-Marc nous recueillir sur la tombe du patriarche. Au retour, nous avons fait l'amour avant de regarder tantôt Jean de Florette, tantôt nous-mêmes dans le miroir, la vaste glace engoncée dans un cadre de style colonial que CGDR nous a cédée en déménageant.

24.7.04

Générations

«They say time is the fire in which we burn»

Malcolm McDowell (Dr Tolian Soran)
Star Trek: Generations

22.7.04

Virus

Pat a attrapé la fièvre. La fièvre du blog. Il poste comme un malade avec sa candeur cruelle habituelle, n'épargnant personne et surtout pas lui-même, entrelardant le tout de tendresses fugaces.

20.7.04

Pas sérieux

Je n'entretiens pas sérieusement ce lieu. Je vois Guig, Hans, et je n'en parle pas. Je cuis dans un four de velours et je n'en pipe mot. JF débarque avec l'envie de boire et on n'a pas un rond, puis Dominique survient avec deux caisses de 24, et motus!

Hier, barbecue avec Sophie, Kevin et Cynthia dans le jardin des Catacombes.

18.7.04

Comme un saumon qui charrie sa chair rose en remontant aux sources

Comme un saumon qui charrie sa chair rose en remontant aux sources, incontinent mais sans malice, instinctif et princier, plein d'expérience, impatient sourcil, souffle succint, comme enfin cette bête belle qui ne se mangera qu'à l'issue d'un noble et généreux combat, je suis reparti dans le temps, cherchant ce qu'elle écrivait, et comment. Prêt à endurer une dose de déception, de relecture éclairée, de propos fades et pondérés. J'aurais coupé, oui, coupé mon senestre annulaire contre l'assurance de parcourir à nouveau ses vieux posts avec l'infrangible joie si rare en lettres. Mais rien ne me laissait soupçonner que j'en reviendrais encore plus troublé, ravi, full planche groupie que la première fois, ni d'autant plus fâché qu'elle s'y mette ou non selon son caprice, ni d'autant plus en christ d'être un poisson qui, goûtant l'hameçon, n'en peut plus de prier Poséidon: «Que je grimpe, que je fasse surface, que je sois repêché, que l'on me jette au fond de la chaloupe et qu'on m'assomme avec la rame, une fois pour toutes!»

Y a pas à dire: elle sait écrire, la petite mère, quand tel spectre l'en empêche ou que tel autre l'en supplie et que ses démons la défient et que je suis ailleurs que là tout à la fois. On croirait pas, en la lisant, le collier d'excuses qu'elle peut vous enfiler dans le cul comme autant de perles rares avant de le retirer d'un coup sec, juste pour ne pas écrire.

Bien certain, ça ajoute au plaisir, d'avoir à sévir en fin de compte. Au plaisir, et au danger. Celui, parmi plusieurs, de me lasser à force de lui expliquer ce qu'elle sait déjà depuis avant qu'on se connaisse, soit: ce qu'est la littérature, la place qui lui revient dans ma zone, les devoirs qu'elle engendre et la ligne au-delà de laquelle je n'en discute pas davantage.

Et donc, je crois qu'aujourd'hui elle écrira. Que moi aussi. Que nous devons chaque jour lire ou écrire ou dessiner quelque chose au même chef que nous faisons l'amour et entretenons nos maisons et mangeons: pas de défaites, pas de ratiocinations, pas de faux-fuyants qui tiennent: vivre, s'aimer, créer comme axe tridirectionnel de notre histoire. Je n'attends pas d'elle ce qui est exigé de moi: mon métier n'est pas le sien. Mais le sien n'est pas ce à quoi nous avons communié; nous n'en partageons ni le langage, ni les silences éloquents. Notre contrat repose sur l'art et ce qu'il cimente entre deux sensibilités, deux perceptions soeurs, deux conceptions voisines; notre baiser scelle une entente esthétique et une entente éthique. Je préfère me priver de la sauter que me priver de la lire: c'est énormément dire, si vous saviez. Je veux jouir de son esprit comme je jouis de son corps et je ne barguignerai pas sur ce chapitre, cette inestimable marchandise, tous ces fruits juteux qui mûrissent en elle dans le verger de sa cervelle.

17.7.04

Cassonade et vin suisse

Faulkner est monté hier avec un vinier offert par un obscur chanteur de l'helvète underground. Puis, avec Sophie, on s'est livrés aux exquis, aux ineffables arcanes de la consolation. Pendant ce temps, là-haut, CGDR se remettait péniblement d'une nuit d'écriture avec Éric Lapointe.

16.7.04

Neverending story

Boudin, orgueil, frousse et territorialité: finalement, c'est une histoire ordinaire. Et ancienne. J'ai horreur des histoires ordinaires et anciennes. Been there, done that. Vais faire une sieste.

Trouble in paradise

Me suis chicané avec ma souveraine soyeuse pour une brosse à dents et un parapluie.

15.7.04

Royaume

J'aimerais pouvoir écrire que j'avance péniblement dans mon roman, mais ce serait un damné mensonge. Je n'avance pas du tout, et c'est loin d'être pénible. L'été se passe entre un ventilateur qui me souffle dans le cou et Sophie qui m'insuffle la vie. Ève et Adam au paradis, dégustant des nectarines et du bleu danois entre deux plongées profondes au royaume de la Connaissance.

12.7.04

La part du lion

Maxime Catellier me fait l'honneur de me dédier un puissant poème.

La part du lion


À C.M.

La fatigue est la cadence du vampire

obus du trouble à contre-pleur
la marge sent la viande
les fées noires tendres
tailleuses
du requin dans la gorge
Malaxeur

un prince fou dévore
dans sa patte un génie s'étripant
presque roi
toi ton château l'ombre flagelle en somme
le coeur tremblant des mesures saignées
le piano droit des formes

quand irons-nous chanter en pleurant
dans les cercles où chasser n'a plus de nom
dans les nuits perpétuelles dans les nuits bues?

Perles, cuvée 2004

Comme chaque année à cette époque, Claude André m'envoie les perles collectionnées parmi les réponses aux examens du Bac sur tout le territoire de la France. Voici les meilleures:

Les égyptiens transformaient les morts en momies pour les garder vivants;

Les amazones étaient comme des femmes, mais encore plus méchantes;

Les empereurs organisaient des combats de radiateurs;

César poursuivit les gaulois jusqu'à Alesia car Vercingetorix avait toujours la gaule;

Clovis mourut à la fin de sa vie;

Charlemagne se fit chatrer en l'an 800;

Les mauvais elèves étaient souvent décapités;

Quand les paysans avaient payé leurs impôts, ça leur faisait un gros trou aux bourses;

La mortalité infantile était très élevée, sauf chez les vieillards;

Les enfants naissaient souvent en bas âge;

Jeanne d'Arc n'aimait pas trop qu'on la traite de pucelle;

L'armistice est une guerre qui se finit tous les ans le 11 novembre;

Les nuages les plus chargés de pluie sont les gros cunnilingus;

Les américains vont souvent à la messe car les protestants sont très catholiques;

La Chine est le pays le plus peuplé avec un milliard d'habitants au km carré;

Pour mieux conserver la glace, il faut la geler;

Le passage de l'état solide à l'état liquide est la niquéfaction;

Un kilo de mercure pèse pratiquement une tonne;

La climatisation est un chauffage froid avec du gaz, sauf que c'est le contraire;

Autrefois les chinois n'avaient pas d'ordinateur car ils comptaient avec leurs boules;

Les fables de La Fontaine sont si anciennes qu'on ignore le nom de l'auteur;

Les français sont de bons écrivains car ils gagnent souvent le prix Goncourt;

Les peintres les plus célèbres sont Mickey l'ange et le homard de Vinci;

Le chien, en remuant la queue, exprime ses sentiments comme l'homme;

Les lapins ont tendance à se reproduire à la vitesse du son;

Pour faire des oeufs, la poule doit être fermentée par un coq;

Grâce à la structure de son oeil, un aigle est capable de lire un journal à 1400 mètres;

Les calmars géants saisissent leurs proies entre leurs gigantesques testicules;

Les escargots sont tous des homosexuels;

L'artichaut est constitué de feuilles et de poils touffus plantés dans son derrière;

Le cerveau des femmes s'appelle la cervelle;

Après un accident de voiture, on peut être handicapé du moteur...


Sarah, la compagne de Claude, jamais en reste, m'envoie cette bonne blague:

Le petit Sylvain vient de se faire prendre par son papa en train de boire de l'alcool en cachette. Le papa a décidé de lui faire une leçon de morale. Il entraîne Sylvain dans le jardin, emmenant avec lui un verre de whisky et un verre d'eau. Il prend un ver de terre et le laisse tomber dans l'alcool. Puis il prend un autre ver et le laisse tomber dans l'eau. Le lombric dans l'eau reste vivant alors que celui du whisky se tord sur lui-même quelques instants et meurt. A la fin de l'expérience, le papa demande :
- Alors Sylvain, quelle leçon tires-tu de ce que je viens de te montrer ?
Et Sylvain lui répond fort justement :
- Heu, ça montre que quand on boit de l'alcool, on ne risque pas d'avoir des vers...

9.7.04

Prolégomènes à ma poésie pour toi

Ton cul, mon coeur, ton cuistre
Étendu pour le compte,
Après que tu l’aies bouché
Si superbement,
L’embrasse.

Quand j’emplis le palais de tes joues,
Tu m’avales en réfléchissant...

Tu m’as mouché, j’en suis content
(toi et le grand Petit Robert);
J’en suis si fier, c’en est marrant :
Je te sens prête à recevoir.
Je sais qu’on va enfin pouvoir
Parler de prose et progresser.

7.7.04

Second début, enfin

Elle est venue se reposer ici, on a dormi ensemble pour la première fois. Considérant qu'on est amants depuis novembre, ça stupéfie. On fait ça de la même façon, en souveraineté-association: un oreiller sous le bras en guise de toutou.

6.7.04

Renouveau

Lundi midi, c'est life as usual, quelques heures plus tard la vie bascule. Ce soir, Kevin repeint le Bunker, je dépoussière mes livres et mes bibelots et Sakurako se repose dans ses nouveaux pénates du Vieux-Montréal, que nous avons baptisés jusqu'à l'aube.

3.7.04

Devoir

Michel Lapierre souligne avec éclat la parution de Vortex Violet chez Boréal, en une du Cahier Livres du Devoir ce week-end.

L'UNEQ et moi

De façon triplement atypique, j'ai attendu trois semaines avant d'envoyer la lettre qui suit, et j'ai consulté des gens, et je la publie.

Montréal, le 9 juin 2004

M. Pierre LAVOIE
Directeur général
UNEQ

Objet : votre troisième et dernier avis de renouvellement de cotisation, en date du 1er juin courant.


Monsieur,

Ayant beaucoup réfléchi, pesé, tergiversé, j’en suis venu à décider de ne pas renouveler mon adhésion à l’UNEQ cette année.

Cette expérience, à laquelle j’ai attendu douze ans après ma première publication professionnelle pour me prêter, aura duré le temps de deux cotisations. Je suis devenu membre pour un an parce que j’avais perdu un pari avec un vieil ami que je respecte infiniment. Je le suis demeuré une autre année pour preuve de ma bonne foi.

Franchement, je me sentais aussi, je me sens toujours une façon de dette envers les fondateurs de l’UNEQ : leurs revendications, les acquis arrachés de haute lutte comme par exemple le contrat-type ou le droit du prêt public, m’ont facilité la vie. C’est pourquoi je me suis toujours rendu disponible, membre ou pas : ainsi lors de l’inauguration de la Maison des Écrivains.

Mais le fait est que je ne me sens guère à mon aise dans cette structure de discours collectif. J’ai été choyé, si l’on veut : ma carrière s’est déroulée de telle manière que mes livres et leur auteur n’ont jamais manqué de reconnaissance ni d’influence, celle-là même qui permet de négocier fermement et de faire respecter ses droits. L’idée que des écrivains moins bien servis puissent voir d’un mauvais oeil que je bénéficie en plus de leur activisme solidaire m’est pénible. Par ailleurs, la dernière assemblée générale m’a confirmé dans mon malaise : on y a vu lutter toute seule une auteure régionale peu connue, qui revint bravement par trois fois au micro pour solliciter le concours de SON syndicat, chaque fois rabrouée, chaque fois enterrée par les arguties aiguisées d’un poète rompu aux arcanes du code Morin. Cette auteure n’en revenait pas : elle croyait vraiment que son cas particulier recevrait le soutien naturel de ses pairs.

Il était clair qu’elle, bien que démunie de chacun des moyens dont je dispose (notoriété, accès facile et régulier aux éditeurs et aux médias littéraires métropolitains, présence sur Internet, ambition agressive, illusions à néant et un certain talent inné pour la mythomanie), il ressortait clairement, dis-je, qu’elle n’avait pas là sa place. Tout comme moi et pour la même raison, au fond, puisque nous étions équidistants du centre, du noyau dur de l’UNEQ, dont nous ignorions tous deux de quoi au juste il était fait.

Au party d’huîtres, il y a deux ans, je me suis fait une chère amie et j’ai renoué, approfondi mes liens avec des camarades, et ce seul soir valait largement le montant de la cotisation. Le livret rose orangé sur la négociation du contrat, ça aussi, j’étais content de payer pour. Le maintien du site L’ÎLE m’apparaissait comme une chose bonne et utile, même si je grimaçais au fait que nous n’ayons pas accès aux documents à vendre nous concernant.

Maintenant, outre qu’il n’y a plus de party d’huîtres et que le coût du livret est amorti, je constate que l’ÎLE n’est guère plus qu’une coquille vide : à cette adresse, un lecteur curieux ne trouvera rien sur moi qui ressemble à un dossier de presse, pas même un renvoi à mon propre site officiel ni à mon blog, lesquels comblent cette lacune à mes frais.

Je me suis porté volontaire pour contribuer au comité sur la liberté d’expression, mais on n’a pas cru bon recourir à mes lumières. Je ne le mentionne que pour éviter qu’on assimile la présente aux récriminations de quelqu’un qui voudrait tout recevoir sans rien apporter en retour. Le fait est que je ne suis pas amer, que mes raisons sont celles-là sans plus, sinon aussi celle de l’argent : être à l’aise, j’aurais rempilé sans rouspéter, mais ma situation actuelle me force à faire des choix quand il est question de 101,23$, et je ne suis pas autrement fâché que ma gêne financière m’ait forcé à me pencher sur les considérations qui précèdent.

Enfin, votre lettre se termine sur l’espoir que je continuerai «de faire partie de la grande famille des écrivaines et des écrivains québécois», juste après le rappel du montant de ma cotisation en souffrance, ce qui me touche et m’offre la joie de vous rassurer sur ce point : je compte bien continuer, que mon nom figure ou non à l’annuaire de l’Union, en formulant le voeu fervent que d’aucuns persisteront à me reconnaître cette qualité en dépit de mon apostasie.

Cordial et allié de coeur,



Christian MISTRAL




c.c. Bruno ROY, président.

Wild one

Brando mort, qui reste-t-il d'aussi vaste et dément, d'aussi puissamment original et personnel pour toute la durée du combat? De Niro et Depardieu tournent trop, tournent tout, Pacino n'en peut plus, Gabriel Arcand ne tourne pas ou si peu et si tard. Brando mort, je mesure toute la distance entre le monde du Tramway nommé Désir et le nôtre: dans l'un, Blanche DuBois est une curiosité fragile, dans l'autre, elle est la norme implacable, et on peut se réjouir que les Stanley Kowalskis épais et monstrueux tels que décrits par Tennessee Williams soient en voie de disparition, mais on peut aussi s'affliger que le Stanley sensible et dur tel qu'incarné par Brando n'ait pas fait davantage de petits. Un monde empli de Blanche DuBois est un asile d'aliénés. Un monde privé de Marlon Brandos est une froide machine à feindre l'aliénation. Pour n'avoir pas pu se résigner à ce que le cinéma le rende étranger à lui-même, il demeurera une sorte de fou dans le souvenir des siècles.

1.7.04

Le rat dans la bergerie

Avant de répondre à ceux qui veulent savoir si j'écrirai sur des sujets politiques, j'attends qu'on me dise si la loi sur la littérature haineuse s'applique à Stéphane Dion. Qu'on m'accuse de couardise si l'on veut, mais le fait est que mes affaires vont plutôt bien ces temps-ci et qu'avant de traiter publiquement quelqu'un de mangeux de graine, de licheux de cul, de courtisan castrat invertébré, d'homuncule et de crachat sur la face de la Création et de larbin pervers et de pustule sur la peau de la Terre, je préfère prendre quelques précautions élémentaires.

30.6.04

Side lines...

Ce qui m'inspire confiance en l'avenir littéraire de notre culture, c'est que la nouvelle mouture d'écrivains ne se planque pas dans l'enseignement pour gagner sa croûte. Catellier, poète et critique pigiste, vend des légumes à l'ombre d'une strophe de Gérald Godin. Vigneau repeint des bureaux de poste. Vigneault sert de la gnôle. Et Marie Hélène Poitras, romancière et journaliste pigiste, est cochère. Cochère!

Elle m'écrit: Je suis passée très vite à vélo à côté de toi toute à l'heure, j'avais rendez-vous, puis ensuite je me suis dit que j'aurais du arrêter au moins pour te dire que là, les lundis, dans le Vieux-Montréal en calèche, je conduis un petit trotteur américain, il est tout petit mais c'est le plus rapide et il a un ego hallucinant, il veut pas qu'on le dépasse, que ça soit un cheval ou un truck, ça le met en crisse on dirait, et quand on est pris sur une rouge, il danse sur place, comme s'il attendait le signal du début de la course, c'est mon préféré, il me donne des montées d'adrénaline, et si tu te pointes en fin de journée, vers 19h45-20h, je peux te ramener jusqu'à l'écurie, un lieu inspirant et glauque, sombre, avec des chiens méchants, des roulottes, des chats effrayés, des mauvais esprits pris dans les poutres du garage, un lieu infect qu'il vaut la peine d'arpenter.

Si je rate ce coche-là, je suis celui qui n'est pas assis à l'orchestre quand on fait danser les couillons. Les lieux, je les ai toujours visités d'abord, romancés ensuite. C'est la première fois qu'un écrivain m'offre de mettre les pieds dans un endroit esthétisé a priori.

29.6.04

Parlons Net

L'embargo est levé sur le bref entretien que j'ai accordé à OldCola à propos de la pratique du blog.

La paix du castor

Visionnant une copie piratée de Fahrenheit 9/11, mon fils de 22 ans en sécurité à mes côtés, contemplant ces petits gars tués ou estropiés pour enrichir une poignée de vieux salopards qui lèchent leur peigne avant de carder leurs cheveux gris, je me suis surpris, nonobstant l'issue des élections fédérales, à me réjouir d'être né en Canada.

28.6.04

Timbré

Retour au patch. Tanné de tousser. Crainte de crever avant que le bonheur me trouve.

24.6.04

CIBL

Suis resté en ville plutôt qu'accompagner Kevin et la bande dans un chalet dégotté par Eddy. Ils ont dû danser comme des païens jusqu'à l'aube autour d'un feu de joie. Mais j'ai déjà trop remis mon passage à CIBL. Cet après-midi, seize heures, je discuterai de Fontes avec François Lemay.

23.6.04

Conformisme

Le type montant dans l'ascenseur du building avec moi, l'air gêné: «Je veux pas me coucher tard parce que je travaille à six heures demain matin...» Je ne le connais ni des lèvres ni des dents.

Ça m'a pris dix minutes pour figurer pourquoi il m'avait dit ça. C'était l'embarras de n'être pas dehors avec le reste du peuple à fêter la Saint-Jean. L'embarras d'être surpris à rentrer au lieu de sortir. S'imaginait que je le condamnais. Réminiscences du troisième Reich.

Controversiou

Je termine une séance de photos avec Pedro Ruiz pour la une du Cahier Livres du Devoir du 3 juillet. A transformé le Bunker en studio. Immigrant récent, sympathique et touchant. «Pourquoi on dit vous écrivain controversiou?»

20.6.04

Avec un parapluie...

Pour écrire Sylvia au bout du rouleau ivre, juste avant Vamp, je m'étais fortement inspiré du format et de la structure d'un magnifique petit livre, Voyage en Irlande avec un parapluie, signé Louis Gauthier, un auteur que je n'imaginais pas alors rencontrer un jour, encore moins qu'il deviendrait un ami. Hier, après toutes ces années, quand Louis est venu me chercher avec sa Volks maganée, je suis resté stupéfait de découvrir, sur le plancher du côté passager, un parapluie...

On descendait à Trois-Rivières. Là, au bar Zenob, Réjean Bonenfant avait organisé une soirée Tape dans le dos pour Guy Marchamps, dont la librairie de livres d'occasion, baptisée Histoire sans fin, déclarait forfait après six ans d'encre rouge.

Ç'a été une chouette émouvante petite soirée. J'ai lu l'extrait de Vautour qui met en scène GM sous le nom de Guillaume Arcand. Judith Cowan a livré deux pages, traduites par ses soins, tirées du dernier livre qu'elle a acheté chez Guy: un recueil de récits publié en Inde dont l'un portait sur un libraire qui ne vend rien. Bonenfant avait conservé des écrits de son ancien élève, dont un vigoureux poème rédigé sur un rouleau de papier-cul. Daoust a lu un manifeste poétique et chanté Going to the Ritz en amorçant un effeuillage. Boisvert m'a rappelé sur scène pour lire avec lui son texte en croisé. Quelqu'un a donné, de Marchamps, le merveilleux Poème d'amour à l'humanité.

Le plus romanesque, le pas croyable, c'est quand cette jeune femme s'est amenée au micro, son bébé de trois mois buvant sec à son sein. Bar ouvert. La jeune femme a expliqué comment elle avait rencontré le père à la librairie, trois ans plus tôt. Lui, cependant, prenait des photos de nous tous. S'appelle Michel. A lu au micro à son tour, annonçant qu'il reprendrait le fond dans un sous-sol trifluvien. Y en aura d'autres plus jeunes plus fous pour faire danser les bougalous!

Vers une heure du matin, juste avant de rentrer à Montréal, Louis et moi sommes repassés par la librairie. Guy y était, errant à la lueur d'une veilleuse, avec Hélène Gauvin qui retenait ses larmes. Ça sentait bon le tabac à pipe et le papier vieux.

17.6.04

Racine

Beau texte de Tristan Malavoy-Racine sur Fontes dans le Voir d'aujourd'hui. Et parution du second chapitre de Goth dans le Ici.

16.6.04

Beau fou

Antoine, ce beau fou, a coupé dans son budget de Guinness pour me réserver un nom de domaine. christianmistral.com est désormais en ligne, de même que christianmistral.com/blog. Bref, j'ai été proprement et gentiment dotcomisé par un Grec apportant des cadeaux. Merci, brother.

15.6.04

Stand by

Je me suis toujours promis de ne pas devenir l'un de ces blogueurs qui se lamentent publiquement sur leurs aléas de serveurs (Vidéotron). Là, ça rase...

Sois patiente, ma Tribu magnifique et bien-aimée: nos affaires vont bientôt s'arranger. D'ici là, j'ai patenté ce lieu de fortune avec de la colle, de la ficelle, du carton et de la gomme balloune.

14.6.04

Info

I really don’t feel so good and I’m not quite sure why. It’ll pass, it always does. It’s as if my chemical balance was all fucked up. I’m sad all the time and I’m mean like a starving chained dog. I see K & C being so happy together and taking care of me after I took care of them and I get mad at you and me for being apart, and then I don’t care, and I worry about stupid things, careerwise, and I’m depressed because I pedal in oil and peddle in art, all that jazz, life leaves a bad taste in my mouth these days, that’s all, nothing more. So I guess what I want to say is: I love you, of course, but I’m not good for much these days, I don’t care about shit and I hope you’re OK.